Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège
Articles récents

Atelier d'initiation théâtrale au Grandgousier

10 Octobre 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Annonces

On nous demande de faire passer l'avis suivant, que nous transmettons bien volontiers :

 

ATELIER D’INITIATION THÉÂTRALE, DONNÉ PAR UNE JEUNE COMÉDIENNE DYNAMIQUE, FLORELLE NANEIX  (8 À 12 PARTICIPANTS)

 

Dans cet atelier d’initiation, nous découvrirons à travers des exercices (relation au partenaire, prise de conscience de son corps dans l’espace scénique…) différentes facettes du travail de l’acteur inspiré par la pensée de Constantin Stanislavsky. Puis dans un second temps en fonction des envies et besoins du groupe nous aborderons des scènes extraites de pièces de théâtre afin de mettre en pratique les notions découvertes.
 
L'atelier se tiendra le vendredi soir à partir du 24 octobre (éventuellement modifiable en fonction des disponibilités du groupe) et comprend environ 45 h de formation.


Le prix est de 125 €.

Il se tiendra dans nos locaux actuels, 335 rue Emile Vandervelde à Glain, la rue au-dessus de la rue Ste-Marguerite, tout au-dessus de la rue, à gauche, entrée de garage.
 
Pour tout renseignement contacter Micheline Zanatta 0485/68 24 95 ou 04/227 55 06 ou theatre@legrandgousier.be

 

Cie Le Grandgousier
13 En Hors-Château
4000 Liège
theatre@legrangousier.be (notez le changement!)
www.legrandgousier.be
04/227 55 06    0485/68 24 95
0476/06 60 36 (pour les réservations)

Lire la suite

Alain et le Chef en observateurs au 11e Theatralny Koufar de Minsk, du 21 au 27 septembre 2014.

9 Octobre 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

Il y a un an, suite à la présentation de notre Communication à une académie au 10e Teatralny Koufar de Minsk, nous attaquions notre article du blog en disant que nous « commencions à bien connaître Minsk, son festival Teatralny Koufar ». Notre participation cette année, en tant qu’observateurs invités, toute la semaine pour ma part, et à partir du jeudi pour Robert, le confirme. Nous y avons désormais nos marques et presque nos habitudes. On s’y sent bien chez soi dans ce festival qui continue à être un des festivals phares de notre AITU sur le versant est de notre continent.

Cette 11ème édition programmait du dimanche 21 au samedi 27 septembre une vingtaine de représentations de troupes venues du Belarus bien sûr (pour 9 d’entre elles) mais aussi de Lituanie, de Russie, de Pologne, d’Iran, de Géorgie, de Roumanie et du Brésil. Et comme avec internet, le centre est partout et la circonférence nulle part, je vous renvoie sur le site de Teatralny Koufar pour tous les détails. Vous y trouverez également le palmarès des spectacles primés car le Festival de Minsk reste une compétition et je n’ai pas besoin de vous redire ce que nous pensons des prix et des jurys dans les festivals étudiants…

Rappelons néanmoins le fait que parallèlement aux spectacles et comme toujours, des ateliers sont proposés à tous les participants. Dont un, intitulé cette année « Kufar in motion », se tenait tout au long de la semaine avec présentation du résultat en fin de festival. Pour cette édition 2014, c’est notre ami John Freeman, secondé par Edward Lewis, autre connaissance de longue date, qui en furent chargés. Ils travaillèrent à partir d’un texte écrit par John Freeman lui-même et basé sur Les Troyennes d’Euripide. Notons que John Freeman travaille désormais à la Falmouth University (UK), institution que nous espérons accueillir à la prochaine édition de nos RITUs. 

Sinon, nous pouvons aussi épingler le fait que si cette édition s’est ouverte à des troupes professionnelles, elle proposait par contre presqu’exclusivement des troupes issues des pays de l’Est, pour reprendre une ancienne appellation géographique. A l’exception de la présence de Rodrigo Fischer du Brésil qui y présentait sa performance one man show « Misanthrofreak » que nous n’avions pu inviter au Congrès de cet été.

Enfin, il me plait à redire la qualité – régulièrement exceptionnelle - de l’accueil qui nous y est réservé par l’équipe organisatrice et plus particulièrement par nos collègues et néanmoins amis : Katsia Saladhuka et Vladimir Makarevitch. Merci à eux, merci à tous.

 

 

link : lien vers les photos publiées par l'équipe du festival.

Lire la suite

La rentrée du TURLg

3 Septembre 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Annonces

yamregenseigne.jpgCe mardi 16 septembre 2014, à 20 heures, le Théâtre Universitaire Royal de Liège accueillera tous les amateurs de théâtre, étudiants ou non, jeunes ou plus âgés, hommes ou femmes, comédiens ou techniciens, désireux de s'investir dans un projet théâtral de courte ou de longue durée.

 

Les projets de spectacles sont ouverts à tous, sans aucune condition préalable de formation théâtrale. Ils sont entièrement gratuits, dirigés par des metteurs en scène bénévoles, et mènent à une série de 5 représentations publiques données la saison suivante, en règle générale.

 

Bienvenue donc à notre séance d'information !

 

QUAND ? le mardi 16 septembre à 20 heures

 

OÙ ? salle du TURLg, quai Roosevelt, 1b - 4000 LIEGE

 

PLUS D'INFO ? 04/366 5295 - turlg@ulg.ac.be

Lire la suite

La rentrée du blog

2 Septembre 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

Nous n'avons rien publié depuis plus de 45 jours et notre blog est envahi de pub. Parait qu'il suffit de publier... Fait!

Lire la suite

Le Théâtre du Soleil au Xe Congrès de l’AITU : négociations parisiennes

20 Mai 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

2003-12-31-23.00.00-2.jpgLes photos

Il y a une dizaine de jours, une délégation turlgienne s’est rendue à Paris pour rencontrer Ariane Mnouchkine et la convaincre de participer à notre fameux Xe Congrès de l’AITU (qui, pour rappel, se déroulera à Liège du lundi 30/06 au vendredi 04/07). Après plusieurs mois d’échanges entre notre collègue de Lyon, Françoise Odin (merci à elle !) et Sylvie Papandréou, secrétaire du Théâtre du Soleil, nous avions comme seule certitude de pouvoir croiser la célèbre metteur en scène qui, après toutes ces années, continue de déchirer elle-même les tickets à l’entrée de la Cartoucherie. L’entrée dans le théâtre constituait donc une étape cruciale dans les pourparlers…

Après une représentation de MacBeth à couper le souffle, nous avons pu convenir d’un accord pour le moins alléchant. Nous sommes en effet très heureux de pouvoir annoncer que nous recevrons un membre du Théâtre du Soleil (Ariane Mnouchkine elle-même, qui sait ?) pour ouvrir le Congrès, le 30 juin prochain.

Au-delà d’une rencontre qui s'est bien passée, le passage par la Cartoucherie aura été sans aucun doute une expérience marquante pour nous quatre. N’hésitez pas une seule seconde à y aller, cela en vaut très largement le détour.

Lire la suite

Notre singe kafkaïen a communiqué à l’académie de Vilnius lors du 15e Forum International de Théâtre Universitaire (Tarptautinis universitetų teatrų forumas), 5-10 mai 2014

20 Mai 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

DSC07060.JPGLes photos

C’est à Minsk (BY), où il jouait au 10e Festival Koufar en septembre 2013, que notre singe communicateur attirait l’attention des organisateurs du festival de Vilnius, qui l’invitaient dès lors en Lituanie pour leur 15e Forum international de Théâtre universitaire prévu pour mai 2014. Invitation bienvenue, aussitôt acceptée. Après un crochet par Tanger (MA) en novembre 2013, puis par Honfleur (F) en avril 2014 (histoire de recharger nos batteries francophones), notre Communication à une académie de Kafka, c.à.d. Haroun, David et le Chef, s’embarquaient à Zaventem sur Brussels Airlines le mercredi 7 mai 2014 pour, à nouveau, sauter une « barrière de langues », en l’occurrence lituanienne, russe, espagnole, italienne, biélorusse et … québécoise, langues respectives des différentes troupes (donc du public) participant au festival. Il faut dire que cette course d’obstacles linguistiques n’est pas inhabituelle pour ce spectacle qui, depuis sa création à Liège en 1994, a été présenté, en français dans le texte, à des publics aussi variés que : Israël, Hongrie, Allemagne, Ukraine, Etats-Unis, Italie, Espagne, Pologne, Mexique, Roumanie, Tchéquie, Turquie, Liban, Estonie, Grèce, Belarus, et maintenant Lituanie. Et je ne parle pas des pays francophones comme la Belgique, la France, le Québec, le Sénégal ou le Maroc. Disons, sans modestie mais avec humilité, que peu de théâtres peuvent témoigner d’un pareil grand-écart international (22 pays) et linguistique (17 langues). Et la bête n’est pas encore morte… Précisons toutefois que, en 20 ans, nous en sommes à notre troisième singe pour ledit spectacle … N’empêche : je me plais à souligner la performance Turlgienne !

Mais trêve d’autosatisfaction, nous avons été, comme toujours, heureux de retrouver la plus italienne des villes lituaniennes… même si elle s’est montrée aussi cette fois la plus humide, par le haut s’entend, ou : quand la drache belge ne connait plus de frontières.

Le « Forumas » de Vilnius est organisé conjointement par l’Université Technique Gediminas, l’Université de Vilnius, l’Association « Koturnos » et l’Association lituanienne de théâtre universitaire (qui regroupe les différents théâtres universitaires du pays, de Vilnius à Kaunas et Klaipeda…) et il avait cette année pour thème « Réminiscences théâtrales ».

Ceci pourrait expliquer, par exemple, que le Théâtre Minimum de l’Université de Vilnius ait présenté, à cette édition-ci, Philopater, une pièce de Gregorius Cnapius, créée –tenez-vous bien- en 1596 (au 16e siècle, sic !) à l’Université de Vilnius…Quand on vous dit que le théâtre universitaire est né avec les universités ! Ça m’épatera toujours de savoir que le théâtre universitaire à Vilnius est entré dans son 5e siècle d’existence, puisqu’il est attesté que des étudiants présentaient déjà une moralité, Hercules, dans les cours de l’Université en l’an de grâce 1570. Quand on pense que le TURLg fêtera son 75e anniversaire en 2016, ça laisse rêveur…

Le TURLg, grand voyageur s’il en est, passe souvent par ces grands carrefours que sont les festivals internationaux où se croisent et se re-croisent les collègues du monde du théâtre universitaire. Vilnius est un de ces ronds-points où il a rencontré, lors de cette 15e édition, de vieilles connaissances telles que la troupe du Collège de Valleyfield (Québec), celle du Théâtre universitaire de Santiago de Compostela (St Jacques de Compostelle, E) et celle de l’Académie biélorusse des Arts de Minsk. D’autre part, il y a découvert avec plaisir le grand talent des étudiants de l’Université d’Etat de Cinématographie (VGIK) de Moscou, ainsi que de ceux de l’Académie de Théâtre « Sofia Amendolea » de Rome. Le lecteur curieux trouvera le programme détaillé sur http://forumas.vgtu.lt/

Mais parlant de vieilles connaissances, il ne faudrait pas oublier nos hôtes lituaniens, que nous fréquentons, on peut dire assidûment, depuis 1990 : un quart de siècle l’an prochain en 2015 ! Si le théâtre universitaire lituanien est très ancien (son âge se compte en siècles !), il est aussi très varié. Pas moins de 7 troupes autochtones différentes se partageaient l’affiche : d’abord le Théâtre Palepe (Dir. Olegas Kesminas), le Théâtre Minimum (Dir. Rimentas Venckus) et la Troupe Kinetiné (Dir. Andrius Pulkauninkas), tous trois de Vilnius et déjà passés par nos RITU liègeoises ; ensuite Teatras Studija « Ml 11 », le Mykolo Romerio Universiteto Teatras, le Teatras Studija « 3D » de l’Université lituanienne de Pédagogie, autres troupes de Vilnius même ; et, enfin, le Teatras Studija « 44 » de l’Université technologique de Kaunas (l’ancienne capitale de la Lituanie), pour faire bonne mesure. (Rem : il ne manquait que le Théâtre Universitaire de Klaipeda, qui, lui aussi, est déjà passé par Liège).

Profitons donc de ce blog pour faire un historique sommaire de ces 24 années de bonnes relations avec la Lituanie : l’année de départ est 1990, un temps où il fallait encore écrire Lituanie-URSS, et où l’Ambassade de Belgique pour les pays baltes était toujours à Moscou.

Voyons d’abord les relations dans le sens de Vilnius vers Liège : in illo tempore, 1990, nous avons découvert le théâtre de Vilnius par l’intermédiaire d’une dame vivant à Verviers, Madame Baltus. Elle nous a procuré les contacts utiles (là-bas, mais aussi à l’Ambassade belge à Moscou, et même un relais à Paris) pour pouvoir inviter une délégation lituanienne de 20 personnes, emmenée par Stasé Luksiéné et son interprète Vytautas Valukenas, qui escortaient la troupe du Vilniaus Universiteto Kiemo Teatras venu présenter Concept of Hamlet, mis en scène par Rimentas Venckus, lors de notre RITU 7, 26/2-4/3/1990. Ensuite, différentes troupes lituaniennes ont participé aux Rencontres liégeoises :

-       1993, RITU 10 : Kukuzzz , mis en scène par Gediminas Storpistis

-       2001, RITU 18 : le Théâtre Universitaire de Klaipeda, avec Vytautas Anuzis et Valta Anuziené

-       2003, RITU 20 : le Théâtre Palepe de l’Université technologique de Vilnius, avec Kostiumas, mis en scène par Olegas Kesminas.

-       2005, RITU 22 : le Théâtre Palepe, Seule, d’après F.G. Lorca, mis en scène par Olegas Kesminas, et aussi Le Divin tronc d’arbre, par la troupe Kinetiné (Kinetic) d’Andrius Pulkauninkas.

 

Et dans le sens Liège-Vilnius, nous répondions dès octobre 1990 à une invitation au Festival des Pays Baltes à Vilnius avec Passion et Le Projecteur est réparé : un inoubliable voyage en autocar passant par Minsk, le seul point de passage par la route à l’époque.

Depuis lors nous avons encore été invités à 12 reprises en Lituanie :

-       oct. 1991 : Robert Germay comme observateur au Festival International de la Jeunesse de Vilnius.

-       mai 1992 : L’Impromptu de Versailles et Passion tournaient ensemble à Vilnius, Siluté et Klaipeda à l’invitation des Théâtres libres de Lituanie.

-       nov. 1993 : Simplement compliqué (avec François Duysinx, alors âgé de 79 ans) jouait à Vilnius et à Kaunas au Festival International de Théâtre des Seniors.

-       juillet 1994 : Ein Fest bei Papadakis, à Vilnius, Festival de la jeunesse.

-       mai 1997 : En Pleine mer, à Vilnius et Siluté, Festival AITVARAS.

-       mai 1998 : Hamlet-Variations, mise en scène d’Annick Dominé avec les Kids du TURLg, au Festival DERME.

-       mai 1999 : Sadi Hozètes (en wallon ! et avec un François de 85 ans !!) et En Chantant du Gershwin, mis en scène par Charlotte avec les Kids, au Festival DERME

-       mai 2004 : Les Souliers rouges, au 5e FORUMAS

-       mai 2006 : Si tu m’aimes, au 7e FORUMAS

-       avril 2009 : Projekt Eden, du Trotz Ensemble, au 10e FORUMAS

-       mai 2011 : Le Dernier Godot, au 12e FORUMAS

-       et, donc, mai 2014 : Communication à une académie, au 15e FORUMAS

 

Si ce blog sert d’abord de « carnet de voyage », il peut bien aussi servir, de temps en temps, de mise au point, souvent nécessaire, de nos archives : voilà qui est fait pour un quart de siècle de relations belgo-lituaniennes ! Oufti !

Revenant à notre « carnet de voyage », nous le clôturerons –enfin !- en remerciant nos hôtes Olegas, Rimantas et leurs équipes du sympathique accueil qu’ils nous ont réservé, mais aussi en les félicitant pour la qualité de l’organisation et de la programmation de ce 15e Forum international de théâtre universitaire.

A la prochaine fois, à Vilnius…ou à Liège ? Et que l’un n’empêche pas l’autre…

Robert Germay

 

(Sur notre « passé » lituanien, voir aussi

-       http://turlg.over-blog.fr/article-31448025.html: « Projekt Eden » à Vilnius, 2009

-       http://turlg.over-blog.fr/article-vilnius-12e-forum-international-de-theatres-universitaires-30-4-6-5-2011-traptautinis-universitetu-teatru-forumas-73466144.html : « Le Dernier Godot » à Vilnius, 2011 )

Lire la suite

Le TURLg en observateur au Festival « Eclosions », Théâtre Universitaire de Dijon, 8-9 mai 2014

20 Mai 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

 

WP_20140508_005.jpgEn décembre dernier, nous recevions par mail cette annonce de l’Université de Dijon : « Vous êtes amateur ? Vous avez un projet de spectacle ? Alors venez participer à cette nouvelle édition de notre festival « Eclosion » et célébrer le quarantième anniversaire de notre association ! ». Malheureusement, aucun de nos groupes n’était libre, et nous ne pouvions répondre à cet appel bien tentant par l’envoi d’un spectacle.

Il ne fallait néanmoins pas laisser passer l’occasion de renouer des liens avec cette université. Notre dernière visite chez eux datait d’avril 2000 (nous y avions présenté En pleine mer, de Mrozek), et avait été précédée d’un tir groupé de trois spectacles (Communication à une académie, de Kafka, Jacques et son maître, d’après Diderot et Kundera, et Le Projecteur réparé, de Karl Valentin) en avril 1997. Nous avions aussi, avec le TU de Dijon, participé à l’aventure commune du projet Cymbeline, lancé par le Théâtre Universitaire de Franche-Comté, et qui a réuni huit théâtres universitaires de différents pays européens, d’octobre 1991 à janvier 1994[1]

Et enfin, pour en terminer avec les liens qui unissent Dijon à Liège, Robert Germay a co-dirigé l’ouvrage Le Théâtre universitaire, Pratiques et expériences[2], avec Philippe Poirrier, professeur à l’Université de Dijon.

Le 8 mai, j’ai donc pris le train pour me rendre en observatrice à cette 5e édition du festival « Eclosion ». Car si le TU de Dijon existe depuis 40 ans, son festival s’est appelé Festival du Théâtre Universitaire International de Dijon, puis Festival de printemps. Ce TU propose à ses membres, tous amateurs, de participer à des ateliers et à des créations de spectacles encadrés par des professionnels. Et le festival est l’occasion de présenter au public (étudiant, dans sa grosse majorité) le résultat des ces travaux. Sur les deux soirées que j’ai passées sur le campus dijonnais, j’ai pu apprécier deux présentations d’ateliers : Se souvenir de Blanche-Neige, théâtre d’objets, et Microfictions, d’après Régis Jauffret, deux travaux très collectifs ; ainsi qu’une des créations, L’Opéra du dragon,  d’après Heiner Müller, mis en scène par un ancien du TU de Dijon, Guillaume Malvoisin (avec qui nous avions d’ailleurs déjà eu des contacts en 1996). Et la soirée de vendredi s’est conclue avec Le Poids du monde, d’après Peter Handke, par le TU de Nantes.WP_20140508_006.jpg

Voilà, les contacts sont repris : espérons qu’ils aboutiront à des échanges de troupes dans un futur proche. J’ai en tout cas pu constater, une fois de plus, que le TU se caractérise surtout par sa diversité d’approches, d’objectifs, de résultats. Et c’est bien ça qui est intéressant.

Dominique Donnay

 

 



[1] Cf  L. GARBAGNATI, Cymbeline, “Laboratoire de la conscience européenne”, Ou de l’identité culturelle à l’interculturel in L’Identité culturelle, laboratoire de la conscience européenne, Actes du colloque organisé par le laboratoire Littérature et Histoire des pays de langues européennes de l’Université de Franche-Comté à Besançon, les 3, 4 et 5 novembre 1994.

[2] Le Théâtre universitaire, Pratiques et expériences, sous la direction de Robert Germay et de Philippe Poirrier, Editions Universitaires de Dijon, 2013.

Lire la suite

Don Juan revient de guerre aux 10e Universiades Internationales de Serres (Grèce), 1-4 mai 2014

16 Mai 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

DSCN2660.JPG

Les photos

Après avoir d’abord accueilli une conférence d’Alain Chevalier en 2005, les 10e Universiades Internationales de Serres accueillaient pour la deuxième fois (http://turlg.over-blog.fr/article-9e-universiades-internationales-de-theatre-de-serres-ou-quand-notre-singe-fait-un-saut-de-puce-en-gr-118461684.html), un de nos spectacles (Don Juan revient de guerre, de Horvath, en l’occurrence). Ce festival de théâtre universitaire est organisé en coopération avec le Comité national de l’UNESCO,  l’Institut International de Théâtre-Grèce, et le Théâtre municipal de Serres et financé en partie par l’Union Européenne, à travers le programme ESPA Macédoine-Thrace 2011-2015. Il présentait, entre le 25 avril et le 11 mai, 14 spectacles et 4 ateliers/séminaires. Mentionnons, en outre, que le subside européen a permis aux organisateurs grecs de financer notre voyage en avion et d’ajouter à l’équipe « donjuannesque » de base, Marie, qui avait remplacé Ludivine à Toulouse et qui a repris une partie de son rôle en Grèce, et Anne-Sophie Poussier, membre de notre Conseil d'administration, qui signe cet article.

C’est ainsi que l’équipe féminine de Don Juan s’envola voir si l’apollon grec saurait rivaliser avec Don Juan. Pour chaperonner cette troupe de 11 gamines : Robert Germay, metteur en scène et président du TURLg. Et pour assurer l'aspect technique, David Dupuis, qui reprenait la régie du spectacle pour la première fois, en succession de Renaud. La représentation fut très appréciée par le public. Bien qu’étant au berceau de la tra2014-05-03-11.29.51.jpggédie, la Grèce est friande de comédie. David a su s’adapter aux conditions techniques (pas toujours simples) et, tout en déplorant un manque de temps très dommageable,  il a pu nous permettre d'offrir au public une représentation correcte. Le Chef a honoré la demande du festival en faisant une conférence sur l’histoire du théâtre universitaire, sujet qui suscita de l’intérêt chez ses auditeurs.

Nous avons également pu nous laisser aller à la contemplation durant l’excursion organisée pour nous sur le lac Kerkini… promenade en bateau sur fond de pépiements … de ces dames mais aussi des cormorans ;-) Nous avons séjournée dans un hôtel luxueux, avons bien mangé, bu du café grec et de l’ouzo et pour tout vous dire nous serions bien resté un peu plus longtemps nous immerger dans cette culture.

Nous tenons à remercier Maria Kalimeri, Nadine Vandooren (belge d’origine, grecque d’adoption) et toute l’équipe du festival pour leur accueil, leur chaleureuse sympathie et leur dévouement ! De tout ♥, merci !

Ce festival souhaiterait nous inviter l’an prochain … A suivre !

Anne-Sophie Poussier

Lire la suite

Honfleur et son 6e Festival de la Francophonie Paroles paroles a accueilli notre Communication à une académie de Kafka, 3-6 avril 2014

8 Avril 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

Dans notre blog du 12 avril 2012, je disais déjà le plaisir éprouvé par nous en découvrant Honfleur et son festival Paroles paroles qui, pour sa 4e édition, avait mis, à travers le TURLg, la Belgique à l’honneur (pour la rime !) Voyez http://turlg.over-blog.fr/article-la-belgique-a-travers-le-turlg-a-l-honneur-et-a-honfleur-4eme-festival-paroles-paroles-27-102935970.html

Cette année, 2014 (29 mars au 6 avril), de retour de la 6e édition de Paroles paroles, l’impression n’est que renforcée : ce Festival de la Francophonie fait bien de Honfleur et de sa voisine Équemauville un vrai bouillon de culture pendant une folle semaine où théâtre, musique, contes, expos et poésies sont à l’honneur (voyez : http://www.paroles-paroles.fr/ ).

A la barre de cet événement (dans une ville portuaire, l’expression se justifie, non ?), on retrouve les Z’ateliers de la tête de bois et l’association Cascade, soutenus par les villes de Honfleur et d’Équemauville (en la personne de leurs maires, respectivement M. Michel Lamarre et M. Michel Bailleul).

A la variété de genres proposée par ce festival, correspond aussi une belle variété d’ «acteurs» (le théâtre, la musique, les contes ou la poésie, toutes ces formes d’art sont défendues ici de concert par des professionnels et des amateurs) et une belle diversité de publics (les enfants sont loin d’être oubliés dans l’aventure). Bref, un bel éventail de talents divers à multiples facettes.

Pour le TURLg, ce fut aussi un plaisir tout particulier d’y revoir de vieilles connaissances des Continents Comédiens de Saint-Léger-du-Bourg-Denis, ainsi que Yannick Boitrelle qui, en 2012, nous avait «branché» sur Honfleur. De plus, après avoir joué naguère au Grenier à Sel de Honfleur, nous dûmes cette fois nous adapter à la salle Jeanson d’Équemauville (« Changement d’herbage réjouit le singe »…) dont le public –nombreux ce samedi 5 avril à 18h- sembla fort apprécier notre Communication, à en juger par les applaudissements nourris et enthousiastes qui ponctuèrent la représentation.

Il est certain que la pugnacité du tandem Vanessa – Philippe Simon-Catelin n’est pas étrangère à l’existence et au développement de cette remarquable manifestation. Nous les félicitons aussi d’avoir pu s’entourer d’une belle équipe de bénévoles aussi chaleureux qu’efficaces, pour qui « bénévolat » signifie « qui vous veut du bien » ! Merci à tous et à toutes : nous avons été soignés aux petits oignons.

Nous prenons aussi plaisir à donner un petit coup de projecteur (de théâtre) sur le magHonfleur_gite.JPGnifique hébergement que nous a réservé Vanessa dans le gîte qu’elle possède à la Rivière St-Sauveur, tout à côté d’Honfleur : nous le recommandons à tous ceux qui chercheraient à passer des vacances normandes dans un cadre champêtre, à la fois rustique et doté de tout le confort, voyez : http://www.abritel.fr/location-vacances/p658749

Encore merci pour l’invitation et pour l’accueil.

A plus ???

Robert Germay

Lire la suite

Don Juan se produit à la 8e édition de « Universcènes » à Toulouse II-Le Mirail, 15-19 mars 2014

1 Avril 2014 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

DSC06776.JPG

Les photos

Il y a deux ans, à la même époque (15 mars), le TURLg organisait une tournée française pour présenter Le Procès de Kafka à Angers…en passant par Toulouse : c’était pour les Liégeois l’occasion de découvrir la Ville Rose…et d’avoir envie d’y retourner dès que possible. (Voir le blog du TURLg : http://turlg.over-blog.fr/article-de-toulouse-a-angers-ou-des-reseaux-sociaux-et-autres-facebooks-au-service-du-tu-102771929.html )

Cette année 2014 voyait la 8e édition du Festival Universcènes qui est présidé par Aurélie Guillain et localisé à la « Fabrique » (Centre d’Initiatives Artistiques du Mirail = CIAM) sur le campus de l’Université de Toulouse II-Le Mirail.

La caractéristique de ce festival est de présenter des spectacles montés en langue originale (polonais, allemand, espagnol, anglais, italien) par des troupes étudiantes de Toulouse, généralement avec surtitrage en français, opération qui a aussi valeur d’exercice de traduction pour les étudiants. Par exemple, cette année, une œuvre du jeune auteur allemand Michel Decar, Waldemarwolf, était présentée au public d’Universcènes, les 19 et 20 mars 2014, en version originale (surtitrée) par la « Compagnie de la Vieille dame » (compagnie d’étudiants du cru) dans une mise en scène de Thomas Niklos, en présence de l’auteur. Des étudiants d’allemand (Philologie et/ou traduction/interprétation) ont participé à la traduction collective de l’œuvre sous la direction de Hilda Inderwildi. Il convient aussi d’ajouter ici que les Presses Universitaires du Mirail peuvent s’enorgueillir d’une remarquable collection bilingue , « Nouvelles scènes », qui publie une abondante liste de traductions de pièces de dramaturges contemporains des répertoires allemands, anglais, espagnols, italiens et polonais. Ce sont nos contacts toulousains privilégiés, Catherine Mazellier et Hilda Inderwildi, deux germanistes distinguées, qui dirigent avec maestria la collection « Nouvelles scènes- Allemand ».

Ceci explique sans doute le fait que nos charmantes collègues s’intéressent au répertoire du TURLg qui, pour les raisons historiques que l’on sait (à savoir l’empreinte du Theater der Lütticher Germanisten (TLG) laissée sur le Théâtre Universitaire Liégeois depuis 1980), s’intéresse, lui, au répertoire germanophone. Résultat des courses : le TURLg était la première troupe étrangère invitée à Universcènes en 2012 avec Le Procès ; et nous remettions donc le couvert avec Don Juan en 2014. Ajoutons aussi pour  être complet que les « 12e Rencontres de théâtre allemand contemporain » s’inscrivent dans cette 8e édition du Festival Universcènes à laquelle nous participions.

Comme le laisse entendre le sous-titre « Théâtre contemporain d’Europe et d’ailleurs », Universcènes n’avait pas programmé que du répertoire allemand, mais aussi des spectacles en polonais, espagnol, anglais et italien : voyez le programme sur http://www.festival-universcenes.fr/.

Quant à l’équipe liégeoise, mein Gott, elle n’a pas chômé. A peine arrivée le soir du samedi 15 mars, elle devait faire face à une catastrophe : pour des raisons aussi dramatiques qu’indépendantes de sa volonté, notre Coline apprenait qu’elle ne pourrait jouer aucune des trois représentations prévues (lu. 17 à 20h, mardi 18 à 12h30 et 20h). Comme tous les rôles des femmes ont la même importance dans notre spectacle, il fallut passer le dimanche et le lundi à réorganiser complètement la distribution, donc le texte et la mise en place. Comme, de plus, une comédienne, Marie, reprenait un rôle pour la première fois à l’occasion de cette série toulousaine, on ne vous dit pas le stress… !

Grâce à leur pugnace énergie, les huit « survivantes » ont relevé le défi et ont remarquablement « assuré » : le public -visiblement très captivé-  n’y a vu que du feu, et notre Don Juan a manifestement fait de nouvelles conquêtes. Ceci semble confirmer que notre méthode de travail collectif est bénéfique à la cohésion du groupe, qui peut, dès lors, mieux faire face à de semblables éventualités. Comme le dit souvent Trébor Yamreg au Chef : « Se rencontrer est un début. Rester ensemble est un progrès. Travailler ensemble est un succès ». Sacré Trébor !

Aujourd’hui, la pénible situation dans laquelle s’était retrouvée Coline a heureusement évolué favorablement, et, on peut espérer que cet éprouvant accident ne sera plus bientôt qu’un mauvais souvenir marquant.

Tout l’un dans l’autre, cette aventure toulousaine restera dans nos mémoires comme une expérience «  de l’extrême »…comme les sports du même nom, et Toulouse restera pour nous un vrai pôle d’attraction : à quand la prochaine ?

Robert Germay

DSC06728.JPG

PS : Le Mirail est le quartier où est logé le campus de l’Université Toulouse II.  « Mirail », en occitan,  signifie « miroir ». Or, il se dit que l’Université ne se reconnaît plus dans le « miroir » de cet environnement réputé interlope. Il serait dès lors question de la rebaptiser « Université Jean Jaurès ».  Affaire à suivre… ! Et pourquoi pas sur place, avec une prochaine tournée ? A bons entendeurs, salut ! : le TURLg aurait encore quelques pépites à proposer…

 

PPS : Nous avions à peine envoyé le lien vers notre article à nos amis Toulousains que nous apprenons que (nous citons) : "Depuis votre passage ici, l'université a en effet été débaptisée. Elle s'appelle désormais Université de Toulouse Jean-Jaurès (UT2J, ouf... au moins avons-nous échappé à l'acronyme ridicule UTJJ). Tu imagines bien que je n'ai rien à redire contre Jaurès dont j'aime le verbe haut et coloré, les positions aussi, mais j'ai du mal à avaler ce radical effacement du Mirail. Sans parler du coût de l'opération : 100.000 euros, rien que sur le versant d'Internet où l'UTM était fort bien repérée."

Et voilà l'travail !

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>