Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

24e THEATRA, Festival international de Théâtre amateur, Saint-Louis (Haut-Rhin), 8-10 octobre 2010 : le TURLg innove en dératisant la place de la Mairie

13 Octobre 2010 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

 

IMGP4539.JPGLes photos

 

Pour avoir participé aux deux évènements, le TURLg peut affirmer que "Les Arlequins" de Cholet (Maine et Loire, 1987...) et "Théâtra" de Saint-Louis (Haut-Rhin, 1986...) sont, sans doute, les deux plus importants festivals de théâtre amateur de l'Hexagone.

Notre aventure à Saint-Louis a commencé par une participation de Robert Germay à la 2ème édition de Théâtra, en 1987, en tant que membre du jury, à l'invitation d'André Leroy et Cathy Aulard, les - déjà - moteurs et âmes de la manifestation ludovicienne. Comprenant vite que concours et jurys ne seraient jamais ni sa bière, ni sa tasse de thé, RG proposa plutôt de participer à Théâtra par la suite avec des spectacles - généralement hors-concours - ce qui fut le cas déjà en 1988, où notre toute première version du Projecteur réparé de Karl Valentin était présentée en ouverture officielle du 3ème festival.

Suivirent alors successivement Passion d'Edward Bond - en anglais ! - (1989); En Pleine mer de Mrozek (1991); Ein Fest bei Papadakis du Grips Theater - en allemand et grec - (1993); Communication à une académie de Kafka, version avec Pierre Wathelet (1995); L'Innocence des bœufs d'après Alphonse Allais (1996, 10e édition de Théâtra); L'Enseigneur de J.P. Dopagne (2006, 20e édition).

Cette année 2010, le 24e Théâtra avait, en fait, invité notre Dernier Godot mais celui-ci, pour des raisons personnelles, ne pouvait pas se libérer aux bonnes dates. Nous avons donc proposé Le Joueur de flûte,en évoquant la possibilité de le jouer en plein air, comme nous l'avons déjà fait par deux fois en Turquie l'année dernière. Théâtra y vit une bonne occasion d'innover. Et c'est ainsi que, pour la première fois de son histoire, il présentait un spectacle le samedi à 14h15 sur la place de la Mairie. L'initiative fut un succès, puisqu'un public nombreux est venu chasser le rat à coups de flûte autour (tout autour !) d'un podium ensoleillé. L'expérience fut très intéressante pour la troupe elle-même, et fort appréciée des spectateurs, manifestement.IMGP4568.JPG

Cette prestation a valu au TURLg "une mention toute spéciale pour sa participation hors concours et en plein air samedi, sur la place de la Mairie" (dixit le journal "L'Alsace" du lundi 11).

Saint-Louis, petite ville frontière, juste avant le trou de Bâle, ne serait sans doute pas la même sans son désormais fameux Théâtra qui l'anime, la dynamise aussi depuis bientôt un quart de siècle. Ce qui frappe, c'est d'abord la constance de l'engagement des organisateurs : depuis tout petit déjà (il était Échevin quand nous l'avons connu), le Maire Jean Ueberschlag entraîne ses troupes municipales dans l'aventure (n'est-ce pas, Line, Toni, et les autres), soutenu par les chevilles ouvrières des Tréteaux de Haute-Alsace (Mulhouse), Cathy et André, toujours aussi dévoués et pertinents dans la sélection artistique. Remarquable aussi l'engouement des troupes amateurs qui frappent en nombre à la porte : cette année, 22 troupes élues, soit 215 participants. Marquante, enfin, la constance d'un public fervent se pressant dans les différents lieux de représentation.

Y'a pas d'doute : Théâtra vaut l'détour... et l'séjour est toujours trop court... Grand merci et bravo pour l'organisation sans failles.

Vive Théâtra 25 !

Robert Germay

IMGP4630.JPG

NB : Monique apprécia : 1) le soleil, 2) la souplesse des serveurs du bar du chapiteau, qui nous a permis d'échanger les tickets repas non utilisés contre des tickets boisson (bière, en général) et 3) la belle excursion à Strasbourg sur le chemin du retour (merci Chef !).

Et elle se souvient avec émotion que son premier voyage à Saint-Louis (1988, avec Le Projecteur...) fut sa dernière tournée avec le (alors) TULg avant la naissance de son troisième enfant. Elle revint douze ans plus tard, et pour jouer le même spectacle, encore en tournée, à Calais-Dunkerque-Boulogne, cette fois.

Lire la suite

MIĘDZYNARODOWEGO FESTIWALU TEATRÓW NIEZALEŻNYCH PRO-CONTRA 2010

12 Octobre 2010 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

Carrefour.jpgDu 01 au 03 octobre, la troupe du Miroir aux Camisoles s’est rendue, pour sa deuxième tournée, en Pologne, et plus précisément à Sczeczin (prononcer “Chéchin”).

Après un voyage agréable et reposant pour tous les comédiens (le régisseur ch’échinant à garder le volant) nous sommes arrivés à destination dans les environs de vingt heures. Là, nous avons rencontré Tomek, le charmant bénévole chargé de nous accueillir et guider, ainsi que son meilleur ami, surnommé Potomek par nos soins. Comme vous le voyez, la bonne humeur et les calembours étaient au rendez-vous. Pour associer les plaisirs de l’esprit aux plaisirs du palais, nous nous sommes offert un restaurant gastronomique et sympathique, pressentant avec raison que les autres repas seraient principalement composés de choux.

Le lendemain, nous découvrions le programme du festival et lisions que le tournoi serait ouvert par le “turnejCzekajac na Godota/ S. Becketta”. Lisant l’affiche, nous avons posé trois constatations.

D’abord, les Polonais mettent des “a” à la fin des noms propres, ce qui est quand-même étrange. Christelle Burtona sur une affiche, ça m’aurait fait bizarre…

Ensuite, nous allions voir 3 (trois, oui TROIS) fois En Attendant Godot sur la même soirée (et pas une seule fois en français!). Pensée émue pour nos collègues qui jouaient Le Dernier Godotde Visniec le même week-end à Minsk. Pensée réjouie pour le Chef qui a eu l’originale idée de ne PAS monter En Attendant Godot. Pensée vengeresse pour le responsable de la programmation qui n’est pas f… de répartir ce genre de spectacle, potentiellement lent et lourd. Celui-là, on l’aurait bien achéchiné!

Enfin, il était question de tournoi… Nous nous renseignons donc auprès de notre Tomek attitré: Qui est le jury? Quel est le prix? Les autres pièces sont-elles en compétiton aussi? Nous avons eu peu de réponses claires mais avons compris l’essentiel: nous ne devrions pas voter et notre pièce n’était pas en compétition. Pour l’instant!

Par malheur (ou par bonheur pour nos cerveaux), la troupe russe n’est jamais arrivée en Pologne… et n’a donc pas pu nous présenter sa version de Godot. Nous nous sommes donc contentés, au propre comme au figuré, de deux Godot en polonais. Le premier Godot, interprété par le Nie Ma Théâtre, organisateur du festival, nous a surpris par sa créativité. Le deuxième Godotnous a ravis par son absence. Le troisième Godot, plus traditionnel, nous a confirmé que trois Godotsur une soirée, ch’est chinopportun.

Tchintchin.jpgPour clôturer la soirée en beauté, nous sommes allés trinquer avec des Norvégiens (Tchin ! Tchin !), des Allemands (Tchin ! Tchin !) et des Polonais (Tché ! Tchin !) dans un café étudiant, digne d’être liégeois à mon avis. Ce qui nous a confirmé ce que d’autres tournées nous avaient déjà appris : la bière de l’Est est pas dégueu, didju !

Le lendemain samedi, nous avons animé un atelier (in English of course) qui a, somme toute, bien fonctionné. La sauce a pris comme dirait l’autre. Comme quoi, et comme dirait le Chef, pour faire du théâtre, y’a pas forcément besoin de parler !Atelier.jpg

Ensuite, nous avons assisté à 5 représentations qui nous ont promenés de bonnes surprises en coups de cœur et de coups de cœur en découvertes.

Parmi celles-ci, citons 4.48 Psychosede Sarah Kane, par le théâtre Immaturus, venu de Norvège.Comme nous utilisons des extraits de la pièce dans notre spectacle, c’était évidemment intéressant de la voir jouée en entier. Et nous n’avons pas été déçus : le choix du texte et la mise en scène étaient courageux et assumés, l’interprétation sans faille et le résultat bluffant !

Citons aussi Make some tea, par le Cirkus Mlejn Théâtre de Prague, un spectacle de cirque théâtralisé : du trapèze, de la jongle, de la poésie, de l’humour… le rêve !

Enfin, citons et encensons Smile outside the Pocket, par le théâtre Red the Nose Paper venu de Suède. Un spectacle de clowns muet, poétique, drôle et touchant… ce serait parfait pour un RITU !! 

Pendant ce temps, il nous a semblé comprendre vaguement que le règlement du concours avait plus ou moins été modifié et que nous devrions peut-être voter et qu’on serait approximativement en compétition. Bref, on a rien compris !

De tout façon, on s’en fiche ! On a joué, ils ont applaudi, certains nous ont complimentés et on n’a rien gagné, na !

Et la Pologne ? Ben… la Pologne, c’est comme partout : c’est riche et c’est pauvre, c’est nouveau et c’est vieux, ch’est chinistre et clinquant.

Chechi n’est pas une enseigne Carrefour derrière des échoppes croulantes !

 

Bref, c’est mondialisé, rien de neuf sous le soleil !A part un petit nom pour désigner les parties intimes des dames… Vous devinez lequel ? La chéchine, évidemment !

Lire la suite

MINSK, Teatralny Koufar VII, 27.9 - 2.10.2010 : Godot est venu, il a vu, et il a vaincu !

11 Octobre 2010 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

 

English below

IMGP4432.JPGLes photos

On sait que Godot aime, encore et toujours, se faire attendre. Mais serait-il maudit ? En avril 2010, un nuage islandais de cendres volcaniques faisait méchamment avorter notre longue tournée prévue au Québec avec notre Dernier Godot. Et ne voilà-t-il pas que ce mardi 28 sept. dernier, une grève aussi sauvage que malvenue des contrôleurs du ciel de Zaventem menaçait sérieusement d'empêcher notre vol vers Minsk, pour y participer à la 2ème moitié du 7e "Koufar" organisé par l'Université d'État du Belarus : tout le trafic aérien cloué au sol de l'encore Belgique ! Mais que fait le gouvernement ?

Après une nuit d'incertitude, le danger semblait heureusement écarté, et, le mercredi 29, nous quittions le TURLg à 6 heures du matin grigneux pour décoller sans encombre à 9h50 vers ce bon vieil Est. Voyage tout à fait normal, si on prend avec philosophie les quatre - longues - heures d'escale à 2/3 chemin, Varsovie (non-fumeur), puis les 2 - plus longues encore - heures de patience à l'aéroport d'arrivée, Minsk, 19h locales, pour y attendre un groupe d'Italiens (Theatre of Sofia Amendolea Rome Theatre Academy) destiné à remplir le bus qui devait nous amener à notre destination finale à passé 22 heures. Ouf ! Nous retrouvions notre bon vieil internat universitaire, n° 2, étage des Profs, heureusement ! (A la grande joie de Renaud, e.a., qui, avec la troupe de l'année dernière (Fin de siècle sur l'île), était logé dans une sorte de caserne, à une demi-heure en bus du centre ville.

La première visite du Chef - moi - à Minsk remonte à 2005 (Koufar n° 2) où il représentait l'AITU qu'il présidait à l'époque. En 2006, il y retournait comme Président du Jury, jurant, mais un peu tard, qu'on ne l'y reprendrait plus. Certains festivals, particulièrement à l'Est, ont la manie des "Awards". Je suis radicalement opposé à cette pratique, et je m'en suis déjà expliqué, mais je respecte évidemment les coutumes des pays, tant qu'elles ne portent pas atteinte à l'intégrité de la personne. O patriae ! o mores !

En 2007, le TURLg présentait Si tu m'aimes...; en 2009, Fin de siècle sur l'île; et, en 2010 donc, Le Dernier Godot; tout cela "hors concours", comme il se doit... Mieux encore : en Honorary guest ! Merci Katsia ! Six visites à Minsk donc, et à chaque fois, le même plaisir et... les mêmes constatations : on marche beaucoup à Minsk ; le public y est toujours en abondance... et bien en avance : on s'y arrache les places dans des salles pleines à craquer ; on y aime les "standing ovations" (pour se dégourdir les jambes ?) ; la météo y est très variable, mais l'accueil chaleureux en permanence...IMGP4500.JPG

L'Université de Minsk étant membre - très - active de l'AITU, il est évident que sa liste de contacts se garnit de plus en plus. Ce n'est pas étonnant non plus que nous y retrouvions régulièrement bien des visages connus, passés souvent par Liège-RITU, tout en y faisant, certes, aussi de nouvelles connaissances. Oui, l'AITU est une vraie toile.

Voici la liste des pays participants à Koufar 7 : Russie, Iran, Bosnie-Herzégovine, Belarus (Minsk et Novopolotsk), Estonie, Pologne, Ukraine, Serbie, Suisse, Italie, Grèce, Royaume-Uni, Portugal, Lituanie, Lettonie et Belgique, donc. Une belle brochette ! (http://www.theatre-fest.bsu.by/). N'étant arrivés que le mercredi 29, nous n'avons, hélas, pas pu voir beaucoup de spectacles. Disons seulement que, comme tout le monde, nous avons été très impressionnés par la qualité du spectacle de Bath, Red Room, qui a bien mérité ses awards, d'une part ; que, d'autre part, le débat houleux autour du spectacle Guantanamo des Italiens est, pour moi, "much ado about nothing"... ; et que, enfin, nous avons l'impression d'avoir convaincu avec notre prestation. Ca fait plaisir et ça rassure, car notre Godot est attendu la saison prochaine dans pas mal d'autres endroits à l'étranger.

Mentionnons aussi les ateliers, dirigés par de vieux amis habitués de Liège, e.a. Sergio Sierra et Edward Lewis, ainsi que par Mehdi Farajpour, qui pourrait bien, sous peu, participer aussi à RITU.

Une pensée émue aussi pour le jury qui n'a pas dû avoir la tâche facile pour distribuer les prix de manière juste et/ou judicieuse...

La semaine passée, le TURLg a de nouveau montré son don d'ubiquité, puisque pendant que Godot batifolait à Minsk, le Miroir aux Camisoles faisait, le même week-end, un tabac à Szczecin (Pologne) !

Encore tous nos remerciements et toutes nos félicitations à tout l'équipe du Koufar 7.

Vive Koufar 8 !

Robert Germay

 

NB : Monique apprend avec émotion que le Chef a reçu un "award" honorifique, symbolisé par un magnifique "Koufar" (coffre) miniature, réplique du symbolique coffre aux trésors du festival. Il trône (le coffret, pas le Chef) maintenant fièrement dans notre cafeteria, bien sûr, aux côtés de nos innombrables souvenirs de tournées.

 

IMGP4511.JPGMINSK, Teatralny Koufar VII, 09/27 to 10/02/2010: Godot came, he saw and he conquered!

We know that Godot loves again and again to be expected. But would he be cursed? In April 2010, the Icelandic volcanic ash cloud has sabotaged our long-planned tour in Quebec with our
Last Godot. And, lo and behold, on Tuesday, 28 September, a wild and inappropriate strike of the air traffic flow controllers at Zaventem threatened seriously to prevent our flight to Minsk, in order to participate in the 2nd half of the seventh "Koufar" organized by the State University of Belarus: all the - still - Belgian air traffic nailed to the ground ! But what is the government doing?
After a night of uncertainty, the danger seemed happily averted, and we left the TURLg, on wednesday 29 sept. at sulky 6 am, to take off without incident at 9:50 towards good old East. Quite normal travel, if we consider the four - long - hours of call at 2 / 3rd of the way, Warsaw (non-smoker) with philosophy, then the 2 - even longer - hours of patience at the airport of arrival, Minsk, 7 pm local time, to await a group of Italians (Rome Theatre of Sofia Amendolea Theatre Academy) to fill the bus that would take us to our final destination at 10 pm. Phew! We end up boarding our good old University pension nr. 2, at the Guests floor, thanks ! (To the delight of Renaud, who, with the troup of last year (
End of the century island), was housed in a kind of barracks, half an hour by bus from downtown.
The first visit of the Chief - me - in Minsk was in 2005 (Koufar No. 2) where he represented IUTA as (still at the time) Chairman. In 2006, he returned as President of the Jury, swearing, but a bit late, that he would never do it again. Some festivals, especially in the East, have a habit of giving "Awards". I am totally opposed to this practice, as I have already explained before, but of course, I respect the customs of the country, if they do not affect the integrity of the person.
O patriae! o mores!
In 2007, the TURLg presented
If you love me...And in 2009, End of the century island and, then, in 2010, The Last Godot; all this "out of competition", as it should ... Better yet: as Honorary guest! thank you Katsia! Six visits to Minsk, then, and each time with the same pleasure and ... similar observations : you walk a lot in Minsk; the public is always in abundance ... and well in advance: it is hard to find places in theatres filled to overflowing; they like "standing ovations" (to stretch their legs?) ; the weather is very variable, but the warm welcome is there at all times ...
The University of Minsk is a - very - active member of IUTA, and it is clear that its contacts list is growing more and more. It is thus not surprising that we regularly meet many familiar faces, often met before at Liège-RITU, of course, but also make new acquaintances. Yes, IUTA is a real network.
Here is the list of participating countries at Koufar 7 : Russia, Iran, Bosnia-Herzegovina, Belarus (Minsk and Novopolotsk), Estonia, Poland, Ukraine, Serbia, Switzerland, Italy, Greece, United Kingdom, Portugal, Lithuania, Latvia and Belgium, then. An impressive sample! (http://www.theatre-fest.bsu.by/). As we only arrived on Wednesday 29, we have unfortunately not been able to see many shows. Let's just say that, like everyone else, we were very impressed by the quality of the show of Bath,
Red Room, which has well earned its awards, firstly, and that, on the other hand, the heated debate around the show Guantanamo by the Italians is, to me, "Much Ado About Nothing" ... And that, finally, we seem to have satisfied with our performance. It's been fun and it reassures us because Godot is expected next season in a lot of other places abroad.
Let's also mention the workshops, led by old friends often met in Liege, among others, Sergio Sierra and Edward Lewis, and by Mehdi Farajpour, which could shortly also participate in RITU.
A thought also for the jury who did not have an easy task in distributing the prices fairly.
Last week, the TURLg has again shown its ubiquity, since, as Godot romped around in Minsk, the
Miroir aux camisoles, was receiving an ovation in Szczecin (Poland)!
Thanks again, and congratulations to the entire team of Koufar 7.
Long live Koufar 8!
Robert Germay

NB: Monique learns with emotion that the Chief has received an honorary "award", symbolized by a magnificent "Koufar" (trunk) miniature replica of the symbolic treasure chest of the festival. It (the Koufar, not the Chief) now proudly sits in our cafeteria, of course, along with countless memories of our tours.

Lire la suite