Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

L'heure de la rentrée

26 Septembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

 

Projets théâtraux ouverts à tous !
Pour plus d'informations, contactez :
- David Homburg, 0497/464610, burrhus@hotmail.com
- Pierre Wathelet, 0472/646534, fa103496@skynet.be

Ce mardi 25 septembre avait lieu la traditionnelle rentrée du TURLg.

Il est loin le temps (10 ans !) où les nouveaux étaient attendus sous l'horloge du bâtiment central, pour être dirigés ensuite vers d'improbables locaux.

Désormais, c'est à la salle du quai Roosevelt, récemment signalisée bellement par une enseigne de dimension respectable (" avoir ou pas pignon sur rue… ") que se rencontrent les anciens et les nouveaux.

Hier donc, une centaine de théâtreux actifs ou désireux de le devenir se pressaient au théâtre.

A 20h00 pile (c'était un défi), la séance a débuté de but en blanc par des exercices "en jambes" qui donnaient un bref aperçu de nos méthodes de travail. Ensuite, le président Robert Germay brossait un bref panorama du Théâtre universitaire à travers le monde (le TURLg n'est pas pour rien le siège officiel de l'aisbl Association Internationale du Théâtre à l'Université - AITU), et Dominique Donnay et Alain Chevalier, nouvellement engagés par l'ULg pour assurer la direction du TURLg, exposaient la structure et la philosophie de notre asbl : le fameux "Esprit TURLg".

Puis la parole était donnée aux différents chefs de projets.

Deux projets distincts peuvent accueillir tous les nouveaux : celui de David Homburg (Saga) le lundi soir et celui de Pierre Wathelet (Boulevard du Boulevard du Boulevard) le mardi soir. Ces deux groupes sont donc totalement ouverts, sans limitation de nombre, ni prérequis.

Patrick Antoine annonçait qu'il restait 4 ou 5 "postes" à pourvoir pour sa Jeune première. Les autres responsables, Christelle Burton (Calling you), Romain Parizel (L'Arrache-cœur), Rachid Bellitir (Les Contes de Hakim), Robert Germay (Fin de siècle sur l'île), Marco Pascolini (Oz(e) ), Olivier Moreau (Vague à l'âme – Karl Valentin), Chantal Heck (Projekt-Eden-Projet) ont présenté leurs projets respectifs – à titre d'information… et de promotion.

La DRAFT (DRAmatique Fanfare du TURLg) marquait une pause dans la bonne humeur et invitait alors l'assemblée à rejoindre la Cafète du TURLg pour permettre à chacun de pêcher plus de renseignements pour affiner son choix.

Ambiance très détendue (malgré un frigo récalcitrant et… à l'agonie. Avis aux généreux donateurs éventuels !) et prise de contact fructueuse.

La séance fut clôturée à 23h00, comme c'est l'usage (et, comme c'est aussi l'usage, après deux déclenchements intempestifs de l'alarme du bâtiment : les non-initiés ne savent pas que la partie "Historiens" du quai Roosevelt est indépendante du théâtre et donc protégée par un code différent. Heureusement, les gardiens de service sont compréhensifs et coopérants : merci à eux).

Petit commentaire du Chef

On sait, depuis que le TULg existe, que le public de la première séance n'est que provisoire : la semaine prochaine, beaucoup auront déjà compris qu'ils se sont fourvoyés… et ils ne reviendront pas. C'est normal  : tous ne s'attendent pas à de telles exigences ou, à d'autres égards, à tant de "flou artistique". Pour comprendre le TURLg, il faut le vivre. Et cela demande un effort : faire le premier pas… qui n'est pas facile pour tout le monde.

Mais on sait qu'un nombre quasi égal de candidats ayant raté la rentrée (distraction, obligations,…) se présenteront encore pendant deux ou trois semaines. On peut en tout cas dire que la saison prochaine comptera, comme d'habitude, un nombre important de désormais TURLgien(ne)s : la quantité est garantie. Aux chefs de projet, donc, d'assurer la qualité !

rentree3.jpg

IMGP1922.jpg
Lire la suite

Septembre 2007

26 Septembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Les idées des jours passés

" A la rentrée, nos étudiants ont chaque année un an de plus de moins. "

(Monique)

A la radio, l'autre jour, les banquiers félicitaient leurs clients d'utiliser de plus en plus le Self-Bank ! Forcément, ils ont tout fait pour fermer les guichets, où travaillaient des gens en chair et en os... mais payés. Maintenant, c'est le client qui travaille... et gratos !
Malin ça, caramba !

(Trebor Yamreg)

 

Lire la suite

Dans le rétroviseur - 9e livraison

19 Septembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Dans le rétroviseur...

 

retro.gif

La rubrique "Dans le rétroviseur..." est ouverte à tous ceux qui peuvent ajouter, corriger, améliorer les informations qui s'y trouveront concernant les dates, les noms (de personnes, de lieux ou de dieux), les anecdotes, croustillantes ou non... Bref, que ceci soit un remue-méninges-mémoire du TURLg.

RG

Or donc, en 1963, le "tambour-major" F. DUYSINX avait pris les rênes du TULg avec son habituel entrain, emmenant presque toute sa famille à la baguette : son épouse, Dame Gudule (c'est du moins le nom qui circulait familièrement) cousant quasi tous les costumes, et ses fils Robert et Marc, signant tantôt la musique, tantôt aussi la mise en scène. L'assistaient régulièrement également ses anciennes complices Fanny THIBOUT (chorégraphie) et Jeanne WATHELET-WILLEM, éminente Romaniste-Médiéviste qui souvent se chargeait des adaptations littéraires.

D'autres jeunes étudiants de ces années soixante allaient aussi émerger dans des fonctions importantes au TULg, qui comme metteur en scène, qui comme auteur : c'est une des caractéristiques de cette période qui vit le TULg donner l'occasion à de jeunes auteurs du cru de voir leurs œuvres mises en scène.

Un exemple marquant : Mathieu FALLA (1943-1998). Romaniste de l'ULg, il publiait déjà ses premiers écrits poétiques comme étudiant (poussé par Arsène SOREIL), et le TULg va lui donner l'occasion de monter quelques-unes de ses œuvres dramatiques : Les Solliciteurs, L'Intrus, Médée,…(voir ci-après). Devenu enseignant, FALLA n'en continua pas moins sa voie théâtrale, et même jusqu'en France (avec la complicité du metteur en scène Francis SOURBIÉ) où une dizaine de ses pièces verront les planches à Compiègne, Paris, Avignon,… L'Aigle se réjouira écrite en 1997 sera sa dernière pièce : elle lui vaudra le Prix de Littérature dramatique de la Province de Liège. Il disparaîtra, hélas prématurément, l'année suivante, en 1998.  Il mériterait une entière livraison de "Rétroviseur" mais ce n'est pas le but et il n'est pas le seul.

DelacroixMedee.jpg
Médée par Delacroix

Louis-Marie DUBOIS (1933-1978) que l'on peut qualifier de "fantaisiste et comédien belge", autre TULgien, put mettre en scène deux de ses propres pièces, Un Chagrin d'amour et L'Otage en 1969. Après avoir quitté l'enseignement, en 1965, il se consacra entièrement au théâtre et rencontra un certain succès à Bruxelles (Théâtre de l'Esprit frappeur, Théâtre des rues,…) notamment avec de courtes pièces et des one man shows (d'après le "Nouveau dictionnaire des Belges", 1998, t.I).

Et puis, il y a des moments où la réalité d'aujourd'hui rattrape le rétroviseur d'hier. Une autre figure liégeoise devait être évoquée dans cette livraison pour avoir participé activement au TULg à cette foisonnante époque des 60ies, mais aussi à la vie culturelle liégeoise en général : Claude VANDELOISE lui aussi mériterait plus de lignes, mais nous devons être brefs.

Toujours est-il que votre serviteur mettait en chantier ce 9e volet du feuilleton "Rétroviseur" le mercredi 22 août 2007 et il cherchait des renseignements sur le Sieur Claude V. Il pouvait lire, avec horreur, le lendemain même, le texte suivant dans Le Soir :

Claude Vandeloise, 62 ans, belge d’origine liégeoise, ex-professeur de français à l’université de Louisiane accusé du meurtre de son épouse Monique Beckers en octobre 2004, fait pour lequel il devait se justifier devant le tribunal de Baton Rouge en octobre prochain (Le Soir du 17 août) et risquait jusqu’à 40 ans de prison, est décédé mercredi [22/08/2007] d’un cancer au côlon avec métastases au foie. Selon son avocat Me David Bourland, Claude Vandeloise a maintenu jusqu’aux ultimes moments de sa vie ne pas avoir voulu la mort de son épouse, et a vivement regretté les faits. (E.S.)

Croyez-moi, ça jette un froid. A avoir soudain envie d'arrêter le "Rétroviseur" de peur de faire passer des gens…

VANDELOISE17102004nb.jpg
Ik heb mijn vrouw niet vermoord
(20/10/204 - Nieuwsblad.be)


Re-toujours est-il que notre défunt (paix à ses cendres) aura décidément un record de parcours atypique parmi les anciens du TURLg. Il y débarqua comme étudiant en mathématiques, construisit et anima des marionnettes pour le Prométhée enchaîné (adaptation en vers de la tragédie d'Eschyle par F. DUYSINX) monté en 1966, puis il fonda (à l'ex "Lion s'envoile" en Roture) la compagnie (de marionnettes) Bergamasque, avec e.a. Christian CRAHAY et Alain-Guy JACOB. On le retrouva en 1986-87 professeur de linguistique française à l'université d'Anvers, puis à Lille, Paris VIII, Aix-en-Provence ou Toulouse-Le Mirail, et enfin, au Department of French Studies de la Louisiana State University à Baton Rouge…où il est accusé, en 2004, du meurtre de son épouse (cfr un article de la DH, 19-10-2004). On en a le tournis.

La suite donc au prochain numéro…

(A suivre)
Lire la suite

Il court, il court, le métrage

19 Septembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Hep - les ancien(ne)s...

592.jpg Ce mardi 25 septembre à 20h00, au Cinéma Churchill, vous pourrez assister à la projection unique du court métrage Dormir au chaud en présence de son réalisateur, Pierre Duculot, ancien TURLgien. Ne le ratez pas ! Bon vent à notre Bittle !

Vous pourrez ensuite voir le tout aussi bon La marea de Diego Martinez Vignatti.



Le deuxième court-métrage de Pierre Duculot, Dernier Voyage, fait également partie de la programmation du Festival du Film Francophone de Namur - dates de projection : le dimanche 30 septembre à 14h, au CAMEO à Namur et le mercredi 3 octobre, à 21h, toujours au CAMEO - et du Festival de Gand (au Kinepolis-Gent le jeudi 10 octobre à 14h).

DORMIR AU CHAUD

un film écrit et réalisé par
Pierre DUCULOT
35 mm, coul., 26'

14ème FESTIVAL LE COURT EN DIT LONG (Paris, juin 2006) :
- Grand Prix du meilleur film
- Prix d’interprétation féminine : Christelle CORNIL
29ème FESTIVAL INTERNATIONAL D'AMIENS
- Grand Prix
32e FESTIVAL MEDIA 10/10 (Namur, novembre 2006)
Prix du meilleur premier film

Sélectionné à Clermont-Ferrand (Compétition internationale), Brest, Namur, Short Cuts Köln, Rotterdam, Images en région Vendôme, Bruxelles, Namur, Nancy, Villeurbanne, Saarlorlux, Belo Horizonte et dans une trentaine d’autres festivals.

Un village d'Ardenne aujourd'hui, à quelques encablures des grandes villes wallonnes, au beau milieu de l'hiver. C'est là qu'échoue Sandrine, jeune SDF urbaine en bout de course, qui cherche simplement un endroit où dormir, reprendre des forces, sans qu'on lui pose de questions. Ce havre, elle va le trouver chez Marthe, vieille dame encore verte, seule depuis trop longtemps. De cette rencontre improbable naîtra progressivement une vraie complicité. Et tant pis si la quiétude des villageois s'en trouve perturbée...

DERNIER VOYAGE

un film écrit et réalisé par
Pierre DUCULOT
35 mm, coul., 16'

Festival du Film Francophone de Namur, septembre 2007: compétition francophone
Festival international du Film de Gand, octobre 2007, compétition nationale
Festival tout Ecran, Genève, novembre 2007, compétition internationale

Dans un hôpital, une vieille dame semble plongée dans un profond coma. "Tant que Mamy n'a pas passé l'arme à gauche, impossible de partir en vacances dans le Sud", se dit la famille. "Que faire: postposer, annuler, partir et revenir… Mamy ne se soucie guère de ces petits problèmes, du fond de son profond sommeil…


Lire la suite

Eté 2007

17 Septembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Les idées des jours passés

" A quoi bon apprendre ce qu'il y a dans les livres
puisque ça y est ? "

(Sacha Guitry)

Lire la suite

DRAFT

17 Septembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Annonces

La DRAFT (« La Dramatique Fanfare du Théâtre Universitaire Royal de Liège » en français ; « brouillon » en anglais) a besoin de renfort et est à la RECHERCHE DE  MUSICIENS/ciennes et/ou DE CHANTEURS/euses.  Nous répétons tous les mardi soirs de 20 à 23 h à l’Université.   Si vous êtes intéressés, rendez-vous le 25 septembre à 20 h à la soirée d’information du Théâtre Universitaire Royal de Liège à la salle du théâtre de l’Université (Quai Roosevelt, 1b) ou contactez-nous par mail turlg@ulg.ac.be ou téléphone 04 366 53 78.

Faites passer le message !               

Draft-au-bbq22.jpg
Lire la suite

Le TURLg à Stralsund

14 Septembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

Les photos

Du 5 au 10 septembre 2007 derniers, le TURLg a participé avec Les Contes de Hakim au 11e Festival International de Théâtre organisé par le STIC-er Theater et le Landesverband Spiel und Theater de Stralsund en Poméranie (Allemagne).

C'est la cinquième fois que les Liégeois se produisent dans cette craquante petite ville portuaire hanséatique, où les stigmates de cinquante années de régime politique de l'Est s'effacent de plus en plus, découvrant une petite ville colorée qui a le bon goût de développer un tourisme plus culturel que platement balnéaire. Même le hareng de la Baltique fait partie de cette culture, à côté des fameux bâtiments du plus pur style Backstein-Gotik (le Gothique en briques), et le moindre rayon de soleil fait de ces rues, de ces places et de ce petit port un havre calme et reposant.

La nouvelle autoroute A20 qui relie la côte (Rostock – Stralsund – Greifswald) à la fameuse A1 à Lübeck rend l'accès très facile, et l'île de Rügen, aujourd'hui reliée à Stralsund par un pont, est un point de départ idéal pour les Ferries à destination de la Scandinavie ou des pays baltes. Enfin, Berlin est à quelque 200 bornes de là.

Pour des raisons de travail, l'équipe (8 personnes) a dû rater l'ouverture (le 4) et la clôture (le 10) du Festival, mais les deux jours passés sur place valaient la peine et le public du samedi soir a très chaleureusement accueilli notre spectacle malgré la fameuse barrière de la langue : Hakim a confirmé que ses qualités visuelles (mise en scène et excellent jeu d'acteurs) compensent en vie sur scène ce que le spectateur non francophone perd en compréhension du texte, si on "voit" (entend ?) ce que je veux dire…

Ceci-dit, cela n'est pas nouveau pour le TURLg qui a tourné, à ce jour, dans 32 pays différents dont une dizaine seulement sont francophones.

Bref : 1700 km (aller-retour) qui en valaient la chandelle.

P.S. : Ne l'ébruitez pas : des tractations sont en cours pour envoyer là-bas, début 2008, nos jeunes de J-Cube présenter Molière à des classes de français. Inch'Allah et Gott mit uns.

D'autre part, une jeune étudiante (Ulrike, 18 ans) de là-bas souhaitait faire au TURLg un stage de 6 mois, comme préparation à son entrée à l'Ecole Supérieure de Théâtre de Hamburg, section Mise en scène. Nous l'avons donc reprise dans nos bagages, et elle est installée à Liège depuis notre retour.

La Meuse contre la Baltique… Y en a qui ont de ces idées…

Bon vent chez nous, en tout cas.

Robert GERMAY
 stralsund011.jpg

 

« Les jolies colonies du Théâtreuh, merci le TURLg, merci Robert... »

Et tous les ans, on aime quand ça recommenenenceuh, you kaïdi kaïdi kaïda !

Bon, c'est vrai que c'est loin (plus de 8 heures de route) mais c'est vrai que c'est beau là-bas !

Aaah Stralsund ! Ses petites rues, son calme, son charme, son petit marché (on dirait La Batte en petit, mais sans le son !), son restaurant à poissons,... Et sa bière (quoique, bof !).

Avec vue sur bord de mer Baltique, s'il vous plaît, une chouette petite ville que je retrouvais pour ma part pour la troisième fois avec plaisir. Un accueil sympa dans une salle de spectacles fort semblable à notre chimie... Bref de quoi passer un bon petit (4 jours moins 2 de route) week-end.

Au menu cette fois, les Contes de Hakim de notre ami Rachid. Et comme dit notre bon Chef, même quand on joue en français devant un public non-francophone, nos pièces passent bien : foi de régisseur planqué à l'arrière du gradin, au milieu des gens, les spectateurs ont aimé.

Hakim a de nouveau tourné en bourrique le marchand de tapis, le vizir et le calife, comme quoi, autre pays, mais pas autres moeurs !

Côté anecdotes, nous avons roulé un peu « à la belge » (mais les allemands nous le rendent bien sur notre territoire), découvert qu'un de nos comédiens sait se transformer en Dark Vador toutes les nuits (taanananananaaaa !), et que dans les trains-couchettes se déroulent des histoires de ronflements qui g(r)onfle les honnêtes femmes qui dorment (enfin qui essayent)!

Allez, « Bises à ta femme ! »,

Martine
stralsund001.jpg

Lire la suite

Esprit, es-tu là ?

7 Septembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Où il est question de théâtre

 

Avant nos réunions et rencontres de rentrée

Appel à réactions aussi

Pour y aller aussi de mon petit laïus sur l'esprit du TURLg avant la reprise de notre saison foisonnante…

Ah ! S'il suffisait de se mettre tous ensemble autour d'une table, de la faire tourner et de l'invoquer, ce fameux esprit, les choses seraient plus claires ! Mais l'esprit TURLg n'est pas quelque chose qui existerait quelque part et que l'on invoque. Pour s'entendre et essayer de mieux comprendre ce qu'il est  une seule solution, comme l'écrivait déjà Dominique dans son billet du 14 mai : se parler, échanger, communiquer, -donc partager-,  nos façons de voir la chose.  Via  ce blog ou entre nous, en en parlant de temps à autres.

Pour ma part, la situation comme je la vois (le Danemark, le bateau, etc.… rappel et private joke pour les anciens) :

Maître-mot tout d'abord, souligné aussi par Dominique : "COLLECTIF".

Oui, être membre du TURLg, c'est faire partie d'un collectif. Tout le monde est sur le même bateau (encore ! les bateaux sont une erreur, etc.) ou, terme plus juste (?), la même galère. Si certains décident volontairement d'y assumer quelques fonctions particulières – et à chacun à mesurer sa propre implication suivant ses propres critères – l'idée reste que l'ensemble des responsabilités sont entièrement partagées et que chacun reste responsable à 100% de la bonne marche du projet ou de l'activité dans lequel/laquelle il s'inscrit. Si l'un est défaillant, les autres sont là… comme sur un plateau d'ailleurs pendant un spectacle devant un public !

Responsabilité collective et solidaire. Et en même temps, rien qui ne soit dû par l'un à l'autre, rien qui ne soit redevable à personne. Non.!,ce n'est pas parce qu'on s'inscrit dans un projet qu'on a le droit automatiquement et toujours à l'une ou l'autre salle ! Que le projet peut compter automatiquement à une enveloppe de 1000 € comme budget de départ. Qu'on a le droit de penser : "puisque je donne de mon temps, je peux me servir à la cafétéria sans retenue". Jamais de "après moi, les mouches et les loges en désordre" ! Et surtout pas de "moi d'abord", etc. etc.

Voilà quelques exemples, qui viennent de me passer très (trop?) rapidement par la tête et qui ne sont pas même étayés par une observation impartiale. Cités juste pour essayer de me faire comprendre. Certainement pas pour provoquer personnellement l'un ou l'autre. Peut-être, oui !, pour susciter les réactions que nous appelons de nos vœux.

Bref, pour faire avancer le chimilimili, voici mon engagement personnel (mon esprit TURLg) que je veux prendre avec vous (et je suis certain que toute l'équipe qui travaille aujourd'hui au TURLg pourrait le prendre aussi) : "je suis là et je travaille au TURLg pour permettre à tous sans exception de mener au mieux ses projets et engagements. Mais je ne dois rien à personne, tout en restant ouvert à toutes réactions, remarques, critiques qui me seraient adressées en vue d'améliorer notre quotidien TURLg à tous".

Alain CHEVALIER

 

Lire la suite

Opthémus

3 Septembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

En juin dernier, quelques TURLgiens posaient pour l'affiche  d'Opthémus. Saurez-vous les reconnaître ? Les bonnes réponses donneront droit à une boisson offerte à la cafet' lors d'un de nos spectacles.

Opth--mus-affiche3.jpg

Opth--mus2.jpg

Opth--mus3.jpg

Opth--mus4.jpg

Opth--mus-affiche3-copie-1.jpg

Les TURLgiens ayant posé sur cette photo sont, évidemment, hors concours, bande de petits malins.

Lire la suite

Table Ronde « Une Ville Culturelle »

3 Septembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Le 18 juin dernier, nous avons posté sur ce blog notre compte-rendu personnel  de la table ronde organisée par la Ville de Liège (cf Liège et la culture : on sort les révolvers !). Tout arrive : voici le compte-rendu officiel de nos autorités ! Bonne lecture.


Procès Verbal de la Table Ronde « Une Ville Culturelle » du 12 juin 2007

Présents :

Monsieur HUPKENS Jean-Pierre, Echevin de la Culture

Madame LAMBRIX Yolande, Cabinet de la Culture

Monsieur PETERKENNE Jean-Christophe, Inspecteur général

Madame DARDING Nicole, Directrice du Département Culture Tourisme Musées

Monsieur ALBEA Rodrigo, Théâtre de la Place

Monsieur ALEN Patrick, Foyer Culturel de Chênée

Madame ANORMINO Vanessa, Archéoforum, Adjointe à la Direction

Monsieur BAREL Lucien, Centre Culturel les Chiroux

Monsieur BROUWERS José, Théâtre Arlequin, Directeur

Monsieur BUDO Albert, Le Moderne

Madame DELECLOZ Christine, asbl SEAC/A la courte échelle

Madame DONNAY Dominique, Théâtre universitaire

Monsieur FAUCONNIER Denis, Théâtre à Denis et Musée de la Marionnette

Monsieur GERMAY Robert, Théâtre universitaire

Monsieur LOYEN Christophe, Centre Culturel de Chênée

Madame MACORS Marie-Jo, Commission Femmes et Villes

Monsieur MARTIN Alphonse, asbl SEAC/A la courte échelle

Monsieur MATHIEU Dominique, Les Brasseurs

Madame MATHONET Isabelle, Agence régionale de développement culturel du Pays de Liège

Madame MONJOIE Séverine, Archéoforum, Directrice

Monsieur PETERKEN Jean-Marie, Maison du Jazz

Monsieur RANGONI Serge, Théâtre de la Place

Monsieur ROUSSEAU Jean-Pierre, Orchestre Philharmonique de Liège

Monsieur SAUVAGE Vincent, Théâtre de marionnettes du Haut Pré

Monsieur SCHROEDER Jean-Pol, Maison du Jazz

Monsieur THIRY François, Conservatoire Royal de Liège

Après une présentation de la réactualisation du Projet de Ville et de l’évaluation de sa mise en œuvre depuis juin 2003 (positive) et de la méthodologie de réactualisation, un débat s’est engagé à partir de la note distribuée.

Cette note est, dans l’ensemble, bien accueillie.

Cependant, le débat à permis d’identifier la nécessité d’intégrer de nouvelles actions ou d’insister sur certains thèmes abordés.

Ces nouvelles actions ou ces thèmes abordés sont :

-          faire jouer à la ville un rôle de relais vers la Communauté Française à jouer par la Ville et un rôle d’appui aux dossiers européens ;

-          structurer les liens, les synergies, les rapprochements entre la culture, l’enseignement, le tourisme et les relations internationales (jumelages). A ce sujet, le Théâtre de la place a proposé ses services pour envoyer aux enseignants un document reprenant l’offre culturelle liégeoise et pour réaliser un répertoire des lieux de culture (démarche en cours au niveau de la Ville de Liège)  ;

-          engager la Ville dans le soutien, sur le plan logistique et en terme de personnel, les plateformes culturelles thématiques existantes ou à créer ;

-          organiser une fête populaire de la culture à Liège une fois par an pour présenter au public l’ensemble de l’offre culturelle liégeoise ;

-          organiser les assises de la culture une fois par an pour permettre aux acteurs culturels de mieux se connaître et de concevoir des projets communs permettant de croiser les publics (nocturnes, itinéraires,…) ;

-          réaliser des produits touristiques structurés où Les acteurs culturels jouent un rôle important ;

-          susciter le « réflexe culturel » au sein de la population, notamment en augmentant la présence de l’art dans la rue ;

-          créer un outil de promotion unique (un agenda accompagné d’une refonte du site internet de la Ville) ;

-          aller plus loin que la promotion de la mise en réseau des musées liégeois ;

-          développer une offre culturelle à destination des familles ;

-          impliquer la Ville et les acteurs culturels dans le projet Mediacité ;

-          développer les activités de proximité, notamment en ce qui concerne les femmes ;

-          élargir les bénéficiaires de l’ « Article 27 ».

 

                                                                           Jean-Christophe PETERKENNE
Lire la suite
1 2 > >>