Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

DU RAPPORT ARTS ET SCIENCES 1/5

20 Juin 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Où il est question de théâtre

La science, qu’elle soit « pure » ou « appliquée », et l’art, dans toutes ses formes, sont infiniment proches par nature et par fonction : l’une et l’autre sont inventions de l’homme, avec toutes les dérives que cela peut comporter : esclaves d’une idéologie funeste, la science et l’art peuvent devenir l’une, destructrice en masse, l’autre, dénaturé en propagande, même si, au départ, tout cela est censé « servir » l’homme, et non pas l’ « asservir »

 

La science permet, par l’analyse, de proposer à l’homme une explication objective du monde dans lequel il vit ;  l’art permet à l’homme, par la création, de s’exprimer subjectivement sur son existence même, comme individu, corps social du monde.

 

Dans les deux cas, il y a action de l’homme sur l’humain et son environnement, action physique et mentale.  Dans les deux cas, la vérité objective et la création subjective ont un caractère éphémère, provisoire et évolutif : on n’arrête ni le beau, ni le progrès;   ils changent simplement.

 

La science peut utiliser l’art dans ses démonstrations (lignes, graphiques, couleurs, style, éloquence du propos,...), l’art utilise la science dans tous ses domaines : la musique, les mathématiques et l’acoustique;  les arts plastiques, la chimie et la géométrie ;  la littérature, la linguistique, etc., etc.  La science peut profiter à l’art grâce à des avancées technologiques (optiques, acoustiques, électroniques, chimiques...)  et la science est souvent sujet, source d’inspiration pour l’art.

On pourrait rebaptiser le « Guernica » de Picasso en « Mauvais exemple d’utilisation de la dynamite », ou l’opéra « Einstein on the Beach » de Philippe Glass et Bob Wilson en « Mathématiques musicales », ou le « Galilée » de Bertolt Brecht en « De la responsabilité du savant vis-à-vis de l’humanité ».

Le théâtre, à lui seul, a convoqué des colloques internationaux (Besançon 2000, 2001, 2002) sur le thème de son rapport à la science (aux sciences), et il a généré depuis longtemps un impressionnant répertoire de pièces mettant sur les planches qui Einstein, qui Oppenheimer, qui Newton, qui Renkin Sualem, et un Liégeois écrira bien un jour une pièce sur Zénobe Gramme et la dynamo...

 

Voilà pour l’introduction.

zenobe-gramme-02.jpg
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article