Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Et la Lumière fut! Lux in Tenebris à Grafiti - Theaterfestival der Grossregion, 3e édition 23-29 avril 2012

10 Mai 2012, 10:11am

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

MG 5041-bLes photos

3e édition pour ce festival auquel nous aimons participer et qui nous reçoit toujours avec honneur. "Vous faites un théâtre si professionnel", nous y répètent à l'envi Mme Patricia Oster-Stierle, Vice-Recteur de l'Université de la Sarre et responsable de la Troupe francophone locale Le Pont, ainsi que Martin Haberstroh et Tom Streeb, les deux solides chevilles ouvrières qui portent l'organisation de ce festival à bout de bras,... et c'est peu dire!

Il est vrai que nous y sommes toujours attendus avec tapis rouge. Déjà en juin 2008, avant même la création du festival proprement dit, Projekt Eden avait joliment brûlé les planches sarroises. Puis ce furent nos Miroir aux camisoles en avril 2010 et Boulevard du Boulevard du Boulevard en juin 2011 qui y marquèrent les esprits. On y en parle encore cette année avec enthousiasme. Lux in Tenebris, n'a pas démérité et l'accueil du public fut à la hauteur de  notre réputation. C'est celle-ci qui nous a valu d'ouvrir officiellement ce 3e festival Grafiti  après la prestation d'un orchestre de bienvenue qui, sur la musique de "Milord", a conduit le public vers notre représentation.

Grafiti est un festival pour la Grande Région. Nous nous y sentons un peu comme chez nous, à la fois de par nos participations antérieures, mais aussi suite au projet UniGr "A table!" que nous avions mené avec les TU de Metz, Nancy et Sarrebruck et que nous avions présenté en novembre 2011 dans notre salle.

A Sarrebruck, nous y avons donc retrouvé deux de nos partenaires d'alors : l'Université Paul Verlaine de Metz avec 3 spectacles différents et l'Université de la Sarre avec une reprise en plein air de leur participation à "A Table!", un spectacle en français, un spectacle en espagnol et un spectacle en allemand... le multilinguisme eurégional! Rien depuis Nancy par contre, qui n'a pas répondu à l'invitation. Dommage!

D'autre part, nous avons aussi eu l'occasion de découvrir des travaux venus de Giessen, Bonn, Luxembourg et Trèves.

(cf. le programme complet sur http://www.grafiti-theaterfestival.de/programm).

Particularité cette année et à l'inspiration de ce que nous faisons au RITU, Martin et Tom avaient prévu une série d'ateliers ouverts aux participants : atelier "masque" ou "scénographie" en partenariat avec le Stadttheater, atelier "respiration/voix", atelier "theatre de rue" et...atelier "Les premiers pas de l'acteur", donné par votre serviteur. Une manière à nous de montrer que nous tenons vraiment à encourager toute cette  dynamique enthousiaste et ouverte de "Grafiti Theaterfestival der GR"! Longue vie et qu'on se le tienne pour dit. Et surtout nos félicitations à toute l'équipe locale qui nous a assuré un séjour "ohne Problem"!

"Nous", car à mes côtés, sont restées toute la semaine Anne-Sophie Poussier et Michèle Potier qui se sont aussi fendues (merci à elles) d'un rapport pour le blog, que voici.

Alain Chevalier

 

_MG_5037-b.jpgD’Allemagne, où j’écoute la pluie en vacances …

Grafiti Theaterfestival der Grossregion in Saarbrücken (faut voir dit !) … Première tournée internationale pour la troupe de Lux in Tenebris.

Si une bonne moitié de nos effectifs avait pu prendre la route le dimanche après-midi, d’autres avaient dû, pour des raisons professionnelles, reporter leur départ au lundi. Ces malheureux ont donc raté la soirée d’accueil que nous avaient réservée nos amis sarrois Tom et Martin (faut voir mis !) ainsi que la petite sauterie intime organisée dans les chambres après le départ de nos hôtes. Deux raisons de s’en consoler : le « Gefillde », sorte de Knödel farci à la viande hachée (faut voir digéré !) et la danse érotique (sic) de Giancarlo en pyjama de papy (faut voir … non !). Heureusement, on avait prévu les baquets ! J 

Le lundi, c’est donc la mine déconfite et les intestins en compote que nous avons procédé à la mise en place du spectacle sur un petit plateau, dans des coulisses réduites à leur plus simple expression, et sur un sol extraordinairement glissant qui nous obligeait à négocier nos virages à coup de petits pas chassés et conférait à tous nos déplacements un style d’une rare élégance … Bon, nous nous en sommes sortis tant bien que mal, sans beaucoup de précision (c’est rien de le dire !) mais avec une pêche d’enfer, probablement alimentée par le stress accumulé dans la journée. Trois choses à retenir de cette journée ? La tête de Renaud quand il apprend que le technicien local n’arrive qu’à 14 heures ; le zèle de Francine que nous entendons, derrière la porte des toilettes, compter les temps et chantonner « si, si, Lux in Tenebris, contre la syphilis » ; le sursaut de nos estomacs découvrant la petite salade censée nous tenir lieu de repas du soir.

Et le reste de la semaine ? A part la pluie et le vent ?

Il y a eu le Grafit’in : de la pluie, du vent, des spectacles, des ateliers, des repas, des expériences, des rencontres, de nouvelles amitiés, des découvertes, des photos et de nombreux rires.

Et aussi le Grafit’off : la pluie ; le vent ; le préservatif qu’on glisse dans un portefeuille trouvé avant de rendre celui-ci à la réception de l’auberge ; Jésus, le cuisinier bénévole qui débarque à 14h avec les ingrédients de la soupe annoncée pour midi ; les photos de fesses-tival d’Anne-Sophie ; les soirées adolescentes, en pyjama, penchés à la fenêtre de la chambre pour fumer en cachette en refaisant le monde ; la visite au Gigant sex-shop discount (si, si, ça existe !), le restaurant Michelangello, plus kitsch que kitsch …

Et puis le Grafit’out : le soleil – enfin -, les embrassades du départ, la route, l’arrêt au Luxembourg et le dernier apéritif, à Liège, parce que c’est trop difficile de se quitter après une semaine pareille.

Michèle Potier et Anne-Sophie Poussier

Commenter cet article