Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Bricole(s) quenienne(s) : montage par le Théâtre Universitaire Royal de Liège

12 Décembre 2012 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Le Jeudi 29 novembre, à 18h00, au programme de

« Parentés. Raymond Queneau et l’esprit de famille »

Colloque international.

 


2012-11-29-19.54.18.jpgLes photos

 

 

 

Ce jeudi 29 novembre, la Salle des Professeurs de notre Alma Mater (Superbe salle art déco pour ceux qui ne la connaissent pas – voyez ici) résonnait des accents de notre montage « Bricole(s) quenienne(s) », présenté dans le cadre du Colloque susmentionné,  organisé conjointement par le Département de Langues et de Littératures romanes de l’Ulg et l’Université Sorbonne Nouvelle Paris3.

Il s’était agi pour nous de répondre à une demande de notre ancien Doyen et Administrateur, le professeur Jean-Pierre Bertrand et de Kanako Goto, cheville ouvrière de ce colloque, qui voulaient proposer aux participants un montage théâtral lié à l’œuvre de cet auteur prolifique. Notre choix s’est rapidement porté sur « Chêne et chien » son « Roman en vers » à caractère autobiographique, texte auquel nous avons ajouté l’un ou l’autre poèmes que nous appréciions particulièrement. Un choix qui s’est avéré très judicieux et tout à fait approprié à la thématique du colloque. En voici les premiers vers :

 

Je naquis au Havre un vingt et un février

en mille neuf cent et trois.

Ma mère était mercière et mon père mercier:

ils trépignaient de joie.

Inexplicablement je connus l'injustice

et fus mis un matin

chez une femme avide et bête, une nourrice,

qui me tendit son sein.

De cette outre de lait j'ai de la peine à croire

que j'en tirais festin

en pressant de ma lèvre une sorte de poire,

organe féminin.

 

Et tout ce qui suit est à l’avenant: jeux de mots, jeux sur les mots, mélange des genres et des niveaux de langue, prosodie surprenante, force des images,…  une belle et riche matière, que ce soit sur le  plan de la forme ou du fond, et dont l’adaptation scénique constituait pour nous un beau  défi.

C’était donc un travail sur une partie peu connue de l’œuvre de Raymond Queneau que l’équipe réunie pour l’occasion (merci aux Anne : Miczinski,  Votion, et –Sophie Poussier ainsi qu’à Christelle Burton et à Giancarlo Erbi!) a été ravie de découvrir en détails et de mettre en scène. Ce qui fut fait avec peu de moyen car nous avions opté dès le départ pour une représentation in situ,  dans les lieux mêmes du colloque, nous privant par-là de toute la technique de notre salle récemment rééquipée. Avec un powerpoint type colloque, un micro, deux tables et quelques lampes de bureau, nous avons ainsi proposé une demi-heure d’interprétations, de lectures ou de relecture, de mise en voix ou en corps, de ces textes choisis. Et c’est peu dire que notre spectacle fut bien reçu par ce public de spécialistes de R. Queneau, qui ont été nombreux à venir nous trouver pour nous féliciter.

Qui sait ? Voilà donc Bricoles queniennes, une petite forme théâtrale achevée qui nous pourrions  représenter à nouveau à l’une ou l’autre occasion.

 

Alain, le 11 décembre 2012.

Lire la suite