Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Grâce au 7e Festival ATOS de Campina Grande (3-6/12/2015), le TURLg ajoute le BRESIL comme 42e pays à sa liste de tournées hors Belgique.

14 Janvier 2016 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

Grâce au 7e Festival ATOS de Campina Grande (3-6/12/2015), le TURLg ajoute le BRESIL comme 42e pays à sa liste de tournées hors Belgique.

LES PHOTOS

En bonus, en plus des photos, quelques vidéos de là-bas :

https://www.youtube.com/watch?v=b1qzXBGZWW4

https://www.youtube.com/watch?v=Kjwqn7qkUvQ

 

Nos premiers contacts avec le Brésil remontent déjà à 1991, année où l’Université d’Etat de Campinas (UNICAMP) participait à notre RITU 8 (24/02 – 3/03/1991) avec Le Journal d’un fou de Gogol, magistralement interprété par José Tonezzi. Un mois plus tard, en réciprocité, le CGRI (aujourd’hui le WBI), alors en charge de M. Jean-Pierre Grafé, Ministre des Relations internationales, envoyait Robert Germay ‘en observateur’ au 2e Festival international de Théâtre de l’Université de Campinas, comme représentant officiel de la Communauté française de Belgique. Pendant le festival, outre ‘observer’ la manifestation, le directeur du TULg devait aussi assurer 15 heures de cours (Les Avatars du texte dramatique dans le théâtre du XXe siècle) pour une classe d’étudiants du département de Artes Cênicas d’Unicamp. Son rapport de mission fut en tout point positif.

Depuis lors, le TURLg est resté en bonnes relations avec José Tonezzi, qui, entretemps, a ‘émigré’ de Campinas (à côté de São Paulo) vers l’Université Fédérale de Paraíba à João Pessoa (au nord de Recife), où il a d’ailleurs, publié en 2010 un article de Robert Germay (Du TU à l’AITU…) dans la revue Moringa – teatro e dança, éditée par le Departamento de Artes Cênicas de l’UFPB (Jan.2010, Vol.1, n°1, pp.65-77).

Il faudra toutefois attendre 2013 (22 ans !) pour revoir à Liège une troupe brésilienne participer à notre RITU 30 (25/02 – 3/03/2013) avec un remarquable spectacle : Clown Bar, de et mis en scène par le même José Tonezzi (1). Et pour que le TURLg, lui-même, se retrouve –enfin !- en décembre 2015 à Campina Grande (Nord-Est du Brésil, Etat de Paraíba), il faudra encore deux années … et l’organisation de la 7e édition du Festival de théâtre universitaire ATOS (‘actes’ , en portugais) (2).

En réalité, les premières tractations concernant notre tournée datent du 24 septembre 2014, plus précisément de la réception d’un courriel de Madame Eliane Lisboa, professeur de théâtre à l’Université Fédérale de Campina Grande (UFCG) : elle invitait Robert Germay à participer à la 6e édition du festival ATOS en tant que président fondateur de l’AITU (Association Internationale de Théâtre à l’Université), afin d’y présenter l’Association au cours de tables rondes organisées pendant le festival du 5 au 8 décembre 2014. La possibilité de recevoir par la même occasion un spectacle du TURLg n’était pas exclue.

La tentation était grande … ! Hélas, les dates ne convenaient pas, ni pour le président-fondateur, ni pour le président actuel de l’AITU, Jean-Marc Larrue, et le délai de trois mois (septembre – décembre) était un peu court pour mobiliser un spectacle turlgien. Bref, il fallait bien reporter la suite à donner à l’année suivante. Mais l’envie, évidemment, ne manquait pas, et dès mars 2015, nous relancions la machine. Ce qui voulait dire qu’il fallait d’abord reprendre l’échange de courriels avec Eliane Lisboa et son collègue directeur général du Festival ATOS, Nathan Cirino, pour planifier le voyage. Mais aussi, - et ce n’était pas une mince affaire -, cela impliquait de reprendre des répétitions pour préparer le spectacle prévu pour ce déplacement, à savoir Fin de siècle sur l’île, de l’auteur argentin Alejandro Finzi.

Le choix s’imposait à nous vu l’origine de la pièce et la destination de la tournée : l’Amérique du Sud. Mais le spectacle était au repos depuis notre tournée d’avril 2013 en Argentine, précisément. Dès lors, un sérieux travail de remise en route s’imposait tout autant, considérant qu’Alain Chevalier était novice dans le rôle de Saint-Exupéry et que David Dupuis devait être remplacé dans le rôle d’Hugo, ainsi que Renaud Minet dans la fonction de régisseur. C’est Jonathan Deleval qui se chargerait donc du personnage du facteur, et Benjamin Devillers de la lumière et du son. Une dizaine de répétitions furent ainsi programmées de septembre à décembre, et les billets d’avion furent réservés dès mars. Et le 1er décembre, toute l’équipe des 7 trépignait à Zaventem, prête à s’envoler pour le pays de la samba… et de la Jupiler !

A l’origine, ATOS a été créé comme ‘simple festival promu par des étudiants pour fêter leur production théâtrale de l’année’ (dixit sa directrice artistique Eliane Lisboa). Force est de constater que l’objectif s’est bien élargi au cours des six premières éditions, puisqu’aujourd’hui la programmation comporte, outre des représentations théâtrales, des discussions, des tables rondes, des lectures et des ateliers. Mieux encore, l’édition 2015, la 7e du nom, s’enrichissait d’une première participation étrangère, puisque le TURLg avait l’honneur de présenter son ‘Île’ en ouverture, le jeudi 3 à 19h30, dans la salle du Centre Servicio Social do Comércio (SESC) de la ville.

Déjà sur le pont pour l’inauguration, le TURLg était aussi au boulot le dernier jour du festival, le matin du dimanche 6 : Robert Germay participait à une table ronde, Festivals e Associacões Universitárias de Teatro, en présentant un exposé sur l’AITU. Il était accompagné de deux collègues professeurs brésiliens : Pita Beli, représentant le Festival International de Théâtre Universitaire (FITUB) de Blumenau, Etat de Santa Catarina, et Narciso Telles, représentant l’Association brésilienne de recherches en arts de la scène (ABRACE) de l’Université fédérale d’Uberlândia, Etat de Minas Gerais.

Cette semaine brésilienne fut d’autant plus chargée que le trio de la direction du TURLg (Alain, Dominique et le Chef) était aussi invité à participer le 4 décembre à la VI Jornada de Pesquisa (Recherche) em Artes Cênicas, Edição Internaciona l(3) organisée par l’Université Fédérale de Paraíba à João Pessoa, charmante cité balnéaire située à deux heures de route à l’Est de Campina Grande. Le thème de cette table ronde était ‘la coopération internationale dans le théâtre universitaire’, et c’est ainsi que le Chef présentait l’AITU et Alain/Dominique le TURLg et le RITU à un auditoire très attentif. Encore merci aux interprètes bénévoles pour la traduction consécutive, tant à João Pessoa qu’à Campina Grande.

Merci surtout aussi à José Tonezzi, l’initiateur de cette invitation à João Pessoa qui nous a ainsi permis de mettre les pieds (et certains même plus, n’est-ce pas Dominique et Alain) dans l’Atlantique du côté américain ! Ce fut aussi un plaisir de rencontrer de distingués collègues, comme Paulo Vieira, Professeur de théâtre et prolifique auteur dramatique. Certes, cette visite éclair (un jour et demi) sur la côte avait le grand charme de joindre l’utile du travail à l’agréable du tourisme, mais le revers de la médaille fut que nous avons raté de bons spectacles à ATOS –aux dires des membres turlgiens restés, eux, au camp de base.

Pour ce que nous avons pu voir comme spectacles, nous devons en tout cas féliciter les organisateurs pour la qualité des prestations, en rappelant le caractère spécifique de l’événement : à l’Université de Campina Grande, il n’y a pas de filière théâtre, et le festival est lié au cours de l’Unité d’Ars et Media, qui comprend trois branches - Média, Musique et Educommunication -, et il essaye d’offrir des spectacles qui font une liaison entre le théâtre et les nouvelles technologies, surtout les technologies digitales. En tout cas, on peut dire qu’il témoigne du haut niveau du théâtre universitaire brésilien.

Nous devons aussi féliciter les responsables pour la qualité de leur organisation : l’hébergement à l’Hôtel do Vale était sans reproche, et la nourriture, à tous les repas, excellente, abondante, variée et goûteuse. Nous savons qu’il n’a pas été simple de réunir les fonds nécessaires à un accueil de ce niveau : nous remercions d’autant plus nos hôtes pour leurs efforts financiers, qui nous ont aidés à couvrir une partie de nos frais de voyage. De plus, les transports locaux assurés par le festival et les horaires des manifestations étaient toujours si ponctuels qu’on ne se serait pas cru si bas dans le Sud… (Private joke du TURLg).

Nos remerciements vont aussi à la nombreuse équipe d’étudiants et de professeurs bénévoles qui se sont relayés pour nous assurer un séjour agréable, avec une mention spéciale pour Mariana Albenise qui fut sans relâche notre guide et une interprète infatigable.

Après ces longs paragraphes, la conclusion sera brève : « Rapport de mission en tout point positif » (Bis repetita placent). Outre le plaisir d’avoir acté une fois de plus le succès de notre spectacle sur un nouveau public, nous nous réjouissons d’avoir conforté d’anciens contacts tout en en créant de nouveaux, dont nous ne doutons pas qu’ils perdureront. En tout cas, nos collègues brésiliens sont d’ores et déjà invités à rendre visite au TURLg à Liège pour RITU 33 en février prochain (22-28/0 2) (4), et à l’AITU à Manizales (Colombie) pour le XIe Congrès mondial de l’Association en septembre (5-9/ 09) (5). Ils et elles seront les bienvenu(e)s ici et là !

1991-2015 : il aura fallu presqu’un quart de siècle pour que le TURLg débarque au Brésil, mais le jeu en valait la chandelle ! Voilà qui méritait bien deux pages de blog, non ?

Robert Germay

Notes :

(1) http://www.turlg.be/0196/fr/RITU-30-2013 : voir à ‘la 6e journée’, un extrait du spectacle en vidéo.

(2) http://cg.hiperativocultural.com/campina-grande/teatro/festival-atos-de-teatro-universitario-divulga-programacao .

(3) http://www.ufpb.br/content/pesquisa-em-artes-c%C3%AAnicas-%C3%A9-tema-de-jornada-na-ufpb

(4) http://www.turlg.be/01107/fr/RITU-33---LE-PROGRAMME

(5) http://www.congresodeteatro2016.com/home/

Lire la suite

Le TURLg participe au XIIe festival «Teatralny Kufar» (Minsk, 29 nov. – 6 déc. 2015) avec «Soie».

14 Janvier 2016 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

Le TURLg participe au XIIe festival «Teatralny Kufar» (Minsk, 29 nov. – 6 déc. 2015) avec «Soie».

Quelques photos...

Comme les visiteurs de ce blog doivent maintenant le savoir, le TURLg est un habitué des déplacements vers tous les coins du monde. A tel point que plusieurs groupes se trouvent parfois dans deux endroits du globe en même temps. Ce fut le cas en ce début décembre, puisque nous étions à la fois au Brésil, avec Fin de siècle sur l’île, et au Belarus, avec Soie.

La direction du TURLg étant mobilisée tout entière au Brésil, elle a confié à Marco Pascolini et à ses compagnons l’importante mission de nous représenter du côté de Minsk, à ce festival auquel nous participons presque toujours. Voici le compte-rendu de leur expédition.

***

Minsk by sweet winter

Nous voilà donc invités avec nos Soieries dans la capitale du Belarus pour participer au XIIe rendez-vous du Teatralny Kufar Festival.

Après une course poursuite contre l’administration consulaire pour de sombres histoires d’assurances, munis du précieux sésame, donc passeports validés et acceptés, notre vol au détour de la Pologne nous mène sains et saufs vers le pays de la pomme de terre.

Nous arrivons sans trop de heurts à passer la première étape et à entrer dans le territoire (pourrons-nous en re-sortir ? telle sera notre question). Nous sommes reçus par deux sympathiques étudiantes, Lera et Ira, et conduits vers l’Hôtel Trinity. L’endroit est sympa, convivial, mais il faut avouer que nous tremblons à nous voir si nombreux dans une si petite chambre – ce fut un jeu de twister tout le long de la semaine pour nous déplacer dans cette chambre, entre mes compagnons de sommeil et nos bagages. Mention spéciale pour les concertos nocturnes qui se répondaient en échos.

Une première prise de contact avec la « faune » du festival lors de la soirée de bienvenue, placée sous le signe de la camaraderie, de la musique et avouons-le, de la vodka. Nous sommes même allés, pour certains d’entre nous, jusqu’à pousser un pas de danse sur la piste qui était en partie occupée par Spasmoman et sa danse tout droit sortie d’une partie de flipper à taille humaine. Tout au long de la semaine, nous aurons l’occasion, ci et là, de faire connaissance avec nos compagnons théâtreux. Et la soirée estampillée « friend’s party » eut un grand succès, ainsi que notre table où étaient étalés nos ambassadeurs belges : bières, pekets, chocolats, spéculoos et autres sucreries.

Un festival comme celui-ci nous donne à rencontrer, ou revoir, d’autres amis du théâtre. Et au-delà de la compétition que le festival organisait, ce sont les discussions avec nos « confrères », entre deux spectacles, qui enrichissent ce genre de séjour. Il y avait au programme deux à trois pièces par jour, principalement de pays proches du Belarus (Russie, Ukraine, Estonie, Lituanie) à l’exception notable de l’Iran (si vous me lisez, Nuush les gars). Nous avons tenté de voir un maximum de pièces, dans la mesure où notre emploi du temps le permettait. Il était agréable encore une fois de se confronter à un théâtre si proche du nôtre et pourtant si éloigné, à des cultures parfois surprenantes.

Et nos Soieries ? Après quelques mésaventures et une préparation un peu précipitée, nous avons offert notre carnet de voyage entre la France d’Hervé Joncour et le Japon d’Hara Kei à une salle remplie et attentive. Quelques frayeurs administratives nous attendaient après cela, mais rien qu’on ne pouvait régler avec un peu de patience et de négociation.

Ce fut une expérience intéressante et enrichissante pour les membres du groupe. Le TURLg remercie une nouvelle fois Katsya de son invitation, et nous disons à Minsk : pryvitannie, on se reverra.

Marco Pascolini

Le TURLg participe au XIIe festival «Teatralny Kufar» (Minsk, 29 nov. – 6 déc. 2015) avec «Soie».
Lire la suite