Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

« Communication à une académie » au 10ème Teatralny Koufar, Minsk, du 22 au 29 septembre 2013

9 Octobre 2013, 12:26pm

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

PTDC0001.JPGLes photos

Les photos du site de Koufar

 

Non seulement, nous commençons à bien connaître Minsk, son festival Teatralny Koufar et ses GO Katsia, Wladimir et Sarhei. C’est que le Turlg y participait pour la 4ème fois : nous y étions en juillet 2012 pour le 9ème Congrès de l’AITU ; en octobre 2010 avec Le dernier Godot ; en octobre 2009 avec Fin de siècle sur l'île ainsi qu’en octobre 2007 avec Si tu m’aimes. Sans compter le fait que Robert y avait déjà été invité à la 2e édition comme Président de l’AITU. Il y assurait aussi la Présidence du Jury (cf. Infra). Il n’y a pas de loi anti-cumul au Belarus !

Mais aussi Minsk commence à bien nous connaître. Je n’en veux pour preuve que l’accueil que nous avons reçu de notre guide, Olga, qui nous a expliqué qu’elle avait commencé à s’investir dans l’organisation de ce festival après avoir vu… Fin de siècle...! Belle entrée en matière tant pour elle que pour nous cette année.

Un programme toujours très dense à l’affiche de ce 10e Koufar. Une bonne vingtaine de représentations de troupes étudiantes ou universitaires venues principalement de Minsk et du Belarus mais aussi de l’Est de l’Europe — on ne dit plus Europe de l’Est ! : Estonie, Lettonie, Slovénie, Lituanie (tout la litanie de pays en –nie !) Russie, Géorgie, Pologne, Macédoine (ou Macédonie ?). Nous étions les seuls ouest-européens ! Une particularité nouvelle pour ce Festival habituellement plus ouvert sur le monde entier. Un effet de la crise ?

Peut-être ! Car nous avons également remarqué que contrairement aux années précédentes, les spectacles, tout en continuant à attirer un public nombreux, ne faisaient plus salle comble. C’est que cette année, pour la première fois, les entrées étaient payantes pour le public extérieur : 30.000 roubles c’est-à-dire plus ou moins 2,50€. Autre effet de la crise sur la culture…. A regretter aussi les conditions déplorables de logement pour David et Haroun. Serait-ce aussi un effet de la crise ? Ou alors un débordement dans l’organisation? Qui trop embrasse…

A part ce dernier bémol, la participation à Teatralny Koufar reste pour nous un moment important de la saison.  Nous y étions programmés le samedi 29 hors compétition.

Hors compétition, car pour votre gouverne, ce festival comporte en effet des prix qui sont décernés par un jury international : pour « le meilleur premier rôle masculin », « le meilleur second rôle féminin », « la meilleure adaptation de ??? » « le meilleur pestacle », « le meilleur… »  (vous savez ce que nous en pensons, nous, de ces histoires de prix, nous qui sommes de toute façon les meilleurs !).

Trêve de détours, notre spectacle fut à nouveau largement apprécié. Haroun nous a campé notre nouveau singe « ouistiti » avec brio devant un public majoritairement non francophone. Les félicitations sont venues nombreuses par la suite, qui ont confirmé les applaudissements du public et sa standing ovation (qui est, à vrai dire, une des marques de fabrique de ce festival). Quant au chef, il a également bien descendu son exposé numérologique sur les 22 et a assurément convaincu le public de la justesse scientifique de ces propos ! Bref, notre Communication… continue à sauter allégrement la barrière des langues… d’Est en Ouest et vice versa.

Deux ateliers de jeu étaient aussi proposés aux participants, l’un donné sur la bio-mécanique de Meyerhold par un professeur russe et l’autre sur la présence, le rythme et le temps, donné par Georgina Kakoudaki de Grèce, que nous avons déjà eu le plaisir de recevoir au RITU. Parallèlement, un laboratoire « 3-3-3-3 » (3 pièces, 3 auteurs, 3 metteurs en scène, 3 langues) fut mené pendant toute la semaine et a donné lieu à une présentation en fin de festival.

Enfin, Katsia Saladhuka, membre du Comex de l’AITU,  avait invité ce dernier à y tenir deux réunions d’autant plus importantes pour nous qu’elles avaient à l’ordre du jour la préparation du 10e Congrès que se tiendra en nos murs à Liège du 30 juin au 4 juillet 2014. J’ai pu personnellement y présenter l’avancement de nos contacts et un pré-programme.

Quant au programme festif, il reste à la hauteur de toutes les éditions précédentes et ceux qui connaissent le trio « Katsia-Wladimir-Sarhei », pour les avoir rencontrés au RITU, savent qu’ils ne sont certainement pas les derniers à y contribuer. Encore une fois, merci à eux trois qui nous reçoivent toujours avec honneurs et pleins de sourires amicaux et complices.

Nous leur donnons rendez-vous à notre Congrès 2014.

 

Alain Chevalier

Commenter cet article