Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Dans le rétroviseur - 5e livraison

25 Juin 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Dans le rétroviseur...

 

retro.gif

La rubrique "Dans le rétroviseur..." est ouverte à tous ceux qui peuvent ajouter, corriger, améliorer les informations qui s'y trouveront concernant les dates, les noms (de personnes, de lieux ou de dieux), les anecdotes, croustillantes ou non... Bref, que ceci soit un remue-méninges-mémoire du TURLg.

 

RG

Or donc, Robert G. n'avait pas vécu comme partie prenante les années Duyckaerts du TULg. Ce n'est pas pour autant que le théâtre lui était étranger.

Rappelez-vous la solide tradition du théâtre en V.O. qui existait en germanique depuis des décennies. Fernand CORIN, par exemple, alors Assistant en Littérature anglaise (il deviendra plus tard Prof. Ordinaire à Louvain-la-Neuve), en digne fils de son père, y monta quelques pièces en anglais – avec parfois un complice, Marcel LEMAIRE -… pièces auxquelles notre RG ne participa pas : son anglais ne devait sans doute pas être ce qu'il aurait dû être aux oreilles des metteurs en scène.

Dans la foulée, les "allemandistes" de 1e licence 61-62 ne voulant pas être en reste proposèrent à leur Prof. de Littérature allemande, Armand NIVELLE, alors encore jeune Chargé de cours, de monter Woyzeck, de Georg BÜCHNER. Ah ! redoutable innocence de la jeunesse ! Et NIVELLE accepta de "coacher" cette troupe (d'une vingtaine d'étudiants germanistes, toutes années confondues), sur le plan de la langue et, heureusement aussi, sur le plan pratique : le Cercle d'Etudes allemandes qu'il présidait couvrit les quelque 3000 francs belges de frais exposés pour les "décors", maquillages (professionnels ! eh oui) et autres locations de salle.

La première eut lieu au récemment inauguré "Foyer des Etudiants" de la rue du Vertbois, en 1962, devant toute la famille germaniste, profs (sauf un), assistants, étudiants réunis, et ma foi, enthousiastes malgré le côté "patronage" que devait avoir, à coup sûr, la représentation.

Peu après, en 63, quelques étudiants (4, et RG en était encore) furent sollicités par NIVELLE pour marquer théâtralement les festivités organisées en l'honneur du Prof. Joseph WARLAND, autre figure emblématique de la Germanique d'alors, pour son soixantième anniversaire. On donna Der todt Mann, de Hans SACHS. Par parenthèse, la pièce fait aujourd'hui une belle carrière internationale au TURLg, sous le titre de Si tu m'aimes... (prends garde à toi), dans une adaptation française originale signée RG précisément.

Mine de rien, ceci constituait en quelque sorte l'acte de naissance du très imminent Theater der Lütticher Germanisten / Théâtre des Germanistes Liégeois, qui allait se constituer rapidement dans la décennie en cours.

Mais ceci est une autre histoire.

A suivre…

georg.jpg
"  Chaque homme est un abîme,
on a le vertige quand on se penche dessus
. "
(Georg BÜCHNER, Woyzeck)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article