Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Kafka (c'est normal) et le TURLg (c'est nouveau) ont conquis la Tchéquie au 29e Festival "Jiraskuv Hronov", 31/7-5/8/2009

10 Août 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

PHOTOS

 

Lors de notre présence à Hronov (République Tchèque, sur la route de Prague à Wroclaw, PL) avec notre Communication à une académie (Zpráva pro jednu Akademii), des autochtones nous ont plusieurs fois demandé "comment nous connaissions Kafka ?". Modestie tchèque par rapport à un de ses génies universels, ou oubli freudien du fait que Kafka écrivait, à Prague, en allemand ? Bref, il nous avait paru important de ramener le grand Franz en villégiature festivalière dans sa patrie natale. D'autant que cela nous permettait de porter le nombre de nos conquêtes territoriales à 35 pays (la Turquie ayant été récemment notre 34e point de chute).

De plus, l'invitation à Hronov était non seulement alléchante, mais encore flatteuse. Voici les termes qu'employaient Lenka Laznovska et Michal Hecht, respectivement Présidente et Administrateur du Centre Tchèque de l'AITA (Association Internationale du Théâtre Amateur - le pendant de l'AITU) : "[Le Festival Jiráskův Hronov] est le "top" des activités du théâtre amateur tchèque. On y verra 24 des meilleures représentations choisies parmi quelque 800 troupes de toute la République Tchèque. Nous avons aussi coutume d'inviter quelques représentations comme hôtes étrangers. D'après d'excellentes références, nous avons choisi votre Communication à une académie. Nous avons eu échos de la qualité de ce spectacle, et nous serions fiers et heureux d'accueillir, de Belgique, le Théâtre Universitaire Royal de Liège à notre édition 2009". Fin de citation : qu'ajouter à cela, sinon "en voiture, Simone"!

Et Wizzair nous emmenait de Charleroi à Prague le 31 juillet. Un chauffeur fort affable nous transféra en 2 heures et en Skoda (qui n'est plus guère Tchèque...) à HRONOV, petite ville de la taille d'Aywaille ou de Sprimont par son étendue. Si elle compte d'ordinaire 8000 habitants, elle en abrite (nous nous demandons encore où) 10.000 pendant la semaine du festival. C'est dire l'importance de celui-ci qui, il faut le savoir, en est à sa... 79e édition. Selon ce qu'on lit dans les guides touristiques locaux, la tradition théâtrale de Hronov remonte au début du XIXe siècle, où Alois Jirasek (qui donna son nom au splendide théâtre de la petite ville) produisait ses propres pièces. Autour du festival de théâtre proprement dit, gravitent aussi des présentations de ballets, d'orchestres - majorettes comprises -, de spectacles pour enfants, des expositions, des ateliers et autres discussions pour théâtreux. Bref, un programme bien chargé qui explique l'affluence d'un large public, venu d'un peu toute la Tchéquie. Nous y avons même rencontré la veuve d'un grand pédagogue pragois, Frantiçek Stepanek, bien connu des Liégeois qui fréquentaient le Conservatoire et le Théâtre du Gymnase dans les années 70-80. Nous y avons aussi côtoyé Vaclav Spirit, le directeur artistique du Festival de Lörrach (Allemagne), où notre Kafka fut très remarqué... et, dès lors, invité en Tchéquie.

Nous n'avons hélas pas pu assister à tout le festival, qui se clôturait le 8 août, après plus de 80 représentations, sans compter le programme culturel "parallèle". Et, devant nous-même jouer 3 fois (en deux jours : le 2/7 à 21 heures, et le 3/7 à 16h30 et 20 heures), nous n'avons pu voir que 2 spectacles de théâtre (La Petite sirène, d'après Andersen, et Andromache, d'après... Andromaque) et un bout de programme de danse, qui nous ont prouvé que la sélection du festival est aussi rigoureuse qu'éclectique. Sauf erreur, les autres étrangers, 2 troupes, venaient de Russie et de Slovénie.

Quant à notre Kafka, il a fait, les 3 fois, un réel tabac. Au point d'étonner même le vieux routier que je suis : faut-il que le spectacle soit "parlant" pour tenir ainsi en haleine, pendant une heure, des spectateurs, non-francophones à 99 % !?! Il faut le voir/vivre pour le croire.

Notre séjour fut, sur le plan pratique, très confortable : l'Hôtel de Ville (où nous logions) est aussi hôtel (sic!) et restaurant (excellent); la Slivovice est rude...ment agréable; le petit expresso est comme à Capri; la pluie a eu le bon goût de ne tomber qu'une nuit... et la seule place de la ville compte 4 bancontacts!

Nous ne pouvons que remercier tous ceux qui ont rendu notre passage à Hronov très agréable : des organisateurs de l'AITA à notre efficace guide-relais Karel Tomas (senior consultant pour les contacts internationaux du Centre National de la Culture à Prague), Madame la Bourgmestre de Hronov, le personnel de l'Hôtel (de Ville), les techniciens de la salle "Josef Capek", notre chauffeur "personnel", etc.

Après un passage - obligé - d'une journée et d'une nuit à Prague, où le touriste est roi en masse (vive la grippe AH1N1!), nous atterrissions à Bruxelles-Sud, pardon, à Gosselies-Charleroi, le mercredi 5 août à 17 heures précises (bizz à Wizzair !).

A entendre les organisateurs, quand nous nous quittâmes, ce ne serait qu'un "au-revoir"...

Inch' Kafka...

 

Robert Germay

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article