Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

L’Université de Vilnius fête cette année le 445e anniversaire de son Théâtre universitaire … Excusez du peu ! (4-9 mai 2015)

28 Mai 2015, 11:36am

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

L’Université de Vilnius fête cette année le 445e anniversaire de son Théâtre universitaire … Excusez du peu ! (4-9 mai 2015)

English text below

Les photos/the pictures

Certes, on sait que le théâtre étudiant se pratique depuis la création des plus anciennes universités au Moyen-Age, mais peu de théâtres universitaires, aujourd’hui, peuvent donner avec précision leur date de naissance. Vilnius fait partie de ces exceptions, puisqu’on atteste la représentation d’une adaptation d’Hercules de Stefano Tucci en 1570 dans une des cours du Collège jésuite qui allait devenir l’Université de Vilnius en 1579. Cette activité théâtrale étudiante s’est poursuivie sans discontinuer jusqu’à aujourd’hui, soit pendant 445 ans ! Sans doute un record ?

Pour marquer cet anniversaire, les deux Universités de Vilnius (l’Université de Vilnius et l’Université technique Gediminas de Vilnius), en collaboration avec l’association « Koturnos » et l’Association lituanienne de théâtre universitaire, décidaient d’axer leur XVIe Forum International de Théâtre universitaire (XVI Tarptautinis Universitetu Teatru Forumas, 4-9 mai 2015) sur le thème des « débuts » (« the Beginnings ») : « Locus standi - atramos taškas / Locus standi - The Fulcrum / Le Point d’appui) .

L’autre particularité de ce forum 2015 était qu’il accueillait la réunion statutaire du Comité exécutif de l’Association Internationale de Théâtre à l’Université (AITU-IUTA). Ce rendez-vous est traditionnellement fixé dans le cadre de nos RITU à Liège - siège officiel de l’association -, mais c’est avec plaisir que le Comex a accepté l’aimable invitation d’un de ses membres, Olegas Kesminas, de se retrouver cette fois à Vilnius pour fêter l’anniversaire du TU local, tout en continuant la préparation du Congrès mondial de l’AITU qui se tiendra en septembre 2016 à Manizales, en Colombie.

Se retrouvaient donc à Vilnius, outre le président Jean-Marc Larrue (Canada), nos amis membres représentants du Mexique (Elka Fediuk et Cristina Flores), de France (Françoise Odin et Lucile Garbagnati), d’Italie (Vito Minoia), de Corée du Sud (Chiwoon Ahn), d’Espagne (Roberto Salgueiro), d’Allemagne (Karin Freymeyer), du Royaume-Uni (Rob Brannen), de Turquie (Mustafa Sekmen), des Etats-Unis (Maria Horne), de Colombie (Sergio Sierra) et de Belgique (le staff du TURLg au complet : Alain Chevalier, Dominique Donnay et Robert Germay). Ces différents participants, arrivés des quatre coins du monde en ordre dispersé, échelonné sur la semaine du festival, tenaient une séance de travail du Comex le samedi après-midi. Elle se révéla fructueuse, tant sur le point des communications de l’AITU que sur celui de la préparation du prochain et onzième Congrès de Manizales (Rappelons que c’est le TURLg qui organisait à Liège le 10e Congrès en 2014, célébrant du même coup le 20e anniversaire de l’AITU).

Mais avant de vaquer aux affaires de l’AITU le samedi, la bande avait déjà eu des journées bien remplies par le Forum/Colloque proprement-dit qui proposait, le jeudi, une série de communications fort intéressantes présentées par 5 collègues lituaniens, professeurs d’histoire, de littérature ou de théâtrologie, et consacrées à la grande influence qu’ont exercée les Jésuites, depuis leur installation en Lituanie, sur la vie culturelle en général et le théâtre en particulier.

Le vendredi était consacré à des interventions de nos membres du Comex portant sur les origines du théâtre universitaire dans leur pays respectifs. Pour Liège, le Chef, présentait l’évolution de trois-quarts de siècle du TURLg, tandis qu’Alain parlait du théâtre dans d’autres universités belges (l’ULB et LLN) et mettait en évidence l’influence manifeste des théâtres universitaires sur l’enseignement de l’art dramatique dans les écoles supérieures de théâtre en Communauté française.

Enfin, le reste du temps était évidemment bien rempli par les représentations assurées par les nombreuses troupes invitées au festival. Dominique D. et Robert G. n’étant arrivés que le mercredi 6, seul Alain Chevalier, arrivé le lundi 4 déjà, est le seul TURLgien qui a pu voir le plus de spectacles. C’est donc lui qui prend ici le relais de ce compte – rendu.

***

Je prends le relais… J’ai effectivement pu participer à l’ensemble de ce XVIe Forum International de Théâtre Universitaire « Locus Standi ». J’y étais dès la cérémonie d’ouverture du lundi 4 mai marquée par la présentation de Tell Me, une des dernières productions du Studio Théâtre « Palepe » dirigée par Olegas Kesminas dont nous apprécions le travail depuis de longues années. Un spectacle étonnant basé sur une dizaine d’histoires courtes racontées ou rapportées par les membres du groupe : une fête qui tourne mal, un couple qui se déchire, un taximan et sa cliente russe, un chef d’orchestre amoureux de la flûtiste…. Une belle entrée en matière pour ce festival qui proposait 19 représentations dont 11 venues de l’étranger (de Slovénie, d’Espagne, de Suisse, de France, du Québec et des Etats-Unis) et 8 productions issues de diverses universités ou écoles secondaires lituaniennes qu’elles soient de Vilnius telles l’Université Technologique Gediminas et son studio « Palepe » cité plus haut, l’Université de Vilnius avec ses deux groupes de théâtre, le groupe « Minimum » ou sa « troupe kinétique », l’Université Pédagogique Lituanienne et son Drama Studio 3D et enfin, l’Université Mykolas Riomeris…, l’Université Technologique de Kaunas et son studio théâtre 44. Voyez l’affiche programme sur http://forumas.vgtu.lt/.

Une affiche donc très variée, mêlant les répertoires depuis la Renaissance polonaise jusqu’à la comédie musicale contemporaine. Un programmation ouverte comme souvent dans les festivals de TU et accueillant non seulement des troupes universitaires de pratique amateur comme « Les Indifférents » de Paris X Nanterre, l’Aula de Teatro de l’Université de Saint-Jacques de Compostelle ou la troupe du Collège de Valleyfield, mais aussi des groupes professionnels issus d’universités comme le « Student Theatre Group Out of the Box » de Ljubljana, des groupes indépendants comme le Core Theatre Ensemble de Virginie, et des travaux d’écoles de théâtre, telles l’Ecole Dimitri de Verscio en Suisse italienne ou l’Anima Eskola de Bilbao. Pour le public habitué des RITUs liégeois, nous retrouvons dans cette longues listes, beaucoup de troupes accueillies chez nous.

Notons également la présence d’un jury à ce festival. Vous savez ce que nous en pensons. Bon, à vrai dire, ce jury a intelligemment décerné des diplômes plutôt que des prix proprement dits en mettant en exergue les qualités particulières de chaque spectacle. Pourquoi pas ? Mais, il y en eut aussi pour l’un ou l’autre acteur ou actrice… ce qui casse à notre sens la nature du travail collectif que l’on retrouve – quand même majoritairement – au sein des troupes universitaires. Nous persistons et signons donc.

Une chose est sûre, après un tel programme, de nombreuses – et déjà bien anciennes – questions se posent à nouveau : cette diversité et cette ouverture sont-elles une de nos spécificités ou n’est-ce qu’un échappatoire pour éviter une définition plus rigoureuse de ce qu’est un TU ? Qu’y apprend-on ? Dans la foulée, quel est ou quels sont exactement les objectifs d’un groupe théâtral à l’université ? Et quid de cette différence de niveaux et d’approche qui fait qu’un groupe participant se situe à mille lieues d’un autre et que la rencontre en devient finalement impossible ? Et puis d’un RITU ici à un RITU là, d’un Forum de TU à un Carrefour International, quels sens ont tous ces festivals qui se ressemblent partout de plus en plus ? Bien sûr, il reste toujours agréable de voir et de revoir régulièrement nos pairs et de nous rappeler nos participations croisées et c’est assurément une telle dynamique qui a conduit à la création de l’AITU. Mais qu’en faire à présent ? La question reste ouverte.

Alain Chevalier - Robert Germay

NB : les curieux trouveront l'historique de nos relations avec le théâtre universitaire de Vilnius dans un précédent article de ce blog : http://turlg.over-blog.fr/article-notre-singe-kafkaien-a-communique-a-l-academie-de-vilnius-lors-du-15e-forum-international-de-theatre-123677056.html

L’Université de Vilnius fête cette année le 445e anniversaire de son Théâtre universitaire … Excusez du peu ! (4-9 mai 2015)

Certainly, we know that student theater has been practiced since the creation of the oldest universities in the Middle Ages, but few university theaters today can give their precise date of birth. Vilnius is one of those exceptions, since we can find a performance of an adaptation of Hercules by Stefano Tucci in 1570 in the Jesuit College which was to become Vilnius University in 1579. This student theatrical activity has continued uninterrupted until today, during 445 years! Probably a record?
To mark this anniversary, the two Universities of Vilnius (Vilnius University and Vilnius Gediminas Technical University), in collaboration with the association “Koturnos” and the Lithuanian Association of University Theatre, decided to focus their sixteenth International Forum of University Theatre (Teatru XVI Tarptautinis universitetų Forumas, 4-9 May 2015) on the theme of "debut" ("the Beginnings"): "Locus standi - atramos taškas / Locus standi - The Fulcrum).
The other particularity of this forum was that in 2015, it hosted the statutory meeting of the Executive Committee of the International University Theatre Association (IUTA). This event is traditionally set as part of our RITU in Liège - official headquarters of the association - but it is with pleasure that the Comex accepted the kind invitation of one of its members, Olegas Kesminas to meet in Vilnius this time to celebrate the birthday of the local UT, while continuing preparations for the World Congress of the IUTA to be held in September 2016 in Manizales, Colombia.
Thus met in Vilnius, alongside President Jean-Marc Larrue (Canada), our friends representatives of Mexico (Elka Fediuk and Cristina Flores), France (Françoise Odin and Lucile Garbagnati), Italy (Vito Minoia), South Korea (Ahn Chiwoon), Spain (Roberto Salgueiro), Germany (Karin Freymeyer), UK (Rob Brannen), Turkey (Mustafa Sekmen), US (Maria Horne), Colombia (Sergio Sierra) and Belgium (the full staff of the TURLg : Alain Chevalier, Dominique Donnay and Robert Germay). These participants arrived from around the world for the week of the festival, and held a working session on the Saturday afternoon. It proved successful regarding the communications of IUTA as well as in terms of preparing the next and eleventh Congress of Manizales (the TURLg has, as we recall, organized the 10th Congress in Liege in 2014, celebrating at the same time the 20th anniversary of IUTA).
But before that, the group had already had busy days with the Forum / Symposium which proposed on Thursday a series of very interesting presentations by 5 Lithuanian colleagues, professors history, literature and theater studies, and devoted to the great influence that the Jesuits have exercised, since their installation in Lithuania, on the cultural life in general and theater in particular.
Friday was devoted to the interventions of our Executive Committee members on the origins of university theater in their respective countries. For Liège, the Chief presented the evolution of three-quarters of a century of TURLg, while Alain spoke of theater in other Belgian universities (Brussels and Louvain-la-Neuve) and highlighted the evident influence of university theaters on teaching drama in higher schools of theater in the French Community of Belgium.
Finally, the rest of the time was of course filled with the representations provided by the many groups invited to the festival. Dominique D. and Robert G. being arrived on Wednesday 6, Alain Chevalier, arrived on Monday 4 already, is the only TURLgian who could see more shows. So here he takes over…

***

I take over… I've actually been involved in the entire XVI International University Theatre Forum "Locus standi". I was at the opening ceremony on Monday, May 4 marked by the presentation of "Tell Me," one of the latest productions of Studio Theatre "Palepe" led by Olegas Kesminas whose work we have been appreciating for many years. An amazing show based on ten short stories told or reported by the group members: a party gone wrong, a couple falling apart, a taxi driver and his Russian client, a conductor in love with his flutist. A nice start for the festival which offered 19 performances including 11 from abroad (Slovenia, Spain, Switzerland, France, Quebec and the United States) and 8 productions from various Lithuanian universities and schools such as Vilnius Gediminas Technological University and his studio "Palepe" quoted above, Vilnius University with its two theater groups, the "Minimum" group or its "kinetic troup", the Lithuanian Pedagogical University and Drama Studio 3D and finally the University Mykolas Riomeris ..., the Kaunas University of Technology and its studio theater 44. (See http://forumas.vgtu.lt/)

A varied program, mixing pieces from the Polish Renaissance to contemporary musical. An opened program, as often in UT festivals, welcoming not only university amateur groups such as "Les Indifférents" from Paris X Nanterre, the Aula de Teatro of the University of Santiago de Compostela and the College troupe Valleyfield, but also professional groups from universities such as the "Student Theatre Group Out of the Box" of Ljubljana, independent groups like the Core Ensemble Theatre of Virginia, and works of theater schools, including the School Dimitri Verscio in Switzerland or the Anima Eskola from Bilbao. For the regular public of our RITU’s, we find in this long list, many troops that we have already received.

Also note the presence of a jury in the festival. You know what we think about jurys. Well, actually, this jury has intelligently awarded diplomas rather than actual prices by emphasizing the special qualities of each show. Why not? But there were also diplomas for one or the other actor or actress ... which breaks, in our view, the nature of the collective work that we find - mostly - within academic troops. We persist and therefore sign.
One thing is certain, after such a program, many already old questions arise again: are this diversity and openness one of our specificities or is it just a loophole to avoid a more rigorous definition of what a UT should be? What do we learn in it? What are the objectives of a theater group at the university? And what about this difference in levels and approach which put a group at a thousand miles from another and so the meeting finally becomes impossible? And then, from a RITU here to a RITU there, from a TU forum to an International Crossroad, what effect have all these festivals which look more and more alike? Of course, it is always nice to see and to regularly meet our peers and to remember our cooperations and it is certainly such a dynamic that led to the creation of the IUTA. But what can we do with it now? The question remains open.

Alain Chevalier - Robert Germay

NB : more information on the history of our relations with Vilnius university theatre (in French...) here : http://turlg.over-blog.fr/article-notre-singe-kafkaien-a-communique-a-l-academie-de-vilnius-lors-du-15e-forum-international-de-theatre-123677056.html

Commenter cet article