Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

René Hainaux s'est éteint.

26 Juin 2012, 11:28am

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

renehainaux.jpgNous avons appris avec tristesse le décès de René Hainaux fin de la semaine passée. Il s'est éteint paisiblement à son domicile de Bruxelles à l'âge de 94 ans, après un vie bien remplie et c'est peu dire.

 

René Hainaux fut surtout connu comme comédien au Théâtre National de Belgique depuis la création de celui-ci à la sortie de la guerre et comme professeur au Conservatoire Royal de Liège ou à l'INSAS. Il fut aussi un des piliers de l'Institut International du Théâtre (IIT-UNESCO) depuis sa fondation en 1948.

Pendant ses études de Romanes à l'ULg à la fin des années 30, il montait déjà sur les planches avec le Cercle des Romanistes, parallèlement aux étudiants de Classique, et participait ainsi, au même titre, à la préhistoire du Théâtre Universitaire Liégeois (voir sur notre site "l'Histoire du Turlg" sous l'onglet "Le Turlg, c'et quoi"). Rien d'étonnant sans doute qu'il ait appelé ensuite deux romanistes, membres actifs du Théâtre Universitaire à l'époque, (Max Parfondry et Alain-Guy Jacob) et un germaniste (Robert Germay, lorsqu'il était Directeur du TLG), dans son équipe de chargé de cours au Conservatoire.

Mais de mon côté, ce sont surtout les vingt ans de proche collaboration que j'ai eue avec lui dans le cadre des travaux du Centre de Documentation de Théâtre et Publics asbl que je retiendrai. J'y avais été engagé dès 1990 grâce, notamment, à mon implication au TURLg. Cet emploi m'a donné la grande chance de le côtoyer de près et de très bien le connaître. Une biographie à son sujet est d'ailleurs sortie de presse il y a peu, à laquelle j'ai été ravi d'être associé (cf l'article sur le site Culture de l'ULg).

Je lui dois beaucoup professionnellement et humainement.

Nous adressons à sa femme, Françoise Ponthier, à la famille de René et à ses proches l'expression de notre profonde sympathie.

 

Alain

Commenter cet article