Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

En avance sur toutes les écoles : Remise des Prix, , pour la FNCD, ce sa. 13 juin 09

19 Juin 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

FNCD est le sigle de la Fédération Nationale des Compagnies Dramatiques d’Amateurs de Belgique francophone. C’est une asbl aujourd’hui centenaire, placée sous le Haut Patronage de SM le Roi (Voyez le site www.fncd-theatre.be). Ce genre de fédérations de théâtres amateurs existe dans de nombreux pays (France, Allemagne, Danemark…) et elles sont généralement affiliées à l’AITA (Association Internationale du Théâtre Amateur), fondée, figurez-vous, à… Bruxelles en 1952.

L’AITA est elle-même membre de l’IIT , Institut International du Théâtre, fondé par l’Unesco à Paris en 1948. Il était logique que, entre l’IIT (essentiellement centrée sur le théâtre professionnel) et l’AITA (théâtre amateur), une nouvelle association concernant plus précisément le théâtre universitaire vienne se glisser un jour : le théâtre pratiqué à l’université, pour amateur qu’il soit, a une spécificité indiscutable.

Et les Rencontres Internationales de Théâtre Universitaire (RITU), organisées annuellement par le TURLg à Liège depuis 1983, donnèrent ainsi naissance, en 1994, à l’AITU (Association Internationale du Théâtre à l’Université – www.aitu-iuta.org), aisbl dont le siège officiel est le TURLg. L’AITU est également associée à l’IIT.

Deux organisations théâtrales mondiales sur les trois existantes ont donc vu le jour en Belgique : pas mal pour un si petit pays !

Ce bref préambule pour introduire l’objet réel de ce blog.

Le TURLg étant membre cotisant de la FNCD (matricule 1842), depuis les années 70, nous avons décidé cette saison 2008/09 de participer au Concours National – Trophée Royal, organisé par la Fédération depuis des temps immémoriaux. Notre proposition était « Fin de siècle sur l’île », d’Alejandro Finzi, mis en scène par Robert Germay ; et le jury itinérant du Concours est donc venu visionner la chose le 22 novembre 2008 en la salle du TURLg (Ce jury a la lourde tâche de « se farcir » ainsi quelque 25 spectacles amateurs proposés par les différentes compagnies inscrites au concours, à travers toute la Wallonie, soit 10 à Bruxelles et 15 en Province : de Liège à Orp, d’Attre à Anseremme, Binche ou Habay-la-Vieille, etc.).

Voici un extrait du rapport que ledit jury nous a envoyé après sa visite ; il illustre bien sa réaction.

« Fin de siècle sur l’île d’Alejandro Finzi est le genre de pièce que le jury itinérant affectionne tout particulièrement. D’une part parce qu’elle est une découverte pour chacun des membres mais aussi parce qu’elle provoque un vrai débat au sein de notre groupe. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle ne laisse pas indifférent : certains ont adoré, sont entrés dans cet univers fou, onirique. Tandis que les autres n’ont pas marché ni adhéré à cette démarche ».

A lire ces lignes, il est clair que notre but était atteint : le TURLg ne veut jamais « laisser indifférent », d’une part ; et, d’autre part, il ne considère jamais le public comme un troupeau bêlant, mais comme une assemblée de spect-acteurs, bien individuels et éveillés.

La suite du rapport ne confirmait pas moins nos pressentiments de vieux routiers. Je cite encore : « Dès lors, il nous fallait nous [les jurés] concentrer sur les aspects techniques sans se laisser emporter par l’enthousiasme pour les uns ou le désaccord pour les autres », et de poursuivre par une série de « réflexions »/remarques sur le spectacle… qui me demanderaient des pages et des pages de commentaires pour les battre –facilement- en brèche. L’exercice me serait aisé, tant ces « critiques techniques » sont, dans le contexte, prévisibles et, pour beaucoup, limite nulles et non-avenues... Mais le temps me manque ; tout autant que la volonté de frapper dans un mur.

Bref, notre « Ile » ne fut pas sélectionnée pour la grande finale du Trophée, qui se déroulait la semaine du 8 juin à Bruxelles. Pas de surprise, vu le caractère déstabilisant du spectacle : « Qui con-court, en accepte le risque » (Proverbe patagon).

La FNCD ayant la bonne idée de ne pas récompenser que les quatre finalistes retenus par le jury itinérant, un prix nous revenait pourtant, à savoir le « Challenge Fernand Darding, attribué à la compagnie ayant manifesté dans le choix de la pièce, un souci d’originalité, de recherche et de découverte ». Voilà qui est agréable à entendre, qui vous pose un ouvrage… Quoique, à la réflexion, ces termes flatteurs ne s’appliquent donc qu’au choix de la pièce, ce qui finalement, n’engage pas à grand’chose et ne dit rien de la sauce à laquelle ladite pièce a été accommodée…Attention, nous avons dans notre manche, et dans notre répertoire passé, des possibles choix de pièces plus étonnants encore…

Ceci tempérant cela, on pouvait lire dans le fameux rapport, que « tous [les membres du jury itinérant] s’accordent à dire que la mise en scène est inventive et efficace dans l’option qui a été choisie », et que, enfin, « ce spectacle [les] a enchantés, dérangés, surpris, émerveillés, choqués… » (Les trois petits points en cachant des pires et des meilleures…)

Waauw ! N’est-ce pas, finalement, l’essentiel ? Et fort gratifiant, ma foi !

La grande pompe de la Remise des Prixxx, le samedi 13 juin, dans le superbe Hôtel de Ville de Bruxelles, me rajeunissait -encore. C’est que, autour de l’an de grâce1980 (une Gueuze à celui qui me rappellera la date exacte !), votre serviteur siégeait lui-même dans le jury de la grande Finale du Trophée. C’était sous le règne de l’auGUSte PAPAERT, président de la FNCD de l’époque.( C’est depuis lors que je refuse de participer à tout jury – exceptés ceux auxquels me contraignait ma fonction de professeur de théâtre à l’Université et au Conservatoire de Liège. Ah !, ces concours dans le domaine de l’art… ! Et qui plus est, amateur ! Cannes, passe encore : c’est de l’industrie.).

Un soleil estival était de la partie ce samedi-là sur Bruxelles-ma-Belle, et il magnifiait encore son incomparable Grand’Place. Les participants à la cérémonie étaient nombreux et enthousiastes. Et l’organisation, sans faille.

Bravo donc et proficiat.

Ainsi, c’est les bras chargés d’une pesante coupe miroitante, d’une plaquette plus transportable, heureusement, et de la promesse, très alléchante, d’un prix de 250 euros, que je regagnais Liège dans mon auto, fier comme si j’avais un bar à tapas.

La belle coupe est maintenant à Liège, sous clé par prudence, vu qu’il faudra, hélas, la rendre à la fin de la saison prochaine (on peut venir l’admirer au TURLg pendant les heures de bureau). La plaquette est exposée à la cafète parmi tous nos autres trophées ramenés de nos nombreuses tournées. Et, entretemps, la manne pécuniaire est déja arrivée sur notre compte. Belle diligence ! Merci Mercédes ! (ou Roméo ?).

Notre « Ile » vient donc encore de s’illustrer : l’affiche qui la symbolise venait juste de recevoir, à Toulouse, une mention spéciale au 1er concours organisé par l’association « Le Théâtre s’affiche » sous l’égide de la FNCTA, l’homologue français de la FNCD. (Voir à ce sujet notre blog, au 12 mai 2009.)

Poussons donc un deuxième cocorico, tout en rappelant (faire les deux ensemble est un bon exercice de respiration) le grand succès qu’a connu le spectacle cette saison en Allemagne (Stralsund) et en Estonie (Tartu). Cet automne (oct.et nov.), c’est le Belarus (Minsk) d’abord, puis la Patagonie (Ushuaïa), patrie de l’auteur, qui accueillera notre prestation, avant Dallas (USA), en février 2010. Avec le TURLg, même une île voyage ! (Sur les tournées du TURLg – 33 pays à ce jour – voyez notre site www.turlg.ulg.ac.be . La Turquie sera bientôt le 34ème , début juillet 09.)

Pour terminer, bravo à toutes les troupes collègues concurrentes, chapeau aux finalistes, et un grand merci à toute l’équipe de la FNCD, Jean Auquier, son président en tête, et, particulièrement, à son jury, harassé par son chef, Philippe Garcia.

 

A + ?

 

Robert Germay

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article