Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Urbino, c'est beau mais c'est haut

12 Décembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

Les photos

A part sur la Piazza della Repubblica où débouche le Corso Garibaldi (inévitable en Italie), à Urbino, ça monte ou ça descend, selon le sens de la marche. Il y a même un ascenseur pour relier le centre - au parking des bus – au pied des remparts. Il est vrai qu'Urbino est situé dans les Marches. Ca a dû taper sur le crâne de l'architecte (célèbre, paraît-il, en Italie) qui a conçu le campus de l'Université (Collegi Universitari) et s'en est donné à cœur joie avec les innombrables volées d'escaliers, intérieurs et extérieurs : une joie pour les étudiants qui regagnent leur chambre avec leur barda du week-end ! Mais aussi pour les vieillards pensionnés ou autres handicapés… Cela n'empêche pas Urbino, ville du grand Raphaël, de compter parmi les cités reconnues au Patrimoine Mondial de l'Humanité : elle le mérite bien.

urbino16.jpg

 

C'est aussi une vieille connaissance du TURLg qui y a déjà joué dans le passé (Histoires enfantines de P. Birhsel) et qui a déjà reçu à RITU le Teatro Aenigmo dirigé par Vito Minoia, enseignant de l'Université. C'est ce dernier qui a aussi accueilli, à Urbino, en 2006, le 6e Congrès Mondial de l'AITU, dont il est un des vice-présidents.

Cette fois, le motif de l'invitation était double : nous devions y jouer Kafka, Communication à une académie, et le Chef, Robert Germay, devait y tenir une conférence sur " le Théâtre universitaire en Belgique et dans le monde ", tout ça le jeudi 29 novembre, respectivement à 21h30 et à 15h. Notre représentation s'inscrivait dans le cadre du 6e Festival International des Arts "Teatri e contesti 07" à l'Université d'Urbino "Carlo Bo". Un festival très particulier puisqu'il se déroulait en deux temps : en juin, avec une troupe chilienne, et en novembre avec le TURLg, donc. En tant que Vice-Président de l'AITU, Vito Minoia a, en effet, entrepris une lourde tâche : écrire l'histoire des théâtres universitaires à travers le monde. Quand on sait la diversité des pratiques – et structures – théâtrales en Université de pays à pays et, dans un même pays, d'université à université, on imagine l'ampleur de la tâche.

En Belgique, par exemple, autant l'histoire du Théâtre universitaire liégeois, pour longue qu'elle soit, peut s'écrire grâce à un important fonds d'archives soigneusement (?) conservées au TURLg, autant les autres TU belges – en Communauté française comme en Flandres – sont difficiles à appréhender d'un point de vue historique parce que, leur structure étant moins stablement établie, les archives font cruellement défaut, et seuls, les éventuels "survivants" de productions, le plus souvent éphémères, pourraient encore témoigner. Or, comme ils sont généralement rentrés dans l'ombre…

Pour préparer ma conférence, instiguée à Urbino par le Prof. Emilio Pozzi (qui, à 80 balais, continue à enseigner régulièrement "Teatro e spettacolo"), j'avais à disposition, outre mes souvenirs personnels, des articles (notamment des Prof. Irène Simon et Fernand Corin) mais aussi deux mémoires de licence écrits sur le TURLg : un de David Boos, historien de l'ULg, ex-TURLgien, et un de Charlotte Meurisse, graduée de l'Université de Grenoble (eh oui !), qui sont utiles pour retracer synthétiquement l'histoire du TU(R)Lg/TLG united.

Si d'aventure (on peut rêver), des théâtreux universitaires d'autres universités belges lisent ce blog, je les exhorte à m'envoyer tout élément permettant d'écrire l'histoire de leur théâtre universitaire (ULB, UCL, Leuven, Gent, Mons, Antwerpen,…) dont je n'ai (dont on n'a) qu'une connaissance très parcellaire.

Quand on sait qu'il n'y a sans doute pas d'université sans théâtre universitaire sous une forme ou sous une autre, on imagine aisément la longueur d'haleine qu'il faudra à Vito Minoia pour mener à bien sa tâche. Forza Vito !

Tout ceci dit, notre singe Kafkaïen a recueilli un beau succès au Théâtre "La Vela" sur le campus et ma conférence a été bien accueillie à la salle "Cinema" de l'Université, deux endroits situés tout en haut de collines. Et le lendemain, on faisait 1260 km par la route dans l'autre sens.

Quand on dit qu'il faut une bonne haleine à Urbino...

RG
Urbino.jpg
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article