Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Une ancienne à l'honneur

27 Mai 2013 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Hep - les ancien(ne)s...

chantal-delhez-246x300Chantal Delhez, ancienne du TLG (Theater der Germanisten), Rédactrice à la BRF, reçoit le prix Belfius de la Presse pour son film documentaire « Vater unbekannt » (Père inconnu).

http://brf.be/nachrichten/regional/604081/#.UZ-WRYtDz09.facebook

Toutes nos félicitations !

Lire la suite

Un retour aux sources : Le TURLg présente au public argentin (9-19 avril 2013) sa version de Fin de siècle sur l’île de l’auteur patagon Alejandro Finzi.

24 Mai 2013 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

2013-04-11-15.38.46.jpgLes photos

En 1998 déjà, Robert Germay représentait le TURLg en Argentine lors d’une « mission exploratoire » (19-28 août 1998), répondant à une double invitation de deux collègues autochtones : Carlos Catalano et Alejandro Finzi, deux figures bien connues du monde du théâtre argentin.

Le premier, Carlos Catalano, éminent vétérinaire (sic !) n’en est pas moins Professeur et Directeur-fondateur de la Escuela Superior de Teatro de l’Université de Tandil. C’est à ce titre qu’il participait au 1er Congrès mondial (fondateur) de l’Association Internationale du Théâtre à l’Université, organisé par le TULg à Liège, 13-15 octobre 1994, et où il fut élu Vice-président de l’AITU pour l’Amérique latine. Un peu plus tard, en octobre 1998, il invitait alors le Président de l’AITU, Robert Germay, comme hôte d’honneur aux fêtes organisées par l’Université de Tandil pour marquer le 10e anniversaire de l’Ecole supérieure de Théâtre.

C’est à Lisbonne, au 3e Congrès Mondial de Sociologie du théâtre, du 30 octobre au 2 novembre 1992, que Robert Germay a rencontré pour la première fois Alejandro Finzi. Professeur d’histoire comparée de la littérature et du théâtre à l’Universidad nacional del Comahue à Neuquén (capitale de la Patagonie), mais aussi dramaturge très connu en Amérique latine (et souvent joué en Europe : Espagne, France…) et directeur du Théâtre Rio Vivo de l’Université de Neuquén. Ayant eu vent du voyage de Germay en Argentine, A. Finzi eut la bonne idée de l’inviter à Neuquén après Tandil. Après quelques jours à Neuquén (22-26 octobre), il le ramenait alors à Buenos Aires pour d’autres rencontres de travail à la Escuela Nacional de Arte Dramatico (Institut Nacional Universitario de Artes) pendant l’escale à la capitale.

Tandil-Neuquén-Buenos Aires : pas mal de kilomètres pour un programme très chargé de contacts variés, de conférences et exposés divers. Chargé mais fructueux, ce qui permettait d’écrire dans le rapport de mission de l’époque : « De toutes les discussions que j’ai eues là-bas à tous les niveaux, il ressort une volonté mutuelle de consolider et d’étendre nos échanges. Tous mes interlocuteurs se sont dit prêts à mettre tout en œuvre pour essayer d’organiser une tournée du Théâtre Universitaire liégeois en Argentine ». Rapport signé R.G. en date du 30 octobre 1998 !!!

Les Liégeois avaient déjà bien montré leur bonne volonté par anticipation en invitant à RITU le Théâtre Universitaire de Neuquén dès 1995 (RITU 12) puis en 1998 (RITU 15) et, bientôt, celui de Tandil en 1999 (RITU 16)

De plus, et surtout, nous avions mis en chantier en 2006 une pièce née en Patagonie, précisément, de la plume d’Alejandro Finzi, Fin de siècle sur l’île (La Isla del fin del siglo), que nous avons créée à Liège le 25 janvier 2008, soit 10 ans après les vœux pieux de Tandil. Il était décidément temps d’envisager sérieusement l’exportation en terres australes de ce beau produit argentin. L’auteur, qui nous avait fait l’honneur d’assister à la création liégeoise, nous fournit des contacts très officiels dans son pays, qui nous permettraient de faire un magnifique circuit de Buenos Aires à Ushuaia –excusez du peu ! Et ainsi nous entamions de longues tractations avec les autorités d’Argentine et de Patagonie, avec l’Alliance Française et même l’Ambassade de Belgique à Buenos Aires.

Pendant que s’échangeait ainsi un bon kilo d’emails au dessus de l’Atlantique, notre spectacle Fin de siècle sur l’île apprenait à tourner successivement en Allemagne (Stralsund, septembre  2008), en Estonie (Tartu, octobre 2008) et au Belarus (Minsk, octobre 2009).

Ces négociations avec nos hôtes argentins potentiels (dirons-nous « putatifs » ?) se poursuivirent ainsi, de manière très intensive, jusqu’à fin 2010, date à laquelle nous dûmes bien nous rendre à l’évidence : la Patagonie tombait à l’eau ! On se serait cru dans la pièce même de Finzi ! Immense déception, donc, à notre corps défendant : il semble bien que seule la conjoncture politico-économico-sociale que connaissait l’Argentine - et le Sud en particulier – à ce moment là soit responsable de ce frustrant échec, notamment, en invalidant pas mal de contacts sur lesquels nous comptions.

L’ULg, qui avait pris sa part dans l’aventure en dégageant un budget pour payer nos billets d’avion, accepta, heureusement, de consacrer cette somme à un autre déplacement : Fin de siècle sur l’île put ainsi participer au Festival International de Manizales (Colombie) en octobre 2011, et être « testée » devant un public latino-américain. Un lot de consolation, en quelque sorte… 

Heureusement aussi, Alejandro n’avait pas dit son dernier mot, et, en 2012, il nous dégotait une autre invitation : l’Universidad Nacional de la Patagonia Austral, l’UNPA de Rio Gallegos, tout au sud de la Patagonie, nous proposait de participer à ses XXVIe Journées de Littérature Française et Francophone, en y présentant notre spectacle, et en y donnant l’une ou l’autre conférence.

Cette fois était la bonne ! Et, après une autre année de tractations le TURLg s’envolait le 9 avril 2013 de Zaventem pour ajouter l’Argentine comme 41e à sa longue liste de pays visités. Ou : quand le rêve devient – enfin ! – réalité !

 

Robert Germay.

 

Ce fut donc pour nous l’occasion d’y faire connaître notre travail « Fin de Siècle sur l’île » ainsi que d’y présenter quelques pages récentes de l’histoire du théâtre universitaire ou de celle du théâtre belge grâce à deux conférences données respectivement par Robert Germay et par Alain Chevalier. L’accueil de l’ensemble fut plus qu’enthousiaste : nous étions vraiment les hôtes d’honneur de ces journées organisées annuellement par l’AALFF, l’Asociacion Argentina de Literatura Francesa y Francofona.  Quant à cette édition 2013, elle était menée, avec rires et sourires, par la professeur Claudia Cheuqueman qui s’est, de  l’avis unanime, coupée en quatre pour rendre notre séjour agréable et nous proposer un programme d’activités des plus denses. Qu’elle en soit ici vivement remerciée.

Qu’on en juge !

Arrivée à Rio Gallegos le mercredi 10 avril fin d’après-midi après 29 heures de voyage (Liège - Bruxelles National – Madrid - Buenos Aires – Rio Gallegos : quelque 14.000 km !). Survol de la Patagonie devant un paysage rappelant parfaitement notre scénographie (à moins que ce ne soit l’inverse ?). Installation à l’Obispado et souper dans un snack encore ouvert : premier steak argentin...  

Le jeudi 11, ouverture du colloque à 10.30 avec une conférence inaugurale par Robert Germay sur l’histoire du théâtre universitaire et sur la création de l’AITU et à 19.00, en clôture de la journée, celle d’Alain Chevalier sur « Les mutations de l’institution théâtrale en Belgique de 1960 à 1985 ».

Vendredi 12 : montage puis représentation de Fin de siècle à 21.00 devant quelque 200 spectateurs très attentifs et, cela allait sans le dire là-bas, en présence de l’auteur. Nous ne résistons pas à l’envie de partager avec vous ce qu’en disait le lendemain le journal régional TiempoSur, el diario de Santa Cruz, à la une et en page 17 : « El Teatro del Obispado quedó deslumbrado con la obra “La Isla del Fin del Siglo” […]. Un gran cierre para las XXVI Jornadas de Literatura Francesa y Francófona se vivió ayer, con gran cantidad de público que acompañó una pieza teatral de grueso calibre y dejó al público deslumbrado. » (Le Théâtre de l’Obispado  admiratif devant le spectacle Fin de siècle sur l’île. On a vécu hier un grand moment de clôture pour les 26e Journées de Littérature Française et Francophone en présence d’un public nombreux venu assister à une pièce de théâtre d’envergure et qui l’a laissé admiratif ». Le reste de l’article est à l’avenant…).

Samedi 13 : Départ très tôt (6h ?) pour El Calafate et le glacier Perito Moreno ; lever du soleil sur la route ; avec les aléas d’usage (pneu crevé – carrément troué, même -, course cycliste qui nous retarde, un steak au dîner ou, pour changer, une truite saumonée,…).dejeuner-a-Calafate.jpg Difficile de décrire ce que nous avons ressenti face à ce paysage. Voyez les photos !

Dimanche 14 : transfert vers Buenos Aires avec notre avion-malle et nos bagages et installation à l’hôtel.

Lundi 15 : relâche (c’est lundi !).

Mardi 16 : un petit théâtre plus que sympathique situé dans un faubourg de Buenos Aires, El Galpon de Diablomundo, nous avait été « dégoté » par Chantal Heck, grâce à ses contacts familiaux et amicaux, pour y organiser une représentation côté capitale. Merci à Martin Wolff et à Sergio. Représentation qui fut, comme à Rio Gallegos, un succès public. Ou « quand le spectacle et le public sont bons ». Il est toujours difficile de se jeter des fleurs à soi-même. Alors, n’hésitez pas à aller sur le blog de nos hôtes du jour.

Mercredi 17 et jeudi 18 : retour «plic ploc » vers notre vieille Europe…

Tout cela pour vous donner un tout petit aperçu de ce que fut cette tournée exceptionnelle. Nous vous en parlerons certainement encore au détour d’une rencontre…

Et last but not least, qu’il nous soit permis de remercier notre Chef pour la persévérance, pour ne pas dire l’acharnement, dont il a fait preuve ces dernières années en vue de faire aboutir ce projet et nous le faire partager. Et, bien entendu, tout cela n’aurait pas été possible sans le soutien indéfectible de notre alma mater, qui a, une fois de plus, subventionné le voyage. Merci donc à notre Vice-Recteur.

 

Alain Chevalier

Lire la suite

Stage. Les Outils de la théâtralité-2, prolongement par Luc Jaminet

23 Mai 2013 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Annonces

Intitulé

Les outils de la théâtralité.

 « Le théâtre est régit par des lois. Soit vous les appliquez et vous tenterez de faire du théâtre. Soit vous les ignorez ou ne voulez pas les utiliser et vous ferez, au mieux, de la littérature en costume. Ariane Mnouchkine ».

 

Objectif de la formation

Donner des outils concrets aux comédiens, metteurs en scène et directeurs d’acteurs désireux de se questionner sur la théâtralité.

 

Contenu du prolongement

Le premier module s’articulait principalement sur la construction du personnage en jeu extérieur.

Le Prolongement aborde :

- Le jeu intérieur.

- L’imagerie mentale.

- La deuxième émotion.

- Des pistes pour aborder le texte d’auteur.

Quand ?

Samedi 15  juin de 9 à 17 h

Dimanche 16 juin de 9 h 17h

Où ?

À l’Espace Belvaux - 189 rue Belvaux - 4030 Grivegnée

combien ?

·        80 €(non ALTA) et 50 € (pour les membres des troupes en ordre de cotisation ALTA) ; repas de samedi et dimanche compris.     

Inscriptions ?

Les inscriptions ne seront effectives qu’après :

1.    Inscription par mail  (asbl.alta@gmail.com)

ET

2.    paiement sur le numéro de compte d’ALTA

BE33 0688 9383 7546

Lire la suite

Marc Magain s’en est allé

23 Mai 2013 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Annonces

Marc-Magain.jpgNous apprenons avec une grande tristesse le décès, survenu ce mardi 21 mai, après un long et douloureux combat contre la maladie, de Marc Magain, l’époux de Fabienne Lorant. Fabienne a été, pendant plusieurs années, une membre active du TLG et du TULg. Comme elle le dit,  « vivre avec simplicité mais justement et sincèrement fut pour lui un art pratiqué à chaque instant et ce, jusqu'au bout de la maladie ».

Nous présentons à Fabienne, à François, son fils, et à tous leurs proches nos plus sincères condoléances.

 

http://josephetorban.canalblog.com/archives/2013/05/22/27214065.html

Lire la suite

Décès de Robert Maréchal

23 Mai 2013 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Annonces

MARECHAL.jpgNous apprenons avec tristesse le décès, survenu le 24 avril 2013 à Liège, de Monsieur Robert Maréchal (1926-2013).

A travers le fameux Festival du Jeune Théâtre qu’il a dirigé de 1958 à 1999, Robert Maréchal a marqué et influencé profondément la vie théâtrale de la ville de Liège, dont il fut aussi Directeur des Affaires Culturelles. Il a ainsi donné à voir ici, sur place, au spectateur liégeois, à peu près tout ce qui méritait d’être découvert là bas, un peu partout dans le monde du théâtre : à peu près tous les grands noms qui ont fait bouger et évoluer si profondément et universellement le théâtre pendant la seconde moitié du XXe siècle.

Le TURLg a aussi profité largement de son action dans ce sens puisqu’il a, très régulièrement, aidé financièrement RITU, le festival liégeois de théâtre universitaire, à accueillir des troupes que nos moyens seuls ne nous auraient pas permis d’inviter, notamment pas mal de troupes de l’ex-bloc de l’Est.

Devenu Directeur du Palais des Congrès de Liège, il contribua aussi grandement à la tenue du 1er Congrès de l’AITU (Association Internationale du Théâtre à l’Université) en 1994 (13-15 octobre), en mettant gracieusement toute cette belle infrastructure à la disposition du TURLg pour y organiser cet important événement mondial qui vit la naissance de l’Association.

Pour toutes ces raisons, il restera dans la mémoire du TURLg.

Nous présentons à ses proches nos plus sincères condoléances.

Robert Germay

Lire la suite

« Le Procès » à la 16e Edition du Festival International et Universitaire des Arts de la Scène et de l’Artois, Arras, du 22 au 29 mars 2013.

21 Mai 2013 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

P1010061Les photos

 

Première participation de notre théâtre à ce festival organisé par le Service « Vie Culturelle et Associative » de l’Université d’Artois sous la houlette de sa responsable administrative Laurence Buthod. Toute une équipe qui ne s’est pas ménagée pour rendre notre séjour agréable et riche en rencontres.  Une vingtaine de spectacles, lectures, animations, concerts, expositions, programmés « in » ou programmés « off »,  qu’ils soient du cru ou qu’ils soient venus de Paris, Lyon, Lille, Séville… Une affiche qui a fait résonner de nombreux lieux culturels arrageois, depuis le théâtre municipal (dont vous pouvez voir la scène principale dans notre série de photos)  jusqu’aux espaces du Bâtiments des Arts de l’Université d’Artois  en passant par l’une ou l’autre librairie.

 

Nous y retrouvions aussi des visages connus comme ceux de la Compagnie Teatron de Metz avec qui nous avions mené l’aventure du spectacle UniGr « A table », mais aussi celui d’un étudiant,  Clément Bailleul, qui avait participé à notre atelier du master ULg en arts du spectacle et qui faisait partie de l’équipe organisatrice de ce festival. Réseau quand tu nous tiens…

 

Bravo à toute notre équipe du « Procès » qui y a tenu la barre haute malgré quelques aléas. Mais là, je passe la parole à Brice Ramakers pour vous en dire plus.

 

Alain Chevalier.

 

Une bande de joyeux compagnons a pris la route jusqu’à Arras. Les précautions d’usages étant prises (Vincent souligne à juste titre que la France ne dispose pas de Jupiler en suffisance), nous nous engageons dans ce sympathique Festival International des Arts de la scène de l’Artois. L’accueil est chaleureux, à l’image de notre nounou Maria, destinée à rendre notre arrivée plus agréable. Le programme est chargé : 4 à 5 spectacles par jour! Une programmation «in» est organisée par le département «Culture» de l’Université tandis qu’un «off» est proposé par une initiative étudiante.

 

Les alentours industriels de notre Formule 1 nous ont permis de dégoter un costume de catcheur (qui sied à merveille à chaque personne qui l’a essayé). Pas trop l’occasion de faire la fête néanmoins : un malencontreux évènement a voulu que notre merveilleuse chauffeuse (de mini-bus) Shani remplace Victoria au pied levé (c’est le cas de le dire)! L’organisation du festival s’est pliée en quatre pour nous offrir une magnifique salle de répétition et, finalement, il aurait suffit de teindre Shani en blonde pour que l’illusion soit presque parfaite (bravo!).

 

Crevés à la fin de la représentation mais contents d’avoir surmonté ensemble ce petit problème, nous sommes rentrés à Liège dans la joie et la bonne humeur — et avons racheté quelques dernières Jupiler car, selon Renaud, quand on arrive en Belgique, «c’est comme ça que ça doit se passer». Je n’ai pas osé le contredire.

 

Merci encore à l’organisation du Festival International des Arts de la scène et de l’Artois pour leur accueil!

 

Brice.

Lire la suite

Annonce pour un stage de chant vibratoire

16 Mai 2013 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Annonces

Matilda.png

On nous demande de transmettre cette annonce pour un stage de chant :

 

 

Stage résidentiel

 

CHANT VIBRATOIRE : TROUVER SA VOIX(E)

 

POUR LA PREMIERE FOIS EN BELGIQUE !

 

Du 7au 9 juin 2013  dans le cadre inspirant du Château d’Assenois

 

 

 

 

 

 Une approche globale de l’être  enchanté,

avec Matilda Aeolia

A propos de Matilda,

L’amour et l’élan de Matilda pour la musique remonte à sa prime enfance.   A 15 ans, elle se met à la pratique du yoga et de la méditation.  Son parcours est celui d’une vive passion pour toutes les méthodes qui relient les techniques corporelles au chant et au souffle.   

Chanteuse Soprano Cristal, Musicothérapeute  et Professeur de chant bienveillante et initiée, elle allie dans son travail les deux univers qui lui sont précieux : celui de la musique et du développement personnel.  Ses stages, séminaires et concerts  sont accueillis dans diverses grandes villes françaises.  A Paris, Marseille, Montpellier, Toulon, Aix, Nice, Avignon, Lille, en Bretagne, elle est particulièrement appréciée  pour son professionnalisme, son talent de pédagogue, son enthousiasme, son ouverture de cœur et ses résultats surprenants.   

Lors du stage, elle sera assistée par Amarata Vincent, thérapeute énergétique et chamane.  Il apporte au groupe son Ancrage, son accompagnement et ses soins dans l’équilibre et l’Unification des polarités du Féminin et Masculin Sacrés

Le chant vibratoire : qu’est-ce donc ?

Le chant vibratoire  libère sur tous les plans de l’être : physique, énergétique, émotionnel, mental et spirituel.  Il vous permettra de chanter juste et avec plaisir par la pratique régulière, et d’aimer votre voix : miroir de l’âme et de la personnalité.

Il est à la fois techniques de chant et thérapie-énergie par le son : la vibration reçue et donnée guérit les mémoires, blessures, initiations....avec l'aide de la Voix et des instruments de sonothérapie : bols de cristal, tambour chamanique, diapasons et carillons 

Objectifs du stage

- Corps et Bien-être : Se détendre et se relaxer en conscience, délier les tensions, aller chercher son énergie profonde par le souffle et la libérer, faire résonner son corps et l’harmoniser par les vibrations. Apprendre à se libérer des oppressions respiratoires, et des mémoires cellulaires de blocages, liées aux 5 premiers chakras

- Voix et Souffle : Trouver et libérer sa voix(e), la voix(e) sacrée dans la joie, lâcher prise en confiance, oser dépasser ses limites en explorant sa voix et parvenir à l’expression de soi et à la créativité, retrouver le naturel et la simplicité du plaisir de chanter. 

- Conscience et Etre : Reconnecter corps, voix et réalité intérieure, se sentir vibrer en résonance avec notre être profond, pleinement vivant, oser prendre sa place en posant sa voix, permettre à notre être de s'exprimer, de rayonner, et de recontacter sa joie au quotidien.  Par le chant, passer un Cap Vibratoire et changer d'état de conscience.  Apporter douceur, bienveillance et guérison à notre enfant intérieur, réintégrer notre plénitude dans l'énergie et la joie de l’expression libérée.

À qui s’adresse ce stage ?

Le stage est ouvert à tous, quels que soient l’âge ou la voix.  Aux débutants comme au public plus averti.  Bienvenue à ceux et celles qui n’ont jamais osé chanter et qui en rêvent ainsi qu’à tous ceux et celles qui pensent chanter faux.  Un guide résumant le contenu du stage sera offert afin de permettre à chacun de continuer ce processus vers l'autonomie du verbe créateur et libérateur.

 Informations pratiques

Dates : du vendredi 7 juin (arrivée 17h) au dimanche 9 juin (fin à 19h)

Où : Au Château d’Assenois, dans les Ardennes belges.  Précisions routières seront fournies à l’inscription.

Tarif : 280€ (tarif pédagogique : réduction de 30 € jusqu'au 17 mai) + 140€ (hébergement en chambre double et pension complète. Ou 170€ en chambre single)

 

INFORMATIONS ET INSCRIPTIONS : ALEXIANE GILLIS : 0486/63.04.07                                                                     alexianegillis@gmail.com 

 

A NE PAS MANQUER : LA SOIRÉE DE SOIN CRISTAL VIBRATOIRE,  le vendredi  7 juin au château d’Assenois, de 20H30 À 23H00

Soirée de soin subtil et puissant, de soin vibratoire cellulaire inspiré en guidance et harmonisation.  Soirée de bain sonore où la voix de Matilda dispense des fréquences de guérison libératrices, amplifiées par des instruments eux-mêmes cristallins (bols purs, diapasons, carillons,…).  Comprise dans le séminaire, cette soirée  est aussi ouverte aux non-participants ayant réservé par e-mail, la participation est alors de 25€). 

 

Quelques témoignages :

« J’ai senti qu’un grand nettoyage s’était fait et ce fut une belle transformation intérieure. A présent, je me sens différente : encore plus calme, plus confiante, et surtout plus légère, beaucoup de peurs ayant disparu. J’ai l’impression d’approcher une certaine paix intérieure ».  Isabelle, 5 mars 2013 

« Je ne peux que conseiller de faire ce stage sans hésiter une seconde, c’est un vrai cadeau que l’on se fait et qui permet d’y voir plus clair. (…) Alors si vous souhaitez vous connecter à votre Etre en douceur dans un cadre sécurisant, rempli d’amour, foncez, vous ne le regretterez pas ».  Annie, 5 mars 2013

« Ressentir la puissance des énergies, ouvrir son âme et accueillir la joie. Matilda est un interrupteur de notre lumière intérieure. A faire et à refaire ! ». Clarisse, 8 janvier 2013

 « Matilda nous a transmis avec tout son Amour, sa joie, sa grande Humilité : tout son essentiel. L’essentiel pour chacun, l’essentiel de chacun. L’essentiel de ce qu’il nous faut savoir du cadeau qu’est la vie, qui nous est donné à tous.  Par ses savoirs faire et son savoir ETRE, elle nous a ramené à notre ETRE précieux. ETRE ! Mais Comment ETRE ? Qui ETRE ? Pourquoi ETRE ? Pour qui ETRE ?  Par sa voix en nous conduisant à notre voix, elle nous a conduits en douceur et en Amour, à notre propre voie, à notre chemin de vie. L’accouchement de soi-même. Bercé dans nos larmes de renaître au monde, comme une mère, elle nous prend dans ses bras et invite chacun de nous à accueillir la vie. Et ainsi, ETRE soi-même, avec soi-même, pour soi-même et alors mieux ETRE avec l’autre, les autres. Tous chacun pour ETRE ensemble et NAITRE qu’un. L’univers tout entier se réjouit alors  puisque tous sommes unis.    Autrement plus technique, Matilda est une grande enseignante et une excellente pédagogue. Je suis aussi chanteuse mais il n’est pas simple d’enseigner la technique. Technique de la respiration, technique du chant, des postures et autre nécessaires. Matilda maîtrise ses connaissances avec merveille et les transmets avec bonheur au cœur, avec naturel. Matilda nous transmet l’Amour et son Amour par son énergie vibratoire nous a tous fait vibrer dans ce stage. Nous avons chanté, dansé, pleuré, ri ensemble accompagnés par les soins de Matilda et ceux des extraordinaires bols de cristal. Les bols de cristal sont ses amis.  Je garde en mon cœur, en mon âme une renaissance inoubliable et des heures de bonheur partagés en famille. Je remercie tous ceux qui m’ont tant donné et dont je garde pour toujours l’Amour en moi.  Matilda, gratitude éternelle à toi. Je te serre très fort dans mes bras. » Lili, 21 février 2013

 

Lire la suite des témoignages sur www.voixdubienetre.fr

Lire la suite

Stage d' ALTA (Association Liégeoise des Théâtres Amateurs) : Les outils de la théâtralité, par Luc Jaminet.

15 Mai 2013 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Annonces

 « Le théâtre est régit par des lois. Soit vous les appliquez et vous tenterez de faire du théâtre. Soit vous les ignorez ou ne voulez pas les utiliser et vous ferez, au mieux, de la littérature en costume. Ariane Mnouchkine ».

 

Objectif de la formation

Donner des outils concrets aux comédiens, metteurs en scène et directeurs d’acteurs désireux de se questionner sur la théâtralité.

 

Contenu de la formation

- Échauffements et trainings.

- Exercices autour du « quatrième mur » et du rapport au public.

- L’ancrage, le regard, la gestuelle.

- Les six émotions de bases.

- Réflexion autour de la notion d'acteur et de comédien.

- Différentes techniques pour la construction du personnage:

- La situation théâtrale et les intentions.

- Le texte, le sous-texte et les actions..

- Les trois questions du dramaturge (quoi, comment, pourquoi).

- La mise en scène et la scénographie.

 

Quand ?

 

Vendredi 7 juin 2013 de 18 à 22h

Samedi 8 juin de 9 à 17 h

Dimanche 9 juin de 9 h 17h

 

Où ?

À l’Espace Belvaux - 189 rue Belvaux - 4030 Grivegnée

 

Combien ?

 

  • ·        60 € (pour les membres des troupes en ordre de cotisation ALTA) ; repas de samedi et dimanche compris.
  • ·        90 € (non ALTA)

 

Inscriptions ?

 

Les inscriptions ne seront effectives qu’après :

  1. 1.    Inscription par mail  (asbl.alta@gmail.com)

ET

  1. 2.    paiement sur le numéro de compte d’ALTA

BE33 0688 9383 7546

Lire la suite

Décès de Nadine Verthé

13 Mai 2013 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Annonces

Nous apprenons avec émotion le décès survenu ce 4 mai 2013 de Nadine Verthé (1954-2013). Nadine a accompagné l’aventure de Himmelwärts de Ödön von Horvàth au Théâtre des Germanistes Liégeois (TLG), saisons 1974-1976. Elle était chargée d’assister Walter Thielen à la régie son du spectacle.

Le TURLg présente à son époux, Philippe Renoy, à ses enfants et à tous ses proches ses plus sincères condoléances.

Lire la suite

Angers, avril 2013, ou le retour du guerrier

2 Mai 2013 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

DSC05031.JPGQuelques photos (en attendant mieux...)

 

De mars 2011 – notre première visite à Angers – à avril 2013, ce ne sont pas moins de cinq spectacles du TURLg qui ont été reçus par l’Université d’Angers : par ordre chronologique :

- Le Dernier Godot, de Matei Visniec, 27 mars 2011 pour le Festival de Théâtre Universitaire « De Cour à Jardin » (voir notre article).

- Le Crime Galilée, de Pierre Wathelet et Communication à une académie de Franz Kafka, 17-19 janvier 2012, pendant la semaine thématique « sur la mémoire organique » (voir notre article).

-Le Procès de Franz Kafka, 19 mars 2012, dans le cadre du « Travail de mémoire et droits de la victime » (voir notre article).

- Poivre de Cayenne de René de Obaldia, pour le 5ème Festival « De Cour à Jardin », 27-2 avril 2012 (NB : au même moment, le TURLg présentait L’Enseigneur de Jean-Pierre Dopagne et Si tu m’aimes de Hans Sachs au Festival « Paroles paroles » de Honfleur… !)

- et, enfin, Don Juan revient de guerre de Ödön von Horvath, 2-5 avril 2013, pour la 1ère édition du Festival de la création universitaire.

Le nom a changé, en effet ; de « De Cour à Jardin » sera désormais « Création universitaire », mais le principe reste le même : accueillir des spectacles universitaires à l’Espace Culture de l’Université. Simplement, pour des raisons qui la regardent, l’Université d’Angers a décidé de confier l'organisation du festival « nouvelle formule » à une équipe renouvelée, toute féminine cette fois (avec Lucie (Mauget) et Sophie (Génot), entre autres), qui nous a dégoté des logements sympas chez « l’habitant ».

Qu’on se rassure, nous avons eu le plaisir de revoir, parmi les spectateurs de Don Juan, nos vieux amis Jean-Charles Birotheau, François Legrand, et Pierre-le-régisseur, toujours bon pied bon œil.

C’est donc en ouverture de ce nouvel évènement culturel angevin que nous avons presté, le jeudi 4 avril à 20h301.

L’équipe d’accueil de choc nous a aussi offert deux intéressantes visites culturelles : la salle « Le Chabada », the place to be en matière de musique rock ou apparentée, et le fabuleux Théâtre du Quai, le nec plus ultra en matière de conception architecturale théâtrale. Deux belles découvertes pour nos jeunes liégeois(es).DSC05021

En rappelant que l’Université d’Angers était présente à RITU 30 (le 21.02.2013 avec Somewhere de Tennessee Williams, accompagnée de Lucie elle-même), on peut terminer ce bref rapport en disant que, en un mot comme en cent, les relations Angers-Liège sont au beau fixe. Et ce n’est pas une bête formule creuse.

Á la prochaine ! ?

Robert Germay

1Nous aurions dû également présenter notre spectacle le 3 au Château du Plessis-Mace, dans le cadre de la clôture du festival étudiant "Très Tôt en scène". Malheureusement, la représentation a été annulée, faute de réservations suffisantes. Cela nous a permis de passer une bien agréable après-midi au soleil, à la terrasse d'un sympathique café...

Lire la suite