Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Pour une bouchée de théâtre - "Teatru pe paine" Roumanie 2007

28 Août 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

Les photos

Une bande d'intrépides TURLgiens – Rachid BELLITIR, David DUPUIS et votre serviteur Marco PASCOLINI – ont, pour leur bonheur et sûrement aussi celui de toute cette équipée théâtrale, sévi pendant une semaine à Timisoara, Roumanie, du 13 au 18 août 2007.

Le Thespis Theatre Group de l'université de Timisoara organisait une semaine de stages théâtraux sous le nom de « Teatru pe paine » (littéralement "le Théâtre du pain").

Trois thèmes principaux étaient abordés, en substance les trois axes primordiaux du comédien, et donnés par trois professionnels du monde du théâtre.

Il y avait donc l'atelier  Text  par l'Anglais Alan FARRAR, qui survolait et précisait le jeu Shakespearien et les méthodes d'interprétations.

Le second atelier donné par le Roumain Mihai VASILE, le  Body  workshop, traitait du rapport conscience corporelle et scène.

Et le troisième, l'atelier Voice guidait les gens dans la découverte de cet outil essentiel qu'est la voix et était donné par le Suédois Leif OLSON, un vieil ami du TURLg, qui a déjà animé des ateliers lors de nos derniers RITU-Liège.

Ces ateliers étaient donnés en deux modules de trois heures, deux fois par jour.

Du côté participants, principalement des jeunes de l'Europe de l'Est (nous étions les seuls représentants de notre partie du vieux West) : Estonie, Pologne et des diverses régions de Roumanie (une candidate de Russie n'ayant pas pu être présente pour cause de visa non accordé). Une trentaine de personnes aux expériences théâtrales diverses. Nous avons donc passé notre temps entre le campus (où nous étions logés, ma foi, fort proprement), le Fox restaurant (où nous étions nourris copieusement), les divers lieux où se pratiquaient les formations (d'une salle de théâtre au Jardin botanique de Timisoara), deux pièces de théâtre proposées par les locaux de l'étape (The Last Godot du Roumain Matei VISNIEC ; The Prisoners, une création locale), les forums de discussions sur le théâtre et, il faut le dire, les divers endroits où nous prenions notre repos mérité de fin de journée et (longues) soirées, aux noms exotiques tels que Rebel Club, Metal Box et autres chambres ou l'on poshtait (néologisme roumano-anglais, à boire sans modération) allégrement. Le baragouin commun étant le franco-anglo-roumain.

IMGP1844.JPG

La dernière journée, intitulée Train the trainer, consistait en la présentation du résultat des travaux aux différentes équipes des ateliers réunies en salle, mais aussi dans le plein air du parc botanique – donc aussi pour les chalands. Certes, l'organisation de cette journée – de toute bonne volonté – fut un peu chaotique sur le plan de la "rigueur" des horaires  (Sud de la Loire oblige,… non ?), mais le résultat fut éloquent.

Une remarque "turlgienne" : on peut déplorer un manque de "passerelles" entre les trois domaines abordés, pourtant si complémentaires, voire intrinsèquement liés quand on parle de théâtre, surtout vu, ici, les niveaux d'expérience très différents des stagiaires.

Bref, pour une première tentative, les organisateurs locaux (Thespis, soutenus par l'Agence Nationale pour la Jeunesse de Roumanie, la Mairie et le Conseil communal de Timisoara, et divers sponsors locaux, parmi lesquels le Centre Culturel Français de Timisoara) ont réussi un beau coup.

Quant à la ville de Timisoara, que dire ? Une cité en renouveau, sûrement, en pleine reconstruction dont on sent la volonté de se dépasser. Le temps a été de la partie, avec du vrai soleil (35°C) et de vraies chaleurs estivales (avec la bonne idée de faire orage et de ne pleuvoir que pendant nos courtes heures de sommeil – merci monsieur météo). La plupart des rues bordées d'arbres ou de buissons fleuris accentuaient un côté humain que pouvait revêtir la ville que les organisateurs nous ont fait découvrir lors d'une longue visite guidée en soirée sur les traces de l'évolution de la ville, depuis ce qu'on appelle là-bas la "Révolution" – savoir l'exécution du Sieur Ceaucescu.

IMGP1848.JPG

En résumé : du pain, des jeux (théâtraux), des sourires, des échanges entre des gens passionnants, une chouette aventure théâtrale, une bien belle aventure humaine...

Marco PASCOLINI

Commentaires du Chef :

Au titre de Président de l'AITU (accessoirement directeur du TURLg) invité, j'ai eu l'occasion de rejoindre l'équipe du TURLg à Timisoara, deux jours en milieu de semaine, et ai pu ainsi apprécier le sérieux du travail presté, d'une part, la bonne organisation de l'entreprise et la grande convivialité de nos hôtes, Andrea et Narcis DUTEANU, d'autre part. De même, j'ai pu saluer la grande compétence des responsables des ateliers et l'implication réelle des stagiaires.

Ce séjour fut tout profit pour la formation de nos TURLgiens, eux-mêmes responsables actifs dans nos équipes. Fort de ces constats, j'ai d'ores et déjà invité nos désormais amis roumains à participer à notre prochain RITU 25 en février 2008. Ce sera la première participation roumaine à notre fameuse rencontre liégeoise. L'occasion était belle aussi d'annoncer à nos hôtes notre prochaine présence en Roumanie, en novembre.

En effet, David HOMBURG prépare, avec une brochette de 6 TURLgien(ne)s, une adaptation d'un roman de Gérard MORDILLAT, Comment calmer M. Bracke, qui sera présentée en première mondiale au Festival de Théâtre International Francophone Estudiantin "Ensemble en 2007", organisé à Sibiu, du 1 au 3 novembre 2007 par l'Association "Ille et Vilaine – Sibiu".

Cette deuxième aventure au pays d'un certain Comte Dracula reçoit l'aide du CGRI (Commission Générale aux Relations Internationales de la Communauté française Wallonie-Bruxelles) : gageons qu'elle sera tout aussi fructueuse – mais climatiquement moins torride – que la première !

Robert GERMAY




Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article