Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Polar blues

21 Avril 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Je vous parle d’un temps que les moins de 400 ans ne peuvent pas connaître…

Une époque où le théâtre se jouait au coin des rues et sur les places de marché, où les comédiens devaient s’acharner pour conquérir un public peu intéressé avant d’être emportés par des maladies honteuses et enterrés de nuit à la croisée des chemins …

Une époque où les comédiens étaient les bouffons du Roi, où on les décrochait n’importe quand, lorsque Sa Majesté s’ennuyait ou voulait amuser ses convives pendant un long repas.

Je vous parle de ces gens, ces saltimbanques, ces va-nu-pieds, ces crève-misère, ces paresseux qui, au lieu de travailler dur et de gagner leur pain à la sueur de leur front, déclamaient des vers devant les églises plutôt que d’y entrer pour participer à la grand-messe …

Je vous parle d’une petite troupe d’optimistes qui sont tombés la tête la première dans le piège bleuté du Festival international du Film Policier de Liège (mieux identifiés sous l’appellation « artistes FIFPL »).

Ceux-là ont senti dans leur chair ce qu’était le statut d’un comédien du 16e siècle.

Ceux-là ont mesuré la distance parcourue et ont rendu hommage à ceux qui se sont battus pour que les choses évoluent.

Ce n’est pas que nous soyons devenus des comédiens pantouflards, non (d’ailleurs, sommes-nous seulement des comédiens ?). Ce n’est pas que nous trouvions scandaleux de jouer gratuitement, sans scène, sans loge, sans lumière, sans coulisse, sans technicien, sans public. Ce n’est pas que nous nous offusquions qu’on nous demande de jouer moins fort pour ne pas déranger les gens. Non, ce n’est pas cela du tout !

Nous aurions été si contents d’avoir l’impression d’exister.

Michèle Potier

 

Note de la direction :

Nous avons décidé de participer à cet évènement après avoir reçu, de l'organisation du festival, le courriel suivant :

 

"Bonjour,

Je me permets de vous faire part de notre souhait de collaboration dans le cadre de la 3ème édition du Festival International du Film Policier de Liège, qui se déroulera du 16 au 19 avril prochain, au Cinéma Le Palace, en plein coeur de la ville.

Outre les séances cinématographiques (une cinquantaine de films seront projetés), nous avons développé autour du Festival toute une série d'activités professionnelles et/ou ludiques afin de dynamiser l'événement et attirer un nombreux public. Parmi celles-ci : les apéro-polars !

Le concept est simple : tous les jours durant le Festival (vendredi, samedi et dimanche), de 12 à 13 heures et de 18 à 19 heures, au QG du Festival (bar sous chapiteau place St-Paul), ambiance détente autours d'histoires policières à vivre sans modération.

Nous faisons donc appel à vous, pensant qu'une telle activité devrait intéresser vos étudiants !

En effet, il s'agirait sans aucun doute d'une belle opportunité d'exercices pratiques en conditions réelles pour eux, une belle manière aussi pour le Théâtre Universitaire d'être associé au Festival. Concrètement, nous pensons présenter une dizaine de scènes (monologue, dialogue ou autres) différentes de 10 à 15 minutes.

Espérant que ce projet vous séduira, c'est avec impatiente que j'attends de vos nouvelles et le plaisir de vous rencontrer pour en discuter plus en détails.

Bien cordialement,"

auquel nous avions répondu immédiatement et avec enthousiasme.

Comme dit le proverbe : "il y a loin de la coupe aux lèvres"...

Dominique Donnay

Un admirateur enthousiaste a néanmoins fait de nombreuses photos, que vous pourrez voir sur notre Picasa.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Je ne peux que souscrire au superbe(par la forme et le contenu)commentaire de Michèle. Pour avoir "essayé" de voir la prestation de nos comédiens, pardon, galériens, j'ai pu constater de visu l'ampleur de la mission -impossible-. On pourrait m^m être plus dur ds le jugement! Mais on connaît les tenants et aboutissants de ce festival du bleu lessive. Je me contenterai dès lors d'ajouter un proverbe à celui de Dominique : "Jura, mais un peu tard..." A (re)voir, pour l'avenir, avec le malheureux mais ô combien courageux maître d'oeuvre (chef de travaux inutiles ?)Burrhus et ses compagnons d'infortune.
Pour la petite histoire, j'ai reçu des organisateurs un coup de fil, au Québec (sic !), me demandant le n° de GSM de David H., le jour de la clôture. Gag ?
Répondre