Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Minsk

10 Octobre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

Les photos

Quand sur Minsk il pleut, le TURLg allume le feu.


le-turlg-met-le-feu2.jpg
minsk10.jpg

A peine rentré de Dourdan (F) avec Karl Valentin, le TURLg s'envolait pour le Belarus du 2 au 7 octobre 2007. Minsk, capitale de 2 millions d'habitants, aux artères immenses (il faut s'y prendre tôt pour les traverser à pied) et aux bâtiments souvent colossaux. L'ex-URSS y est encore présente, finalement, par endroits.

architecture--5-.jpg

le-theatre--2-.jpg

minsk08.jpg

La pluie n'a pas épargné l'équipe de Si tu m'aimes... (il faisait soleil à Liège !) qui s'est fait rincer tous les jours, mais le jeu en valait la chandelle. Le Chef (RG) qui participait pour la troisième fois à ce festival "Teatralny Koufar" n'a pu que constater une belle constance dans la qualité de la programmation et de l'accueil chaleureux de l'équipe de l'Université de Minsk, emmenée par le Prof. Dr. Vasily Strashev, Recteur de l'Université et Président du Festival, par Vladimir Makarevitch, Vice-Président du Festival et Chef du Département des affaires culturelles de l'Université, et par Katsiaryna Saladukha, infatigable coordinatrice d'une énorme équipe d'étudiants bénévoles.

Ce qui frappe le plus sans doute à "Koufar" ("le coffre"), c'est l'engouement du public - toujours très jeune. Il faut arriver une demi-heure à l'avance pour trouver une place dans des salles d'une capacité de quelque 500 à 700 places. Un émerveillement pour un directeur de festival de théâtre universitaire de l'Ouest.

Le TURLg et une troupe suisse étaient les seuls représentants occidentaux parmi des groupes venus majoritairement de Russie, Belarus, Estonie, Lettonie et Bulgarie.

Plaisir aussi de retrouver à Minsk, parmi les membres du jury (ça, les jurys et les prix, ils aiment là-bas. En 2005, RG était d'ailleurs président dudit jury. Il a refusé d'en être depuis...) des représentants du Comité Exécutif de l'AITU que les responsables Minskois avaient rencontrés - et invités - à Liège, lors de leur participation à notre RITU 24 : le théâtre universitaire ne connaît pas de frontières.

Toutes les troupes présentes ont démontré aussi que le TU est une force à part entière dans le paysage théâtral, tant par la recherche dans la mise en scène que par la qualité de jeu de ces acteurs, tous amateurs.

Le programme était, comme d'hab', stakhanoviste (jusqu'à 4 spectacles par jour) mais ce n'est pas pour effrayer un vrai TURLgien : à RITU, on n'a pas non plus le temps de souffler.

La standing ovation réservée le vendredi 5/10 à 16h20 à notre Si tu m'aimes... nous a payés de nos fatigues. Et la remarque d'un membre du jury ,"Pour une fois, je n'ai pas eu besoin de traduction", nous a confirmés dans notre idée que le théâtre, ce n'est pas que du texte, et que nos productions passent allègrement la fameuse barrière de la langue.

Fatiguée mais heureuse, l'équipe a regagné le soleil - et la foire - liégeois le dimanche 7 octobre.

"Teatralny Koufar", 4e édition 2007, fut un beau cru.

Merci à Monsieur le Vice-Recteur, Pr Albert Corhay, qui nous a aidés financièrement à y participer.

RG


Mon Minsk


Tournée du TURLg à Minsk, avec Si tu m'aimes, du 2 au 7 octobre 2007.

D'abord, je déteste me lever tôt ! 3 heures et demie du matin, c'est pas des heures pour un humain ! ah ! les tournées... Mais là, j'étais épaulée par Chantal et Vincent, nous partagions notre douleur... Bref.

L'aéroport de Minsk est en plein milieu des bois, pas de danger de s'écraser sur une maison. Ou plutôt, pas de danger pour les maisons qu'un avion les écrase.

A Minsk, pas de vélo, pas de moto, des magasins dissimulés dans les théâtres, des bus qui cachent leurs passagers derrière de petits rideaux, des grosses voitures, des étudiants partout (surtout au théâtre, pas comme ici, pfff!), de la vodka, des choucas, des travaux, un stade de foot (Dynamo Minsk), des soldats partout et des officiers avec des casquettes en porte-avion, des roulottes qui brûlent (cf photo), un ciel gris, gris, gris, et deux millions d'habitants, qui parlent tous russe !!! on ne comprend rien ! et on n'arrive même pas à lire ce qu'ils écrivent !

Au théâtre, comme je vous le disais, plein de spectateurs, jeunes, tous excités comme des puces, prêts à vous marcher dessus pour entrer (y'a intérêt, y'a pas assez de places pour tout le monde), et sur la scène, souvent beaucoup de monde aussi, et du beau, qui joue - souvent - bien, mais pas toujours de bons spectacles. On a retrouvé quelques têtes connues et on a quand même vu plusieurs performances intéressantes. Peut-être aurez-vous l'occasion d'en découvrir l'une ou l'autre aux prochains Ritu's.




Dominique Donnay

dom-bouffon.jpg

Communication d'un singe/pingouin à Minsk

(A chanter sur l'air du Petit vin blanc)

Quelques heures de vol
Pour faire le guignol
Vive les expériences
Partons mes enfants
On n'a plus 20 ans
Partons en vacances
En Biélorussie
Pas de fantaisies
C'est pas Cracovie
Nous avons du temps
De longues avenues
Qui nous exténuent
Robert éternue
On voit pas la Volga

Ah les petites vodkas
Qu'on boit dans les chambrettes
Quand le chef est pompette
Sur un air de polka
Et puis c'est pas tout ça
Comme une vieille rengaine
Semble lui donner la migraine
Pas râler, pas râler
Sous le gris, sous la pluie
Sur un air, sur un air de polka

En Biélorussie
Problèmes de régie
Faut faire pénitence
Robert le sait bien
Martin le sait moins
Elle manque de chance
Robert est fébrile
Sous la nappe hostile
La musique défile
Au mauvais moment
Sa pauv' marionnette
A la voix défaite
Ces choses pas nettes
Lui causent du tracas

Refrain : Ah les petites vodkas ...

Martin n'a pas de bol
La longueur du vol
La désavantage
C'est pas ragoûtant
Ca finit souvent
Par du dégueulage
Le gros de l'affaire
C'est l'hôtesse de l'air
Demandant sévère
A Martin souffrant
Ma fille raconte
Comment triste blonde
As-tu fait ton compte
Réponds je t'attends

Refrain : Ah les petites vodkas ...

Dans ces soirées débiles
Faut que j'parte en exil
Quitter un temps mes tristes tracas
Me lever pour gerber
Dans mes doigts
Sur mes pieds
J'boirai plus, j'boirai plus
Qu'du Coca

minsk47.jpg


Minsk une ville quelque part un peu russe mais tellement « Bielle » ô Russe !

Certes, il a fait gris, pluvieux et froid... mais l'accueil des gens donnait chaud au coeur !

Certes, les spectacles étaient à nouveau dans une autre langue... mais que de découvertes et de bons moments passés ! 

Certes, il fallait manger avec un « lance-pierre » nos repas... mais « ça » se mangeait et/ou nous nourrissait !

Certes, la ville est grande... mais nos guides Kat et Kat nous ont bien promenés...

Certes, la semaine a passé vite... Dis, papa, c'est quand qu'on y retourne ?

Martine


Si tu m’aimes à Minsk...

Prends garde...

-         aux hélicoptères (ils pourraient atterrir sur ta tête...)

-         au soleil (il ne pourrait jamais apparaître..)

-         à tes chaussettes (elles pourraient être trempées...)

-         aux chiens (ils pourraient s’appeler Sylvia...)

-         à la musique (elle ne pourrait jamais venir au bon moment...)

-         aux entrées (tu pourrais t’y sentir observé...)

-         au papier Q (tu pourrais ne pas en trouver...)

-         à ton café (il pourrait contenir du Nescafé...)

-         au paiement à la banque (cela pourrait prendre une demi-journée...)

-         au rire des serveurs (il est rare...)

-         aux guides biélarusses (elles pourraient être clônées en deux couleurs...)

-         aux “privates jokes” (elles pourraient être nombreuses...)

 

Chantal Heck

 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article