Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Méfiez-vous du 7 février !

10 Février 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

On parle beaucoup du chiffre 13. Va-t-il falloir désormais frémir devant le 7 ?

Le samedi 7 février 2009 n’a, en tout cas, pas été un bon jour pour le TURLg.

Le même soir :
1. Dominique Donnay perdait son GSM, indispensable outil de travail… et familial ;
2. un(e) malandrin(e) a volé la recette de la billetterie du vendredi et du samedi, pourtant bien planquée par Philippe, notre caissière à barbe, et ceci, pendant que se déroulait l’avant-dernière de la Jeune Première (sans jeu de mots). Il n’y a plus rien de sacré !
3. Et pour finir la soirée en beauté, ladite Jeune Première, Marie (dans le civil : Fanny Thyssen), après le salut (heureusement !!??),  s’est fracturé la malléole externe du pied gauche. Frénétique excitation due aux applaudissements chaleureux ? Bref, douleurs, urgences de la Citadelle et plâtre, le tout en une heure. Chapeau !


La dernière du dimanche s’annonçait mal. Mais le groupe connaît manifestement la devise du Théâtre : The Show must go on !  Et, dès le retour de l’éclopée à 23h00 le samedi, ils répétaient pour arranger le coup le lendemain. C’est ainsi que le public du dimanche après-midi a pu voir une toute nouvelle version de la pièce, avec le personnage principal, Marie la Prof, évoluant en scène dans un fauteuil roulant poussé par Patrick Antoine, le dévoué metteur en scène, poussé lui-même… dans ses derniers retranchements.


Le résultat fut fort bien. Il m’est même revenu que le jeu dans certains passages de la pièce y avait gagné !


Je dis qu’on reconnaît les bon(ne)s acteurs/trices à la manière dont ils/elles posent et déplacent les pieds en scène (en revanche, les mauvais(e)s jouent "comme des pieds").


Ici, il semble que le compromis entre les pieds de Patrick et le "reste" de Fanny/Marie ait fait merveille. Ceci venant confirmer ma théorie…


On pourrait en tout cas signaler à l’auteur, Jean-Pierre Dopagne, un titre alternatif – en cas de force majeure – pour sa pièce : La Jeune Première à mobilité réduite.


Cette séance à tout le moins mémorable clôturait ainsi une belle série de reprise de la pièce qui avait fort agréablement mûri et évolué depuis sa création la saison dernière. Et on peut croire que l’aventure n’est pas finie.


R.G.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article