Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Le Théâtre du Soleil au Xe Congrès de l’AITU : négociations parisiennes

20 Mai 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

2003-12-31-23.00.00-2.jpgLes photos

Il y a une dizaine de jours, une délégation turlgienne s’est rendue à Paris pour rencontrer Ariane Mnouchkine et la convaincre de participer à notre fameux Xe Congrès de l’AITU (qui, pour rappel, se déroulera à Liège du lundi 30/06 au vendredi 04/07). Après plusieurs mois d’échanges entre notre collègue de Lyon, Françoise Odin (merci à elle !) et Sylvie Papandréou, secrétaire du Théâtre du Soleil, nous avions comme seule certitude de pouvoir croiser la célèbre metteur en scène qui, après toutes ces années, continue de déchirer elle-même les tickets à l’entrée de la Cartoucherie. L’entrée dans le théâtre constituait donc une étape cruciale dans les pourparlers…

Après une représentation de MacBeth à couper le souffle, nous avons pu convenir d’un accord pour le moins alléchant. Nous sommes en effet très heureux de pouvoir annoncer que nous recevrons un membre du Théâtre du Soleil (Ariane Mnouchkine elle-même, qui sait ?) pour ouvrir le Congrès, le 30 juin prochain.

Au-delà d’une rencontre qui s'est bien passée, le passage par la Cartoucherie aura été sans aucun doute une expérience marquante pour nous quatre. N’hésitez pas une seule seconde à y aller, cela en vaut très largement le détour.

Lire la suite

Notre singe kafkaïen a communiqué à l’académie de Vilnius lors du 15e Forum International de Théâtre Universitaire (Tarptautinis universitetų teatrų forumas), 5-10 mai 2014

20 Mai 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

DSC07060.JPGLes photos

C’est à Minsk (BY), où il jouait au 10e Festival Koufar en septembre 2013, que notre singe communicateur attirait l’attention des organisateurs du festival de Vilnius, qui l’invitaient dès lors en Lituanie pour leur 15e Forum international de Théâtre universitaire prévu pour mai 2014. Invitation bienvenue, aussitôt acceptée. Après un crochet par Tanger (MA) en novembre 2013, puis par Honfleur (F) en avril 2014 (histoire de recharger nos batteries francophones), notre Communication à une académie de Kafka, c.à.d. Haroun, David et le Chef, s’embarquaient à Zaventem sur Brussels Airlines le mercredi 7 mai 2014 pour, à nouveau, sauter une « barrière de langues », en l’occurrence lituanienne, russe, espagnole, italienne, biélorusse et … québécoise, langues respectives des différentes troupes (donc du public) participant au festival. Il faut dire que cette course d’obstacles linguistiques n’est pas inhabituelle pour ce spectacle qui, depuis sa création à Liège en 1994, a été présenté, en français dans le texte, à des publics aussi variés que : Israël, Hongrie, Allemagne, Ukraine, Etats-Unis, Italie, Espagne, Pologne, Mexique, Roumanie, Tchéquie, Turquie, Liban, Estonie, Grèce, Belarus, et maintenant Lituanie. Et je ne parle pas des pays francophones comme la Belgique, la France, le Québec, le Sénégal ou le Maroc. Disons, sans modestie mais avec humilité, que peu de théâtres peuvent témoigner d’un pareil grand-écart international (22 pays) et linguistique (17 langues). Et la bête n’est pas encore morte… Précisons toutefois que, en 20 ans, nous en sommes à notre troisième singe pour ledit spectacle … N’empêche : je me plais à souligner la performance Turlgienne !

Mais trêve d’autosatisfaction, nous avons été, comme toujours, heureux de retrouver la plus italienne des villes lituaniennes… même si elle s’est montrée aussi cette fois la plus humide, par le haut s’entend, ou : quand la drache belge ne connait plus de frontières.

Le « Forumas » de Vilnius est organisé conjointement par l’Université Technique Gediminas, l’Université de Vilnius, l’Association « Koturnos » et l’Association lituanienne de théâtre universitaire (qui regroupe les différents théâtres universitaires du pays, de Vilnius à Kaunas et Klaipeda…) et il avait cette année pour thème « Réminiscences théâtrales ».

Ceci pourrait expliquer, par exemple, que le Théâtre Minimum de l’Université de Vilnius ait présenté, à cette édition-ci, Philopater, une pièce de Gregorius Cnapius, créée –tenez-vous bien- en 1596 (au 16e siècle, sic !) à l’Université de Vilnius…Quand on vous dit que le théâtre universitaire est né avec les universités ! Ça m’épatera toujours de savoir que le théâtre universitaire à Vilnius est entré dans son 5e siècle d’existence, puisqu’il est attesté que des étudiants présentaient déjà une moralité, Hercules, dans les cours de l’Université en l’an de grâce 1570. Quand on pense que le TURLg fêtera son 75e anniversaire en 2016, ça laisse rêveur…

Le TURLg, grand voyageur s’il en est, passe souvent par ces grands carrefours que sont les festivals internationaux où se croisent et se re-croisent les collègues du monde du théâtre universitaire. Vilnius est un de ces ronds-points où il a rencontré, lors de cette 15e édition, de vieilles connaissances telles que la troupe du Collège de Valleyfield (Québec), celle du Théâtre universitaire de Santiago de Compostela (St Jacques de Compostelle, E) et celle de l’Académie biélorusse des Arts de Minsk. D’autre part, il y a découvert avec plaisir le grand talent des étudiants de l’Université d’Etat de Cinématographie (VGIK) de Moscou, ainsi que de ceux de l’Académie de Théâtre « Sofia Amendolea » de Rome. Le lecteur curieux trouvera le programme détaillé sur http://forumas.vgtu.lt/

Mais parlant de vieilles connaissances, il ne faudrait pas oublier nos hôtes lituaniens, que nous fréquentons, on peut dire assidûment, depuis 1990 : un quart de siècle l’an prochain en 2015 ! Si le théâtre universitaire lituanien est très ancien (son âge se compte en siècles !), il est aussi très varié. Pas moins de 7 troupes autochtones différentes se partageaient l’affiche : d’abord le Théâtre Palepe (Dir. Olegas Kesminas), le Théâtre Minimum (Dir. Rimentas Venckus) et la Troupe Kinetiné (Dir. Andrius Pulkauninkas), tous trois de Vilnius et déjà passés par nos RITU liègeoises ; ensuite Teatras Studija « Ml 11 », le Mykolo Romerio Universiteto Teatras, le Teatras Studija « 3D » de l’Université lituanienne de Pédagogie, autres troupes de Vilnius même ; et, enfin, le Teatras Studija « 44 » de l’Université technologique de Kaunas (l’ancienne capitale de la Lituanie), pour faire bonne mesure. (Rem : il ne manquait que le Théâtre Universitaire de Klaipeda, qui, lui aussi, est déjà passé par Liège).

Profitons donc de ce blog pour faire un historique sommaire de ces 24 années de bonnes relations avec la Lituanie : l’année de départ est 1990, un temps où il fallait encore écrire Lituanie-URSS, et où l’Ambassade de Belgique pour les pays baltes était toujours à Moscou.

Voyons d’abord les relations dans le sens de Vilnius vers Liège : in illo tempore, 1990, nous avons découvert le théâtre de Vilnius par l’intermédiaire d’une dame vivant à Verviers, Madame Baltus. Elle nous a procuré les contacts utiles (là-bas, mais aussi à l’Ambassade belge à Moscou, et même un relais à Paris) pour pouvoir inviter une délégation lituanienne de 20 personnes, emmenée par Stasé Luksiéné et son interprète Vytautas Valukenas, qui escortaient la troupe du Vilniaus Universiteto Kiemo Teatras venu présenter Concept of Hamlet, mis en scène par Rimentas Venckus, lors de notre RITU 7, 26/2-4/3/1990. Ensuite, différentes troupes lituaniennes ont participé aux Rencontres liégeoises :

-       1993, RITU 10 : Kukuzzz , mis en scène par Gediminas Storpistis

-       2001, RITU 18 : le Théâtre Universitaire de Klaipeda, avec Vytautas Anuzis et Valta Anuziené

-       2003, RITU 20 : le Théâtre Palepe de l’Université technologique de Vilnius, avec Kostiumas, mis en scène par Olegas Kesminas.

-       2005, RITU 22 : le Théâtre Palepe, Seule, d’après F.G. Lorca, mis en scène par Olegas Kesminas, et aussi Le Divin tronc d’arbre, par la troupe Kinetiné (Kinetic) d’Andrius Pulkauninkas.

 

Et dans le sens Liège-Vilnius, nous répondions dès octobre 1990 à une invitation au Festival des Pays Baltes à Vilnius avec Passion et Le Projecteur est réparé : un inoubliable voyage en autocar passant par Minsk, le seul point de passage par la route à l’époque.

Depuis lors nous avons encore été invités à 12 reprises en Lituanie :

-       oct. 1991 : Robert Germay comme observateur au Festival International de la Jeunesse de Vilnius.

-       mai 1992 : L’Impromptu de Versailles et Passion tournaient ensemble à Vilnius, Siluté et Klaipeda à l’invitation des Théâtres libres de Lituanie.

-       nov. 1993 : Simplement compliqué (avec François Duysinx, alors âgé de 79 ans) jouait à Vilnius et à Kaunas au Festival International de Théâtre des Seniors.

-       juillet 1994 : Ein Fest bei Papadakis, à Vilnius, Festival de la jeunesse.

-       mai 1997 : En Pleine mer, à Vilnius et Siluté, Festival AITVARAS.

-       mai 1998 : Hamlet-Variations, mise en scène d’Annick Dominé avec les Kids du TURLg, au Festival DERME.

-       mai 1999 : Sadi Hozètes (en wallon ! et avec un François de 85 ans !!) et En Chantant du Gershwin, mis en scène par Charlotte avec les Kids, au Festival DERME

-       mai 2004 : Les Souliers rouges, au 5e FORUMAS

-       mai 2006 : Si tu m’aimes, au 7e FORUMAS

-       avril 2009 : Projekt Eden, du Trotz Ensemble, au 10e FORUMAS

-       mai 2011 : Le Dernier Godot, au 12e FORUMAS

-       et, donc, mai 2014 : Communication à une académie, au 15e FORUMAS

 

Si ce blog sert d’abord de « carnet de voyage », il peut bien aussi servir, de temps en temps, de mise au point, souvent nécessaire, de nos archives : voilà qui est fait pour un quart de siècle de relations belgo-lituaniennes ! Oufti !

Revenant à notre « carnet de voyage », nous le clôturerons –enfin !- en remerciant nos hôtes Olegas, Rimantas et leurs équipes du sympathique accueil qu’ils nous ont réservé, mais aussi en les félicitant pour la qualité de l’organisation et de la programmation de ce 15e Forum international de théâtre universitaire.

A la prochaine fois, à Vilnius…ou à Liège ? Et que l’un n’empêche pas l’autre…

Robert Germay

 

(Sur notre « passé » lituanien, voir aussi

-       http://turlg.over-blog.fr/article-31448025.html: « Projekt Eden » à Vilnius, 2009

-       http://turlg.over-blog.fr/article-vilnius-12e-forum-international-de-theatres-universitaires-30-4-6-5-2011-traptautinis-universitetu-teatru-forumas-73466144.html : « Le Dernier Godot » à Vilnius, 2011 )

Lire la suite

Le TURLg en observateur au Festival « Eclosions », Théâtre Universitaire de Dijon, 8-9 mai 2014

20 Mai 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

 

WP_20140508_005.jpgEn décembre dernier, nous recevions par mail cette annonce de l’Université de Dijon : « Vous êtes amateur ? Vous avez un projet de spectacle ? Alors venez participer à cette nouvelle édition de notre festival « Eclosion » et célébrer le quarantième anniversaire de notre association ! ». Malheureusement, aucun de nos groupes n’était libre, et nous ne pouvions répondre à cet appel bien tentant par l’envoi d’un spectacle.

Il ne fallait néanmoins pas laisser passer l’occasion de renouer des liens avec cette université. Notre dernière visite chez eux datait d’avril 2000 (nous y avions présenté En pleine mer, de Mrozek), et avait été précédée d’un tir groupé de trois spectacles (Communication à une académie, de Kafka, Jacques et son maître, d’après Diderot et Kundera, et Le Projecteur réparé, de Karl Valentin) en avril 1997. Nous avions aussi, avec le TU de Dijon, participé à l’aventure commune du projet Cymbeline, lancé par le Théâtre Universitaire de Franche-Comté, et qui a réuni huit théâtres universitaires de différents pays européens, d’octobre 1991 à janvier 1994[1]

Et enfin, pour en terminer avec les liens qui unissent Dijon à Liège, Robert Germay a co-dirigé l’ouvrage Le Théâtre universitaire, Pratiques et expériences[2], avec Philippe Poirrier, professeur à l’Université de Dijon.

Le 8 mai, j’ai donc pris le train pour me rendre en observatrice à cette 5e édition du festival « Eclosion ». Car si le TU de Dijon existe depuis 40 ans, son festival s’est appelé Festival du Théâtre Universitaire International de Dijon, puis Festival de printemps. Ce TU propose à ses membres, tous amateurs, de participer à des ateliers et à des créations de spectacles encadrés par des professionnels. Et le festival est l’occasion de présenter au public (étudiant, dans sa grosse majorité) le résultat des ces travaux. Sur les deux soirées que j’ai passées sur le campus dijonnais, j’ai pu apprécier deux présentations d’ateliers : Se souvenir de Blanche-Neige, théâtre d’objets, et Microfictions, d’après Régis Jauffret, deux travaux très collectifs ; ainsi qu’une des créations, L’Opéra du dragon,  d’après Heiner Müller, mis en scène par un ancien du TU de Dijon, Guillaume Malvoisin (avec qui nous avions d’ailleurs déjà eu des contacts en 1996). Et la soirée de vendredi s’est conclue avec Le Poids du monde, d’après Peter Handke, par le TU de Nantes.WP_20140508_006.jpg

Voilà, les contacts sont repris : espérons qu’ils aboutiront à des échanges de troupes dans un futur proche. J’ai en tout cas pu constater, une fois de plus, que le TU se caractérise surtout par sa diversité d’approches, d’objectifs, de résultats. Et c’est bien ça qui est intéressant.

Dominique Donnay

 

 



[1] Cf  L. GARBAGNATI, Cymbeline, “Laboratoire de la conscience européenne”, Ou de l’identité culturelle à l’interculturel in L’Identité culturelle, laboratoire de la conscience européenne, Actes du colloque organisé par le laboratoire Littérature et Histoire des pays de langues européennes de l’Université de Franche-Comté à Besançon, les 3, 4 et 5 novembre 1994.

[2] Le Théâtre universitaire, Pratiques et expériences, sous la direction de Robert Germay et de Philippe Poirrier, Editions Universitaires de Dijon, 2013.

Lire la suite

Don Juan revient de guerre aux 10e Universiades Internationales de Serres (Grèce), 1-4 mai 2014

16 Mai 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

DSCN2660.JPG

Les photos

Après avoir d’abord accueilli une conférence d’Alain Chevalier en 2005, les 10e Universiades Internationales de Serres accueillaient pour la deuxième fois (http://turlg.over-blog.fr/article-9e-universiades-internationales-de-theatre-de-serres-ou-quand-notre-singe-fait-un-saut-de-puce-en-gr-118461684.html), un de nos spectacles (Don Juan revient de guerre, de Horvath, en l’occurrence). Ce festival de théâtre universitaire est organisé en coopération avec le Comité national de l’UNESCO,  l’Institut International de Théâtre-Grèce, et le Théâtre municipal de Serres et financé en partie par l’Union Européenne, à travers le programme ESPA Macédoine-Thrace 2011-2015. Il présentait, entre le 25 avril et le 11 mai, 14 spectacles et 4 ateliers/séminaires. Mentionnons, en outre, que le subside européen a permis aux organisateurs grecs de financer notre voyage en avion et d’ajouter à l’équipe « donjuannesque » de base, Marie, qui avait remplacé Ludivine à Toulouse et qui a repris une partie de son rôle en Grèce, et Anne-Sophie Poussier, membre de notre Conseil d'administration, qui signe cet article.

C’est ainsi que l’équipe féminine de Don Juan s’envola voir si l’apollon grec saurait rivaliser avec Don Juan. Pour chaperonner cette troupe de 11 gamines : Robert Germay, metteur en scène et président du TURLg. Et pour assurer l'aspect technique, David Dupuis, qui reprenait la régie du spectacle pour la première fois, en succession de Renaud. La représentation fut très appréciée par le public. Bien qu’étant au berceau de la tra2014-05-03-11.29.51.jpggédie, la Grèce est friande de comédie. David a su s’adapter aux conditions techniques (pas toujours simples) et, tout en déplorant un manque de temps très dommageable,  il a pu nous permettre d'offrir au public une représentation correcte. Le Chef a honoré la demande du festival en faisant une conférence sur l’histoire du théâtre universitaire, sujet qui suscita de l’intérêt chez ses auditeurs.

Nous avons également pu nous laisser aller à la contemplation durant l’excursion organisée pour nous sur le lac Kerkini… promenade en bateau sur fond de pépiements … de ces dames mais aussi des cormorans ;-) Nous avons séjournée dans un hôtel luxueux, avons bien mangé, bu du café grec et de l’ouzo et pour tout vous dire nous serions bien resté un peu plus longtemps nous immerger dans cette culture.

Nous tenons à remercier Maria Kalimeri, Nadine Vandooren (belge d’origine, grecque d’adoption) et toute l’équipe du festival pour leur accueil, leur chaleureuse sympathie et leur dévouement ! De tout ♥, merci !

Ce festival souhaiterait nous inviter l’an prochain … A suivre !

Anne-Sophie Poussier

Lire la suite