Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Grafiti Studententheaterfestival, 2eme édition, 7 au 11 juin 2011, Boulevard du boulevard du boulevard

17 Juin 2011, 08:20am

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

p70000.JPG

Les photos

 

Ce vendredi 10 juin, c'était au tour de Notre "Boulevard du boulevard du boulevard" d'être présenté avec un succès public incontestable (standing ovation, svp! ) lors de la deuxième édition de "Grafiti, Studententheaterfestival" der Grossregion qui vient de se tenir à Sarrebruck du lundi 7 au dimanche 11 juin 2011. Assurément, le dynamisme ou plutôt l'énergie féroce dégagée par l'ensemble de la troupe du "Boulevard" a séduit et estomaqué! Bravo à toute l'équipe, anciens et nouveaux remplaçants,  d'avoir tenu notre barre très haut!

 

Grafiti est un festival étudiant, avec, cette année, une affiche d'une dizaine de spectacles venus de la Grande Région. En l'occurrence : Trèves, Luxembourg, Metz, Liège et Sarrebruck bien sûr, dont l'Université abrite un nombre impresssionnant de groupes qui pratiquent le théâtre, qui en français, qui en espagnol, qui en anglais... Une activité théâtrale étonnamment débordante, qui mérite à coup sûr son festival! Et multilingue svp! comme l'est cette ville frontalière de Sarrebruck dont nous avons pu apprécier l'atmosphère particulière, mélange entre France et Allemagne.

 

Nous tenions à y être présent et à prendre connaissance de toute cette pratique théâtrale à l'Université de Sarrebruck. D'autant plus que cette dernière est notre partenaire pour un projet scénique que nous menons également avec les universités de Nancy et de Metz -où nous étions il y a quinze jours (cf "Actor's Café" sur le blog) -  dans le cadre de l'UGR ou Université de la Grand Région! Ce Théâtre Universitaire de la Grande Région verra la création  de son spectacle commun et... ambitieux début novembre 2011 en notre Alma Mater. Puis sera présenté en tournée fin novembre dans toutre la Grande Région. A vos agendas!

 

Notons aussi que "le Québec" était à l'honneur à Grafiti, avec notamment la présence de l'auteure Jennifer Tremblay, dont "le récit théâtral" -c'est ainsi qu'elle intitule son oeuvre- La Liste a été présenté par les groupes "le Pont et Artteatro" dans une mise en scène originale distribuant la parole de la narratrice aux  personnages multipliés. Une façon de faire qui a séduit l'auteure, ainsi qu'elle a pu l'expliquer lors d'une table ronde où elle a pu rencontrer lmetteur en scène, acteurs et spectateurs et à laquelle j'ai participé avec intérêt.

 

Enfin, avant de laisser la parole à Régis Pierroux qui nous a fait le plaisir de relater sa participation à Grafiti, (merci Régis!), il me reste sincèrement à remercier toute l'équipe organisatrice pour l'accueil toujours... toujours... toujours... souriant et disponible qu'elle nous a réservé pendant tout notre séjour. Une équipe organisatrice que nous avions plaisir de retrouver le soir autour de la très bonne table du "Café Am Schloss", Treffpunkt du Festival. Merci à tous les "logeurs" qui nous ont hébérgés. Merci à Patricia Oster-Stierle qui défend ce festival avec tout l''enthousiasme que nous lui connaissons, merci aux piliers Atl et Martin... et à tous ceux et celles dont j'ai déjà oublié le prénom! mais à tous, à très bientôt dans l'UGR!

 

Alain

 

 

Bonjour, voici un compte rendu de mon voyage à Sarrebruck...

qui a débuté le jeudi 9 juin en fin d’après-midi et qui s’est terminé aux aurores le dimanche 12 juin. J’espère vous donner l’envie de continuer à jouer, de participer au festival et de vous montrer combien un échange au niveau du théâtre est important pour les comédiens.

Cela s’est bien passé comme d’habitude quand il s’agit d’une organisation du Turlg. Les échanges entre pays sont une opportunité très intéressante qui nous permettent de jouer devant un public différent de la Belgique. La « jeune» organisation du deuxième festival de Saarbruck nous a apporté un vent de fraîcheur qui était bienvenu.

Ce que j’ai photographié, avec « les moyens du bord » car j’expérimentais un nouveau appareil photo, ce n’est pas le spectacle que nous avons joué en lui-même mais plutôt les « a-cotés» du spectacle :

-          L’arrivée et la découverte de la ville de Saarbruck qui est très jolie à visiter. Le centre-ville très estudiantins avec de jolies ruelles, magasins, et terrasses de café.

-          La découverte de la salle dans laquelle nous allons jouer.

-          Les préparatifs du spectacle dans la salle : la régie (merci à Renaud), l’installation du très gros matériel (armoire, vêtements, accessoires,…) qui a nécessité une camionnette, les « italiennes » entre comédiens, les tests « techniques » d’adaptation de la scène d’entrée, de déplacement et de sorties de la salle.

-          L’attente qui est pour moi angoissante avant que la magie du spectacle puisse se dérouler, que nous puissions enfin jouer en réel, en « live », qu’il y ait un échange entre les comédiens et entre le public, que nous terminions le spectacle dans la joie et la bonne humeur sous les applaudissements que nous avons bien mérités.

-          Le temps qui se ralentit ou s’arrête pendant que nous vivons en fonction des spectacles joués, des rencontres entre les festivaliers, des rencontres avec les organisateurs du spectacle, des retours enrichissants également du public qui est venu nous voir.

-          Tout en étant du travail de théâtre sérieux c’est pour moi également une ambiance de vacances comme quand je pars écouter un festival de musique ou que je voyage à l’étranger. 

-          Les discussions intéressantes et enrichissantes entre les comédiens, les organisateurs, les festivaliers, les gens qui venaient voir le spectacle. Il était question de théâtre mais aussi d’autres sujets qui m’intéressent : ressentis, expérience, film, musique,…

-          Les chants « au coin du feu », ou plutôt dans le contexte de Saarbruck, au coin d’un apéro, d’une bière, d’un vin, d’un coca ou d’un latte machiatto selon les goûts et les couleurs.

-          L’organisation du festival qui nous a bien renseigner, qui nous à permis de rencontrer des gens, de loger chez l’habitant (merci à Aleksander, merci à Dorothée), de nous servir des repas.

Tout ce que je viens de parler ci-dessus ce sont des choses générales (d’ailleurs je parle toujours en général) « universelles » que l’on rencontre lorsque l’on fait un échange culturel entre un autre festival.

Pendant trois ou quatre jours, comme dans le film Matrix, j’étais déconnecté non pas de la réalité mais plutôt de la vie réelle : oublié les contraintes, les petits soucis et tout le reste même si la vie réelle n’est pas que cela. Je me suis concentré sur l’instant présent righ here, righ now.

Je remercie l’ensemble des comédiens avec qui j’ai pu jouer avec mention spéciale pour Hugo qui jouait en remplacement pour la première fois dans la pièce et Pierre qui nous a fait une prestation magistrale, entre autre, en don juan avec slip à paillettes. Je me réjouis de voir les photos J. Je pense également aux personnes qui n’ont pas pu venir jouer et qui nous ont manqués.

Je remercie pour terminer Monsieur Germay de l’agréable surprise qu’ il nous a fait de venir voir le spectacle.

Monsieur Ribadier (au bon soin de son acteur Régis Pierroux)

Commenter cet article