Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège
Articles récents

Galilée à la Nuit des chercheurs

26 Septembre 2011 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Ce vendredi 23 octobre, à 21 heures, le TURLg a impressionné un auditoire nombreux dans le grand amphi de la Zoologie, quai Van Beneden, dans le cadre de la « Nuit des chercheurs ».

Les organisateurs avaient – une fois encore – fait appel au Théâtre Universitaire pour animer cette désormais fameuse manifestation par un de nos spectacles, ici Le Crime Galilée, de et mis en scène par Pierre Wathelet. Le thème s'y prêtait fort bien, ... l'infrastructure un peu moins. Il faut donc souligner la remarquable performance de Pierre et de son groupe, qui ont su en un temps record, adapter ce spectacle prévu pour la scène, à un amphithéâtre peu prévu pour ce genre d'exercice. Un vrai saut périlleux – un salto mortale – réalisé magistralement par une équipe enthousiaste et soudée, qui a su convaincre un large public aussi fourni que varié : c'est avec plaisir que l'on y voyait un nombre important de jeunes, fait rassurant pour le succès de cette belle « Nuit ».

Bravo aux organisateurs et salut, les artistes !

Robert Germay

Lire la suite

Les projets de la saison

21 Septembre 2011 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Tous les nouveaux (et vieux) projets sont sur le site du TURLg : http://www.turlg.be/0118/fr/129/A-l-affiche

 

N'hésitez pas à nous rejoindre, à nous écrire (turlg@ulg.ac.be) ou à nous téléphoner (04/366.5295) pour plus de renseignements.

Lire la suite

Juillet-août 2011

22 Août 2011 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Les idées des jours passés

"La direction d'acteur ne consiste pas à faire jouer quelqu'un, mais à l'empêcher de ne pas jouer" (Jacques De Decker)

Lire la suite

1er Festival-Colloque-Workshop de l'AITU aux Philippines, Miriam College, Quezon City, 18-20 juillet 2011

1 Août 2011 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

DSC03055.JPGLes photos

Lorsque l'AITU (Association Internationale du Théâtre à l'Université) fut créée à Liège au Congrès fondateur organisé par le TURLg, 13-15 octobre 1994, l'accent fut mis d'emblée sur le caractère mondial de l'Association (qui concernait déjà les cinq continents) et, dès lors, sur le besoin de représentation forte et effective dans les différentes parties du monde. Ceci explique que les congrès biennaux qui suivirent furent organisés successivement en Amérique du Nord (Valleyfield-Québec, Canada, 1997), en Afrique (Dakar, Sénégal, 1999), en Europe (de l'Est : Cracovie, Pologne, 2001 ; de l'Ouest : Olympie, Grèce, 2003 ; Urbino, Italie, 2006), en Amérique latine (Puebla, Mexico, 2008), et retour en Europe (Leicester, Royaume-Uni, 2010; et bientôt, Minsk, Belarus, 2012).

Chaque année, les Rencontres Internationales de Théâtre Universitaire (RITU) de Liège sont le rendez-vous du Comité exécutif (COMEX) de l'AITU qui y tient sa réunion statutaire annuelle, et prépare régulièrement les futures "délocalisations" de l'Association à travers ses Congrès. Et lorsque, à Leicester (2010), Arsenio "Nick" Lizaso de Manille (Philippines) nous proposa généreusement d'accueillir cette fois le COMEX dans son pays en cette année 2011, l'occasion était trop belle de développer en Asie les ramifications de l'AITU.

C'est ainsi que Nick Lizaso, élu membre du Comité exécutif à Leicester en 2010, organisa le 1er Festival/Colloque/Workshop de l'AITU aux Philippines, du 18 au 20 juillet 2011, qui, du même coup, hébergea un COMEX fort de 13 membres, qui put tenir ses réunions dans des conditions idéales.

C'est aux titres de, respectivement, Président fondateur et membre du Comité exécutif de l'AITU que Robert Germay et Alain Chevalier, représentant le TURLg, siège officiel de l'Association, ont participé au colloque et aux réunions du Comex.

Tous deux présentèrent une communication le lundi 18 juillet, respectivement : La Session expérimentale pour la formation de l'acteur au Conservatoire Royal de Liège : une expérience entre tradition et nouveauté par Alain Chevalier, et Théâtre universitaire vs. théâtre professionnel : une question de méthode. Exemple : le TURLg, par Robert Germay. L'auditoire nombreux, essentiellement composé de Philippins, a marqué un intérêt certain pour ces deux exposés liégeois, comme, d'ailleurs, pour toutes les conférences auxquelles nous avons pu assister.

Le colloque et les ateliers (workshops) se sont tenus de bout en bout au Miriam College de Quezon City (à côté de Manille) dont les autorités ont mis l'infrastructure (y compris des logements haut de gamme) et le personnel (innombrable, souriant et compétent) à la disposition de ce grand évènement.

Une bonne vingtaine de "Papers" (communications) ont été dispensés par des intervenants venus d'Europe (Allemagne, Belgique, France, Belarus, Estonie, Grèce...), d'Amérique (Mexique), et d'Asie (Corée, Philippines, Singapour...), et des ateliers pratiques ont été conduits par des experts européens (Croatie), américains (USA) et asiatiques (Chine, Philippines). Une cérémonie d'hommage à de grandes figures du théâtre philippin complétait ce programme de trois jours intenses. Chaque soir, une production théâtrale des universités locales, respectivement le Miriam College, l'Université des Philippines et l'Université Ateneo, ont prouvé l'impressionnante qualité du théâtre universitaire philippin, remarquable par la précision et l'engagement du jeu, et par le mélange artistiquement réussi de tradition et de modernité. Ceci correspondait parfaitement au thème même du Colloque : Strengthening University Theatre : Cultural Traditions Enriching Contemporary Theatre.

C'est sans doute le spectacle présenté par l'Ateneo University qui a le plus impressionné le public occidental, et tout particulièrement le Comité exécutif de l'AITU. Cette production est d'ailleurs d'ores et déjà invitée à participer à notre RITU 30, en 2013, à Liège.

Quant aux communications de nos collègues philippins, elles ont toutes montré la grande place que le théâtre en université occupe en Asie du Pacifique et la volonté d'y développer un réseau solide en liaison avec l'AITU. C'est pourquoi le Comité exécutif a signé une convention avec Arsenio "Nick" Lizaso destinée à établir un Centre philippin de l'AITU, dont la création devrait être entérinée en assemblée générale de l'AITU au prochain Congrès de Minsk, en 2012.

A ce titre, le 1er Festival/Colloque/Workshop de Manille peut être considéré comme historique. Le dynamique investissement que montre notre collègue Nick Lizaso pour la cause de l'AITU permet d'espérer qu'un jour, notre Congrès Mondial puisse se tenir pour la première fois en Asie du Pacifique. En 2016 ? Après l'Amérique latine (la Colombie) en 2014 ? Nous en formons le vœu ardent.

Pour conclure ce rapport, je veux souligner l'organisation sans faille de cette importante manifestation internationale. On la doit, évidemment, aux talents de Nick, qui a su réunir une formidable équipe de collaborateurs/trices, tous et toutes entièrement dévoué/es à la réussite de l'évènement et au bien-être de tous ses hôtes. Nous revenons avec l'impérissable souvenir d'un peuple unanimement souriant et accueillant. Merci à toutes et tous.

Que soient aussi remerciés

- le FNRS qui a pris en charge le billet d'avion de Robert Germay

- WBI et l'Université de Liège qui sont intervenus dans le prix du billet d'Alain Chevalier.



Robert Germay

Lire la suite

Janvier-juin 2011

30 Juin 2011 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Les idées des jours passés

"Les haines nationales les plus fortes et les plus violentes se situent toujours aux niveaux inférieurs de la civilisation. Il y a un degré où elles disparaissent complètement et où l'on se trouve en quelque sorte au-dessus des nationalités, où l'on ressent heur et malheur du peuple voisin comme s'ils nous touchaient nous-mêmes" (J.W. von Goethe)

Lire la suite

Et un barbecue, un ! (de plus...)

27 Juin 2011 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

DSC02639Que dire encore sur le traditionnel barbecue ? Il a fait beau, on a bien mangé, bien bu, le Chef a pris des photos, c'est toujours les mêmes qu'on voit, bref, tout s'est bien passé.

MERCI à Jurassic pour la cuisson !

MERCI à Dom pour la préparation !

et à l'année prochaine !

Lire la suite

Remise des prix du 17e Concours international d'écriture pour adolescents, sa. 25 juin 2011

27 Juin 2011 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

DSC02585.JPGLes photos

On ne présente plus l'Atelier de lecture asbl, qui a été honoré du mérité 1er Prix Reine Paola pour l'enseignement, qui témoigne bien de l'excellence du travail de Jean-Luc Davagle et de son équipe. Voyez le site : www.leaweb.org

Depuis 2004/05, le TURLg participe aux annuelles remises de prix du désormais fameux Concours international d'écriture pour adolescents qu'organise l'association en collaboration avec l'Athénée de Montegnée. Après les thèmes successifs "Théâtre", "La correspondance" (2005/06), "Le fantastique" (2006/07), "Le journal intime" (2007/08), "L'énigme criminelle" (2008/09), "Le conte merveilleux et sa parodie" (2009/10), la 17e édition 2010/11 abordait à nouveau le texte dramatique avec pour sujet : "Sur le quai".

L'an dernier, le TURLg avait présenté, lors de la remise de prix 2009/10, une adaptation d'un texte dramatique de Jean-Luc Davagle lui-même qui portait précisément ce titre. Cette année, ce sont quatre textes de quatre candidats primés qui ont été mis en scène par Marco, avec Baudouin, Anne et Alizée : Alice au quai des merveilles, de Juliette Riep ; Jusqu'en Amérique, de Emma Chomez ; Le quai de l'au-delà, de Meriam Ben Sassi ; Antigone sur le quai, de Diane Coomans.

N'est-ce pas le rôle du théâtre - donc, du TURLg - de mettre debout sur scène, ce qui, au départ est couché sur papier ?

La séance s'est déroulée dans le sympathique climat habituel en présence du Madame la Ministre Marie-Dominique Simonet.DSC02592.JPG

Nous avons aussi eu le plaisir d'accueillir, parmi les officiels, deux anciens du théâtre : Yvette Lecomte, représentant la Ministre F. Laanan, et Robert Grosch, ancien du Théâtre des Germanistes, membre du cabinet de la Ministre M.-D. Simonet. Un très beau samedi après-midi, ma foi !

Robert Germay

Lire la suite

7e Festival International de Théâtre pour l'enfance et la jeunesse (Uluslararasi çocuk ve gençlik tryatrolari festivali, en turc dans le texte), 14-21 juin (Haziran) 2011

24 Juin 2011 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

DSC02438.JPGLes photos

Le TURLg a toujours bien un spectacle pour les jeunes dans ses tiroirs, par exemple son fameux Joueur de flûte (qui tourne - fort bien, merci - depuis décembre 2006 déjà). Ce spectacle avait ainsi été sélectionné en 2009 par la dynamique association TOBAV (Turkish Theatre Opera and Ballet Members Foundation, et centre national de l'AITA, basée à Ankara) pour participer au Festival d'Alaçati. Le festival ayant été annulé en dernière minute, Tobav parvenait quand même à nous inviter à présenter notre Joueur dans trois sympathiques villes sur la côte de la mer Égée (Karaburum, Didim et Akbük) en juin-juillet. Voir notre blog.

Cette fois, c'est à Ordu, sur la mer Noire, que TOBAV organisait son 7e Festival, du 14 au 21 juin 2011, et qu'il réinvitait donc notre Joueur de flûte à venir y chasser les rats. Une telle invitation se refuse difficilement... mais il n'est pas nécessairement facile d'y répondre.

Encore fallait-il trouver 11 billets d'avion... qui ne se tirent pas d'une flûte, fût-elle de Hamelin. Heureusement, notre généreux Recteur, le Prof. Bernard Rentier, accepta de nous en faire cadeau. Ensuite, il fallait constituer l'équipe nécessaire à la présentation du spectacle, ce qui entraîna quelques répétitions avec près de la moitié de nouveaux dans la distribution, qui compta finalement Anne-Sophie, Bernadette, Françoise, Axelle, Anne-France, Sylvain, Marco (en conteur), Delphine (en flûtiste) et le Chef (en Bourgmestre, abonné, apparemment, à la Turquie). Claude assurait l'éclairage, et Dominique, le son.

La veille du départ, deux dramatiques et douloureux coups de théâtre venaient ébranler notre enthousiasme : un double décès accidentel dans la proche famille de Dominique l'empêchait radicalement de nous accompagner, et un lourd souci familial retardait le départ de Françoise du mardi 14 au vendredi 17. Bref, un départ tristounet... à 9 au lieu de 11.

Tout cela ne nous a pas empêchés de goûter l'accueil chaleureux à l'aéroport de Samsun où nos guides délégués par Tobav, Gisem Güven (d'Ankara) et Rifat Çol (d'Ordu) nous attendaient tout sourires. En une heure et demie de minibus, nous atteignions enfin le pittoresque hôtel Ikizevler où on nous avait installés confortablement, et où nous attendait Alhan Özdemir, vieille et aimable connaissance de 2009 déjà. Une réunion des festivaliers à l'Hôtel de Ville, quelques jours plus tard, nous permit aussi de rencontrer pour la première fois - enfin - le Président de TOBAV, Tamer Levent, et sa Secrétaire Générale, Meltem Keskin, que nous ne connaissions jusque là que par e mails interposés. Jamais le dévouement, parfait et cordial, de l'équipe de TOBAV ne sera pris en défaut pendant tout notre séjour. Qu'elle en soit remerciée.

DSC02520.JPGNous découvrions alors la belle petite ville tranquille qu'est Ordu - côtière, certes, mais loin du tourisme de masse pratiqué ailleurs en Turquie - au climat clément mais suffisamment "arrosé" pour être célèbre pour ses noisettes, dont Ordu a fait carrément son emblème (c'est plus rond qu'un perron... et plus comestible). Nous jouions alors une fois le samedi 18 à 18hrs, dans une salle pleine à craquer de gosses de tous âges, et le dimanche 19 à 11hrs, dans le même lieu - un des quatre dévolus quotidiennement au festival - devant un public plus mélangé d'adultes et d'enfants.

Le succès fut appréciable dans les deux cas, prouvant encore, s'il le fallait, que notre méthode de travail de mise en scène passe très bien la barrière de la (les) langue(s) : l'estonien en mai, en juin le turc, y a de quoi faire... !

Nous avons aussi pu assister à de nombreux spectacles de nos collègues étrangers venus des cinq continents, plus précisément d'Espagne, Australie, Pays-Bas, Guinée, Géorgie, Croatie, Bangladesh et, bien sûr, différentes troupes de Turquie. Tout cela nous a permis de nouer de fructueux contacts nouveaux, notamment avec Chypre (Derman Atik, "Tiyatro Su") et le Bangladesh (Liaquat Ali Lucky, National Academy of Fine and Performing Arts).

Dans l'ensemble, le programme correspondait bien, et en qualité et en diversité, à ses objectifs, et il démontre en tout cas la force, le dynamisme et la compétence de TOBAV en matière d'organisation de festivals.

Retour sans encombre, via Istanbul - 2 heures à l'aéroport et 4 ou 5 passages dans des portiques à rayons ! - le mardi 21 en fin d'après-midi, avec de très belles images dans la tête.

Merci Tobav, merci Monsieur le Recteur, merci le TURLg.

Robert Germay

PS: en mai 2010, nous avions aussi participé à un Festival européen à Istanbul, mais de type universitaire cette fois, à l'occasion des manifestations organisées par Istanbul, capitale européenne de la Culture, et dont la Ville de Liège était la "vitrine". Voir notre blog

Ordu représente donc notre troisième visite en Turquie. Nous espérons bien que ce n'était pas la dernière... Inch'Ata T.

Lire la suite

Grafiti Studententheaterfestival, 2eme édition, 7 au 11 juin 2011, Boulevard du boulevard du boulevard

17 Juin 2011 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

p70000.JPG

Les photos

 

Ce vendredi 10 juin, c'était au tour de Notre "Boulevard du boulevard du boulevard" d'être présenté avec un succès public incontestable (standing ovation, svp! ) lors de la deuxième édition de "Grafiti, Studententheaterfestival" der Grossregion qui vient de se tenir à Sarrebruck du lundi 7 au dimanche 11 juin 2011. Assurément, le dynamisme ou plutôt l'énergie féroce dégagée par l'ensemble de la troupe du "Boulevard" a séduit et estomaqué! Bravo à toute l'équipe, anciens et nouveaux remplaçants,  d'avoir tenu notre barre très haut!

 

Grafiti est un festival étudiant, avec, cette année, une affiche d'une dizaine de spectacles venus de la Grande Région. En l'occurrence : Trèves, Luxembourg, Metz, Liège et Sarrebruck bien sûr, dont l'Université abrite un nombre impresssionnant de groupes qui pratiquent le théâtre, qui en français, qui en espagnol, qui en anglais... Une activité théâtrale étonnamment débordante, qui mérite à coup sûr son festival! Et multilingue svp! comme l'est cette ville frontalière de Sarrebruck dont nous avons pu apprécier l'atmosphère particulière, mélange entre France et Allemagne.

 

Nous tenions à y être présent et à prendre connaissance de toute cette pratique théâtrale à l'Université de Sarrebruck. D'autant plus que cette dernière est notre partenaire pour un projet scénique que nous menons également avec les universités de Nancy et de Metz -où nous étions il y a quinze jours (cf "Actor's Café" sur le blog) -  dans le cadre de l'UGR ou Université de la Grand Région! Ce Théâtre Universitaire de la Grande Région verra la création  de son spectacle commun et... ambitieux début novembre 2011 en notre Alma Mater. Puis sera présenté en tournée fin novembre dans toutre la Grande Région. A vos agendas!

 

Notons aussi que "le Québec" était à l'honneur à Grafiti, avec notamment la présence de l'auteure Jennifer Tremblay, dont "le récit théâtral" -c'est ainsi qu'elle intitule son oeuvre- La Liste a été présenté par les groupes "le Pont et Artteatro" dans une mise en scène originale distribuant la parole de la narratrice aux  personnages multipliés. Une façon de faire qui a séduit l'auteure, ainsi qu'elle a pu l'expliquer lors d'une table ronde où elle a pu rencontrer lmetteur en scène, acteurs et spectateurs et à laquelle j'ai participé avec intérêt.

 

Enfin, avant de laisser la parole à Régis Pierroux qui nous a fait le plaisir de relater sa participation à Grafiti, (merci Régis!), il me reste sincèrement à remercier toute l'équipe organisatrice pour l'accueil toujours... toujours... toujours... souriant et disponible qu'elle nous a réservé pendant tout notre séjour. Une équipe organisatrice que nous avions plaisir de retrouver le soir autour de la très bonne table du "Café Am Schloss", Treffpunkt du Festival. Merci à tous les "logeurs" qui nous ont hébérgés. Merci à Patricia Oster-Stierle qui défend ce festival avec tout l''enthousiasme que nous lui connaissons, merci aux piliers Atl et Martin... et à tous ceux et celles dont j'ai déjà oublié le prénom! mais à tous, à très bientôt dans l'UGR!

 

Alain

 

 

Bonjour, voici un compte rendu de mon voyage à Sarrebruck...

qui a débuté le jeudi 9 juin en fin d’après-midi et qui s’est terminé aux aurores le dimanche 12 juin. J’espère vous donner l’envie de continuer à jouer, de participer au festival et de vous montrer combien un échange au niveau du théâtre est important pour les comédiens.

Cela s’est bien passé comme d’habitude quand il s’agit d’une organisation du Turlg. Les échanges entre pays sont une opportunité très intéressante qui nous permettent de jouer devant un public différent de la Belgique. La « jeune» organisation du deuxième festival de Saarbruck nous a apporté un vent de fraîcheur qui était bienvenu.

Ce que j’ai photographié, avec « les moyens du bord » car j’expérimentais un nouveau appareil photo, ce n’est pas le spectacle que nous avons joué en lui-même mais plutôt les « a-cotés» du spectacle :

-          L’arrivée et la découverte de la ville de Saarbruck qui est très jolie à visiter. Le centre-ville très estudiantins avec de jolies ruelles, magasins, et terrasses de café.

-          La découverte de la salle dans laquelle nous allons jouer.

-          Les préparatifs du spectacle dans la salle : la régie (merci à Renaud), l’installation du très gros matériel (armoire, vêtements, accessoires,…) qui a nécessité une camionnette, les « italiennes » entre comédiens, les tests « techniques » d’adaptation de la scène d’entrée, de déplacement et de sorties de la salle.

-          L’attente qui est pour moi angoissante avant que la magie du spectacle puisse se dérouler, que nous puissions enfin jouer en réel, en « live », qu’il y ait un échange entre les comédiens et entre le public, que nous terminions le spectacle dans la joie et la bonne humeur sous les applaudissements que nous avons bien mérités.

-          Le temps qui se ralentit ou s’arrête pendant que nous vivons en fonction des spectacles joués, des rencontres entre les festivaliers, des rencontres avec les organisateurs du spectacle, des retours enrichissants également du public qui est venu nous voir.

-          Tout en étant du travail de théâtre sérieux c’est pour moi également une ambiance de vacances comme quand je pars écouter un festival de musique ou que je voyage à l’étranger. 

-          Les discussions intéressantes et enrichissantes entre les comédiens, les organisateurs, les festivaliers, les gens qui venaient voir le spectacle. Il était question de théâtre mais aussi d’autres sujets qui m’intéressent : ressentis, expérience, film, musique,…

-          Les chants « au coin du feu », ou plutôt dans le contexte de Saarbruck, au coin d’un apéro, d’une bière, d’un vin, d’un coca ou d’un latte machiatto selon les goûts et les couleurs.

-          L’organisation du festival qui nous a bien renseigner, qui nous à permis de rencontrer des gens, de loger chez l’habitant (merci à Aleksander, merci à Dorothée), de nous servir des repas.

Tout ce que je viens de parler ci-dessus ce sont des choses générales (d’ailleurs je parle toujours en général) « universelles » que l’on rencontre lorsque l’on fait un échange culturel entre un autre festival.

Pendant trois ou quatre jours, comme dans le film Matrix, j’étais déconnecté non pas de la réalité mais plutôt de la vie réelle : oublié les contraintes, les petits soucis et tout le reste même si la vie réelle n’est pas que cela. Je me suis concentré sur l’instant présent righ here, righ now.

Je remercie l’ensemble des comédiens avec qui j’ai pu jouer avec mention spéciale pour Hugo qui jouait en remplacement pour la première fois dans la pièce et Pierre qui nous a fait une prestation magistrale, entre autre, en don juan avec slip à paillettes. Je me réjouis de voir les photos J. Je pense également aux personnes qui n’ont pas pu venir jouer et qui nous ont manqués.

Je remercie pour terminer Monsieur Germay de l’agréable surprise qu’ il nous a fait de venir voir le spectacle.

Monsieur Ribadier (au bon soin de son acteur Régis Pierroux)

Lire la suite

Tallinn Treff Festival, 5e édition, 28 mai- 1 juin 2011, accueille notre Joueur de flûte

8 Juin 2011 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

 

 

DSC01972.JPG 

LES PHOTOS

En 2010, Liège devenait vitrine des Capitales européennes de la Culture. L’an dernier, c’étaient la Rhur (Essen), Istanbul et Pécs (Hongrie) qui étaient à l’honneur. Par l’entremise de Robert Stéphane, relais actif de la Ville en la matière, le TURLg fait directement partie prenante de la manifestation, à la fois ici, en accueillant, à notre RITU 27, les trois villes mentionnées, mais aussi là-bas, en y présentant, dans les trois villes, une de nos productions (voir « Tournées » sur notre blog). Cette année 2011, c’est au tour de Tallinn de briller comme Capitale européenne de la Culture. Nous nous devions de lui rendre visite.

Nos échanges avec l’Estonie remontent déjà à 2008 ( http://turlg.over-blog.fr/article-24708865.html ). Après avoir reçu à deux reprises, à RITU 24 (2007) et RITU 25 (2008), la troupe universitaire de Tartu, dirigée par Kalev Kudu, nous allions présenter notre Fin de siècle sur l’île à Tartu en octobre 2008.

Le CGRI (Commissariat général aux relations internationales) ayant lancé des accords bilatéraux avec le pays balte, il nous aida à faire de l’Estonie le 33e pays visité par le TURLg.

Depuis lors, nous en sommes aujourd’hui à 39 pays et le CGRI est devenu le WBI (Wallonie-Bruxelles International), mais des accords bilatéraux ont été relancés pour 2011-2013, et l’occasion était donc belle d’emmener là-bas un autre spectacle, et cette fois ci, en plus, à Tallinn.

La capitale estonienne, pour honorer son titre de Capitale européenne de la Culture 2011, a organisé des dizaines d’événements sur son territoire, parmi lesquels, et non des moindres, cette 5e édition du Tallinn Treff Festival, rendez vous gigantesque du monde du théâtre pour la jeunesse : du 28 mars au 1er juin, la ville a grouillé, littéralement, de spectacles de rue (où la marionnette était reine), de musiques et de cortèges joyeux. Il faut dire qu’au même moment se déroulait aussi « The Old Town Days », pour la 30eme fois. C’est dire si l’animation était partout entre les vieilles enceintes de la superbe ville, magnifiée encore par une météo très clémente.

Que la marionnette y soit reine n’étonnera pas, quand on sait que le festival est organisé par le fameux théâtre « Nuku » (« marionnette » en estonien), un théâtre qui ne compte pas moins de 3 salles dont une de plus de 500 places : cela montre l’importance de ce type particulier de théâtre dans ce pays, où, pendant le Treff, on ne voit guère une fenêtre sans marionnette(s). Pour illustrer l’importance de la manifestation, quelques chiffres : 27 lieux de spectacles, 150 productions, 700 participants de 18 pays allant de la Finlande aux Etats-Unis, en passant par la Russie, la Chine, Israël, la Belgique, etc, etc.

C’est ainsi que nous avons pu voir, en salle et en soirée, d’impressionnantes prestations marionnettistes comme, par exemple, la très traditionnelle Troupe de Marionnette de Quanzhou en Chine, le surprenant Bolshoi Puppet Theatre de Saint-Pétersbourg et le très novateur DudaPaiva Company des Pays-Bas, trois styles très différents, mais unis par une remarquable qualité. Pendant la journée, c’est à tous les coins de rue qu’il « se passait quelque chose ». Ainsi, nous-mêmes, avons présenté 2 fois notre  Joueur de flûte  le samedi 28 mai à 12h30 et 14h30 en plein air, dans la cour du Musée d’Art appliqué et Design. Une fois de plus (après l’Italie et la Turquie), nous avons pu constater que le spectacle « fonctionne » parfaitement pout tout public (la séance de midi accueillait essentiellement un public d’enfants d’école primaire, celle de l’après midi, un public « normal ») et pour toute communauté linguistique. C’est donc avec confiance que nous réexportons bientôt, du 14 au 21 juin, notre « flûtiste » dans un festival pour la jeunesse à Ordu, en Turquie.

Pour colossal qu’il soit, ce Treff Festival de Tallinn ne laisse apparaitre aucun faille dans l’organisation : hôtel correct, catering convivial dans un chapiteau servant de « club » pour animations et rencontres en tout genre, guide attitré sympathique et efficient (merci Mike Tikerpalu, lui-même comédien marionnettiste au « Nuku »). Seul bémol : il ne nous a jamais été possible de rencontrer directement les chefs, organisateurs du festival, à qui nous avons dû transmettre par guide interposé nos cadeaux traditionnels liégeois, Tchantchès (très à propos ici) et chocolat Galler (à propos partout). Espérons qu’ils ont bien atteint leurs destinataires… DSC01935

Notre séjour à Tallinn se clôtura en beauté le lundi 30 autour d’un souper gastronomique (oui oui !) offert au TURLg par Monsieur Nicolaas Buyck, Ambassadeur de Belgique à Tallinn. Il nous avait déjà manifesté sa sympathie lors de notre premier séjour estonien en 2008, et il faut dire que l’homme n’a pas changé : la Belgique peut s’enorgueillir d’un Ambassadeur de choix. En le remerciant encore, nous lui souhaitons le meilleur pour l’après Tallinn.

Le mardi 31 matin, en route par bus (de ligne) pour Tartu, où nous attendait notre vieil ami Kalev Kudu. En réalité, il n’était pas pour rien dans notre invitation au Treff de Tallinn. Il était donc normal que nous poussions une pointe 190 km plus au sud, pour y jouer, le même jour à 19h30 au Théâtre Athena, là où nous avions déjà présenté, naguère, notre Fin de siècle sur l’île. Hélas, l’époque de l’année (examens) et le peu de temps passé à Tartu ne permit pas d’organiser une rencontre avec les étudiants de Clotilde Beckand, lectrice du WBI à l’Université (Tartu Ülikool) : espérons que ce n’est que partie remise. Le temps a toutefois suffi pour découvrir l’explosion démographique et la grande voracité des moustiques anthropophages estoniens du sud, et pour apprendre, par la même occasion, que la situation est pire encore en été en Finlande et en Laponie. Avis aux touristes : moustiquaires et produits répulsifs vivement conseillés ! Après une courte nuit « dévorante », nous repartions vers l’aéroport de Tallinn pour rentrer le soir à Zaventem, par vol régulier de l’Estonian Airlines.

Nous tenons à remercier encore tous ceux qui nous ont permis de réaliser cette belle tournée : les organisateurs du Treff de Tallinn, Kalev et son équipe de Tartu, et le WBI, tant du coté estonien, Reet Palis, que du coté belge, Frédéric Wauters.

Nos projets de collaboration avec l’Estonie vont se poursuivre pour les deux années à venir, notamment par le travail, de part et d’autre, sur un spectacle commun En plein mer de Slawomir Mrozek, dont la version estonienne sera présentée à Liège et la version liégeoise en Estonie dès l’année prochaine. Bon vent ! (Pour En pleine mer, c’est le cas de le dire…)

Robert Germay

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 40 > >>