Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Janvier - juin 2010

30 Juin 2010 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Les idées des jours passés

"Alles Leben ist Problemlösung. Toute vie est résolution de problème"
Karl Popper

Lire la suite

Concours international d'écriture pour adolescents 2009/2010 !

28 Juin 2010 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Ecriture 2010

Les photos

Pour la 6e fois, la remise des prix de ce Concours aujourd'hui fameux, organisé par l'Atelier de Lecture asbl, piloté par Monsieur Jean-Luc Davagle, s'est déroulée en la salle du TURLg ce samedi 26 juin 2010.

La première participation du TURLg à cette sympathique manifestation remonte déjà à 2004/05, où nous avons mis en scène quelques textes des lauréats sur le sujet d'alors : "Le théâtre". Puis vinrent les thèmes de "La Correspondance" (2005/06), "Le Fantastique" (2006/07), "Le Journal intime" (2007/08), "L'Énigme criminelle" (2008/09) et "Le Conte merveilleux et sa parodie", cette année 2009/10.

Petite variante cette fois : au lieu de choisir, comme d'habitude, des textes des lauréats du Concours actuel ("Le Conte..."), nous avons, à la suggestion de M. Davagle lui-même, mis en scène un collage d'une œuvre de son cru, à savoir une série de quatre textes dramatiques repris sous le titre générique de Sur le quai, titre qui est précisément le sujet du Concours de l'année prochaine 2010/11.

C'était, pour nous, une sorte de retour à l'origine, et, pour l'auteur, une bonne manière d'attirer l'attention sur le concours à venir dès septembre.

Sans doute aussi, plus intimement, un test auquel se soumettait le "jeune" dramaturge. Il peut être rassuré : sa "pièce" offre de belles possibilités de jeu ; comme l'a, je pense, prouvé le spectaculet présenté par Marco et son équipe : Vincent, David, Romain, Stéphanie et Déborah, avec Renaud à la régie.

Les bonnes réactions du public - et de l'auteur - nous poussent d'ailleurs à retravailler encore ce montage théâtral pour aller le présenter, début octobre prochain, au Festival International de Dourdan (au Sud de Paris)... Inch'Etcaetera.

C'est bien le moins pour un texte qui parle de voyages... réels ou imaginaires.

Robert Germay

NB : vous trouverez tous les renseignements sur l'Atelier de lecture sur son site.

Lire la suite

Bratislava, Festival Istropolitana '10, 18-23 juin 2010

28 Juin 2010 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

Istropolitana_2

Les photos

Le Festival "Projet Istropolitana" fut créé à Bratislava en 1977 (en Tchéchoslovaquie, alors) à l'initiative de la Faculté de théâtre de l'Académie des Arts de la scène (Academy of Performing Arts - VSMU), elle-même fondée en 1949. Les buts du Projet Istropolitana sont de favoriser la rencontre internationale de différentes approches du théâtre, représentées par des jeunes artistes issus de différentes écoles, qui viennent proposer leurs dernières créations (à ce jour, 80 écoles des quatre coins du monde) à un jury professionnel. Le propos est donc fortement pédagogique et éducatif.

On ne s'étonnera donc pas que, en 1984 déjà, Istropolitana entretenait des contacts avec Liège et sa session expérimentale du Conservatoire Royal, plus particulièrement au travers de René Hainaux et feu Max Parfondry. Dans les années 90, ces contacts s'élargirent au TURLg à l'occasion de la création de l'AITU (1994) dont Zuzanna Hlavenkova, professeur à la VSMU devint rapidement membre active. En juin 2002, j'ai moi-même participé à Istropolitana, à la fois comme membre du Conseil d'Administration de l'IIT - Belgique Francophone, et comme président de l'AITU, qui y tint une réunion du Comité exécutif, préparatoire au 5e Congrès de l'AITU qui devait se tenir - et s'est tenu - en 2003 à Olympia. J'avais gardé un excellent souvenir de ce premier séjour slovaque, et c'est donc avec plaisir que nous avons accepté de participer, cette fois avec un spectacle, à cette 18e édition (Istropolitana est une biennale).

Avec plaisir, mais non sans appréhension : si le TURLg est, à bien des égards, un outil de formation, il n'est pas pour autant une école, au sens où le sont les autres participants à la Rencontre. La question "Mais que faites-vous là ?" nous a d'ailleurs régulièrement été posée par des "collègues" invités. Ceci-dit, la directrice du Festival, Svetlana Waradzinova, et Zuzanna Hlavenkova elles-mêmes, avaient "visionné" notre Dernier Godot, de M. Visniec, lors de RITU 27, en mars dernier, avant de l'inviter officiellement. Nous n'avions donc pas à rougir... Et nous n'avons pas rougi, car l'accueil du public, le me. 23/6 à 14 hrs au LAB (remarquable salle, inaugurée la semaine précédente) fut tout à fait positif, à en croire les commentaires glanés ci et là.Istropolitana_1

Istropolitana, ce n'est pas que des présentations de spectacles. C'est aussi des discussions organisées sur les spectacles vus. A ce propos, je regrette que la discussion sur la journée du 23, NOTRE journée, ait dû se dérouler le jeudi 24 à 11 hrs, c'est-à-dire le lendemain de la clôture officielle. Inutile de dire que la fête a duré toute la nuit au Cvernovka, l'ancienne fabrique, lieu de toutes les "partys" du festival, et qu'on comptait sur les doigts des deux mains les volontaires pour débattre de notre prestation. Dommage... et avantage : nous avons pu reprendre la route (1100 kms) vers Liège dès midi. Des discussions donc, mais aussi des ateliers ; et nous fûmes ravis d'y retrouver Sergio Sierra, de Barcelone ET de l'Université Caldas de Colombie, qui présentait le même atelier de danse (dans le cadre de son doctorat) qu'à notre propre RITU 27. Quand on vous dit qu'Istropolitana met l'accent sur la pédagogie et la formation !

Les 23 troupes participantes venaient cette année de Serbie, Etats-Unis, Indonésie, Russie, Singapour, France, Royaume-Uni, Autriche, Israël, Macédoine, Italie, Pologne, Iran, Tchéquie, Slovaquie et Belgique.

N'ayant pu arriver que le dimanche 20 au soir, nous n'avons pu voir que quelques uns des spectacles proposés, hélas. Mais tous étaient d'un impressionnant niveau, foi de vieux routier des festivals. J'ignore qui le jury a particulièrement distingué, mais mon coup de chapeau personnel va aux Polonais avec Histoires de la Forêt viennoise de Ödön von Horvath. Tiens, quelle surprise ! c'est justement Horvath et son Don Juan revient de guerre qui va m'occuper les mois à venir. Blague à part, toutes ces écoles forment drôlement bien leurs jeunes étudiant(e)s.

Organisation sans faille, logements très confortables, temps sec, ambiance festive, spectacles de qualité... Merci à Svetlana et à son équipe !

Quelques anecdotes ? Alphonse avait oublié à Liège la bande son, et Renaud, le cendrier-décor de la pièce. Renaud a donc re-gravé un CD à partir de son miraculeux Mac book, et Robert a déniché un cendrier local fort adéquat. Vincent, lui, s'est contenté d'accrocher le mur de l'entrée - étroite - de la Chimie avec le flanc gauche de la camionnette Athlon. Sans doute distrait par l'annonce toute fraîche de la victoire de la Slovaquie au Mundjal ? Quant à David, il a beaucoup vuvuzellé, de jour comme de nuit.

Qu'on ne me parle plus de football à Bratislava ! Impossible d'y échapper dans cette ville piétonne où chaque café - et ils sont nombreux ! - a son écran géant en terrasse. Alors, avec les Coppolas, pas Espagnols pour rien... En revanche, c'est peut-être pour cause de Mundial que nous avons fait l'aller et le retour sans le moindre bouchon sur les autoroutes allemandes. A retenir pour nos prochains déplacements : vive le foot !Istropolitana_4

Robert Germay

Lire la suite

Les stages du TURLg mondialement connus !

28 Juin 2010 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

Nous recevons aujourd'hui le courriel qui suit :

 

"Je viens de consulter votre site [...] nous habitons en Afrique, or vous signalez que vous vous réservez le droit d'annuler [un stage] s'il manque de participants. Combien de temps avant le début du stage pouvez-vous donner une réponse définitive (pour les billets d'avions)?"79317404theatre-gif.gif

 

C'est ce qui s'appelle de la motivation !

Lire la suite

Quelques nouvelles de Nicolas Ancion

25 Juin 2010 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Hep - les ancien(ne)s...

Voici ce que nous recevons aujourd'hui du collectif littéraire ONLiT, et sans hésiter, nous le partageons avec vous. Bonne(s) lecture(s) !

Le TURLg

 

"Édito

Bonjour à tous ! L'été approche et vous n'êtes toujours pas en possession du livre que vous emmènerez au bord de la piscine ? (Et oui, c'est souvent de cette manière que l'Occidental passe son temps quand il ne va pas au bureau et que le ciel est dégagé...) En attendant l'arrivée des beaux jours, ONLiT vous invite à découvrir les 3 derniers textes que nous avons eu le plaisir de publier. Lisez-les comme si le soleil vous assommait, partagez-les comme si c'était de la crème solaire et n'hésitez surtout pas à laisser un commentaire... Bonne lecture et/ou écriture !

Textes (3)

>>> "Serial Killer", un texte inédit de Laurence Soetens... (Lire ce texte...)

>>> "Le chef au chapeau", un texte inédit de Pierre-Brice Lebrun... (Lire ce texte...)

>>> "Senteurs d'été", un texte inédit de Nicolas Ancion... (Lire ce texte...)

Vous aussi vous écrivez ? Envoyez-nous votre texte à textes@onlit.be, accompagné d'une courte bio et d'une image illustrative ! Seul critère formel : maximum 8.000 signes (espaces compris). Soyez original : le genre n'est pas limité, nous avons déjà publié des nouvelles, des lettres, de la poésie, un scénario, etc. Les meilleurs seront publiés sur ce site après sélection. Bonne écriture !

Qui sommes-nous ?

ONLiT est un collectif littéraire œuvrant pour la promotion de la lecture et de la littérature sous toutes ses formes.

Facebook

Rejoignez notre groupe sur Facebook qui compte déjà plus de 1129 membres..."

Nicolas Ancion, Laurence Soetens et P-B Lebrun sur ONLiT
Lire la suite

Notre Xavier change de disquette : il nous aura tout fait...!

22 Juin 2010 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Hep - les ancien(ne)s...

Xav1Nous apprenons, par un entrefilet paru dans Le Soir du 18 juin, que "notre" Xavier Diskeuve, dont nous vous avions déjà parlé précédement sur ce blog a pris un congé sans solde d'un an pour assurer sur Bel RTL la succession de Dubus pour sa chronique quotidienne Votez pour moi !Xav3

 

Quelques photos pour vous donner une petite idée des talents multiples de Xavier... à qui nous souhaitons beaucoup de succès dans sa nouvelle entreprise !

Xav2

Lire la suite

Le TURLg relance un Liège-Dakar, 1-11 juin 2010

18 Juin 2010 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

 

Théâtre SoranoLes photos

Nos premiers contacts avec le Sénégal remontent déjà au début des années 90, lorsque le TURLg s'attelait à la création de l'AITU (Ass. Int. du Th. à l'Université). A la table des discussions en la matière, on retrouvait déjà, dans l'équipe de base, e.a., Ousmane Diakhate, Professeur de Théâtre à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il entra dans le Comité Exécutif de l'AITU dès le Congrès fondateur de Liège en 1994, où il fut élu Vice-Président (pour l'Afrique Sub-Saharienne), position qu'il occupe encore aujourd'hui. Au Congrès de Valleyfield-Québec (1997), Ousmane proposait d'organiser le suivant chez lui, et il m'invitait à Dakar pour vérifier sur place la faisabilité du projet. C'est ainsi que le TURLg put présenter son fameux Karl Valentin, Le Projecteur réparé ?, en janvier 1998 (trois fois en trois lieux différents à Dakar, notamment à l'Institut Français). Cette première visite fut en tous points convaincante. Je me souviens fort bien du bon accueil que nous avons reçu de toutes parts : du côté sénégalais, par Ousmane et son équipe d'abord, mais aussi auprès du Ministre de la Culture de l'époque, Monsieur A.E. Kane ; du côté français par Monsieur Guy Maurette, Directeur du Centre Culturel Français de Dakar ; du côté allemand même (nous jouions Karl Valentin !) auprès de M. Frank Berthold, Directeur du Goethe-Institut à Dakar ; du côté belge, enfin, par M. Freddy Jacquet, délégué de la Communauté française Wallonie-Bruxelles ; par notre autre Liégeoise, Mme Danièle Latin de l'AUPELF, et par Mme Brigitte Brasseur, du Département des Lettres modernes, et jusqu'à Philippe Laurent, comédien-animateur, alors en poste à Dakar. Sans oublier, surtout, l'accueil très chaleureux du public dakarois ! Rien que de bons souvenirs...

Le 3ème Congrès Mondial de l'AITU se déroula donc bien à Dakar en 1999, à la satisfaction générale. Organiser un tel évènement en terre africaine n'était pas une mince affaire : encore merci, et chapeau ! à Ousmane (sur l'AITU, voyezwww.aitu-iuta.org)

En 2002, c'est avec Si tu m'aimes...de Hans Sachs, que nous répétions l'expérience, pour jouer à Dakar et, cette fois, au Théâtre Sorano, svp, le plus grand théâtre de l'Afrique de l'Ouest, en présence, notamment, de M. l'Ambassadeur de Belgique à Dakar, M. Philippe De Clerck. De plus, les efforts de M. Marc Clairbois, délégué de Wallonie-Bruxelles à l'époque, nous valurent une invitation à décentraliser notre spectacle à Saint-Louis, l'ancienne capitale sénégalaise, au Centre Culturel Français Gaston Berger. Le Directeur de celui-ci, M. Vincent Giovanni fut d'ailleurs très satisfait de notre prestation devant un public on ne peut plus populaire et intergénérationnel : ce - trop court - séjour à Saint-Louis reste le souvenir le plus marquant de cette belle tournée de janvier 2002. Des anecdotes ? Notre voyage coïncida, bien fortuitement cette année-là, avec la déconfiture de notre compagnie aérienne nationale SABENA (Such A Bloody Experience Never Again. Eh oui, le temps passe), ce qui eut quelques fâcheuses incidences sur le prix des billets... Et une conférence que Robert Germay devait faire pour les étudiants d'Ousmane fut annulée : grève générale surprise des "auditeurs" pour cause de Coupe d'Afrique des Nations ! Heureusement, cette année 2010, nous avons échappé de justesse à la Coupe du Monde, ouf !

En 2010, huit ans plus tard, imaginez si l'appétit était grand de remettre le couvert. Et notre Ousmane eut la bonne idée de nous inviter à nouveau, sous sa casquette de Professeur (Atelier de recherche et de pratique théâtrales de la Fac. des Lettres et Institut supérieur des Arts et des Cultures à l'Université Cheikh Anta Diop), mais, aussi, cette fois, sous le képi de Directeur général du Théâtre national Daniel Sorano, qu'il coiffe désormais depuis quelques années déjà... et qui lui sied à merveille !Ousmane et RG

Départ donc de Vincent P., Marco P., Dominique D. et du Chef le mardi 1er juin à 11h25 de Zaventem, d'où un vol direct (ça devient rare dans nos tournées !) devait nous amener à Dakar à 15h35 heure locale (deux heures de décalage avec chez nous). Le trajet de l'aéroport Sedar Senghor à l'université nous a montré que le réseau routier qui entoure Dakar évolue vite et bien, dans le sens d'un désenclavement du centre ville. Au passage, nous admirons l'imposant - Kolossal - monument, dans un impressionnant style nord-coréen pur jus (voyez nos photos), inauguré il y a deux mois par le Président de la République, Maître Abdoulaye Wade : reste à voir quand les abords du mastodonte seront terminés (tiens, et comment va le quartier de notre Calatrava ?)... Nous constatons aussi que l'Océan érode de plus en plus, et inexorablement la longue plage qui borde la route. La différence, en 8 ans, est visible à l'oeil nu. Y'a du problème dans l'air, les gars : va falloir remblayer fissa. On nous dit que c'est prévu. Installation dans la confortable résidence universitaire pour professeurs et autres invités, sur la Corniche Ouest. Premières couches de protection anti-moustiques... Repos bien mérité.

Le lendemain, nous investissons le Théâtre Sorano où nous devons jouer à 17 heures déjà. La préparation se déroule au rythme de là-bas, lentement mais sûrement : il ne restait plus qu'aux machinistes à nous bricoler un tableau et une table de toutes pièces. Ce qui fut fait. Ah, les miracles du bricoleur sénégalais sans outils...

Nous avons donc joué le mercredi 2 et le jeudi 3 à 17 heures pour des étudiants nombreux. Etrange et nouveau pour nous de se trouver ainsi devant un public plus qu'attentif, disons : studieux, chacun et chacune ayant un cahier sur les genoux et un bic en main ! Il faut dire que le spectacle était l'objet d'un travail écrit, à rendre d'ici peu comme exercice de critique théâtrale dans le cadre de leurs études.

C'est aussi la raison pour laquelle un débat d'une heure fut organisé immédiatement dans la foulée des représentations, Ousmane, le Chef et la troupe répondant aux questions des spectateurs. Celles-ci permirent, en quelque sorte, de faire cours sur l'histoire et l'esthétique théâtrales. Je ne doute pas que l'échange fut enrichissant pour les deux parties. Dans cette honorable assemblée, nous avons eu aussi le plaisir de remarquer la sympathique présence - les deux fois - de l'actuelle Déléguée Wallonie-Bruxelles International, Madame Anne Lange. Je serais tenter d'orner son nom d'une apostrophe judicieusement placée, tant son accueil fut chaleureux, attentif et dévoué pendant cette première semaine dakaroise. Un ange, on vous dit ! D'ailleurs, c'est une Liégeoise. Ca dit tout.

Hôtel Cap Saint LouisLe lundi 7, un taxi-brousse, brinquebalant comme un vrai taxi sénégalais, nous amenait à Saint-Louis où nous avons passé deux jours tout confort à l'Hôtel Cap Saint-Louis. Piscine et farniente. Et c'est bien là le petit bémol. Nous espérions bien jouer aussi à Saint-Louis, comme naguère. D'autant plus, disons-le, que Saint-Louis est jumelée avec Liège ! Madame Lange a bien contacté la Municiplaité Saint-Louisienne en la personne de l'adjointe au Maire, Madame Ba, et celle-ci a transmis la demande au Service Culturel de l'Université de Saint-Louis. Et j'ai négocié moi-même avec ces deux interlocuteurs locaux par téléphone : leur bonne volonté était manifeste. Mais les circonstances ne permirent pas de concrétiser le projet d'une représentation dans des conditions techniques acceptables. Par ailleurs, le Centre Culturel Français, auquel Ousmane avait fait une demande, se révéla indisponible à ce moment. Bref, chou blanc et coup dans l'eau. Ceci-dit, ce petit séjour à St Louis nous a permis de rencontrer, logeant au même hôtel, deux connaissances liégeoises : Véronique Marit, de Dérives Production et Christine Pireaux, de Wallonie Image production, toutes deux participant à "Louma", un colloque organisé par Africa Doc, à Saint Louis, précisément. Comme "de" quoi, les Liégéois, ça voyage !

Retour à Dakar le jeudi 10, et de là, à Liège, à l'aube du samedi 12 juste avant le début de la saison des pluies, merci.

Autre rencontre anecdotique et amusante : nous avons assisté, par hasard, le vendredi matin au tournage d'une capsule de Yvan le Bolloc'h et ses Manouches dans le pittoresque jardin de l'Institut Français de Dakar. Comme "de" quoi aussi, le monde est petit... et le Sénégal attirant.

Nous tenons à remercier encore Ousmane Diakhate qui a, une fois de plus, démontré ses vertus d'organisateur et sa grande convivialité (sans parler des qualités culinaires de son épouse...). Vieil habitué de nos Rencontres Internationales, Ousmane nous a promis d'amener à RITU 28 (28/2-6/3/2011) - enfin ! - une troupe de son Université : ce sera une grande première ! Inch' Etcaetera...

Merci encore aussi à Madame Lange pour sa disponibilité et merci, enfin, à la Communauté française et au WBI : l'aide financière accordée cette fois, comme par le passé, a permis au TURLg de maintenir et développer ses contacts avec un des pays les plus attrayants de l'Afrique occidentale.

Robert Germay

Lire la suite