Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège
Articles récents

Juin 2007

8 Juin 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Les idées des jours passés

- " Le théâtre est une dure maîtresse. "

- "Le matin à l'école, l'après-midi au théâtre !
Le théâtre lui-même n'est-il pas une école, point d'interrogation."
(Karl Valentin, Le théâtre obligatoire)

- Le bbq du TURLg, ce 30/06, à 18h, sera la dernière cène de la saison.


-
J'ai entendu dans le poste : "60 milliards d'e-mails échangés par jour à travers le monde".

Je n'en crois pas un mot : y a pas assez de facteurs ! Même en géoroute.

TY

- " L'Art ne reproduit pas le visible. Il rend visible. "

Paul KLEE

Lire la suite

Université Européenne d'Eté : le théâtre populaire des origines à nos jours

6 Juin 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Hors-TURLg

avignon.jpg

Cliquez sur l'image pour plus d'informations...
Lire la suite

La DRAmatique Fanfare du Turlg en "concert"

6 Juin 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Annonces


La DraFT reçoit ceci après sa prestation de samedi après-midi à St Léonard : "j'allais te téléphoner pour te dire un concert de louanges à transmettre [...] la fanfare universitare m'a carrément bluffée : il faut que je ré entende calmement les morceaux que vous avez joué. N'hésite pas à me tenir au courant des dates de la dramatique fanfare. "

Ca fait plaisir...

Pour les curieux, on re-joue le samedi 30 au BBQ du TURLg...


wanted.jpg Et je rappelle que, si vous connaissez des  saxophonistes, clarinettistes, trombonistes, trompettistes,  percussionnistes, guitaristes, (contre)bassistes, violonistes.... , dites-leur de venir nous rejoindre, on a besoin d'eux !!!


Lire la suite

Dans le rétroviseur... 2e livraison

6 Juin 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Dans le rétroviseur...

retro.gif
La rubrique "Dans le rétroviseur..." est ouverte à tous ceux qui peuvent ajouter, corriger, améliorer les informations qui s'y trouveront concernant les dates, les noms (de personnes, de lieux ou de dieux), les anecdotes, croustillantes ou non... Bref, que ceci soit un remue-méninges-mémoire du TURLg.

RG

Or donc, après une décennie de théâtre facultaire et/ou de Cercles d'étudiants, le TULg naissait comme cercle interfacultaire en 1941, sous la houlette officielle du Prof. (latiniste) J. HUBAUX (1894-1959), qui assurera la présidence du frais émoulu TU liégeois jusqu'en 1957-58. 

Il est cocasse (?), avec le recul, de constater que l'oeuvre choisie pour ce baptême sous l'occupation allemande était, précisément, Les Bacchantes d'Euripide, pièce éternelle qui met en cause le pouvoir conquis par la force et qui faisait entendre à quelques officiers allemands, assis au premier rang de la Salle académique, des répliques du choeur des Bacchantes telles que :
" Parmi les présents que lui font les dieux
Il n'est pour l'homme plus sûre joie :
Voir enfin la victoire
Lui livrer l'ennemi pour proie "
et d'autres plus cinglantes encore de Dionysos, invectivant sans vergogne Penthée, le tyran de Thèbes. Quand on sait que quelques mois auparavant, la Kommandantur avait interdit au Cercle des Germanistes, le Debating Club, de jouer une pièce du britannique Charles MORGAN (1894-1958), The Flashing stream,on aurait pu craindre aussi la censure pour les Bacchantes, dont l'histoire ne pouvait qu'évoquer un parallèle avec la situation du peuple liégeois sous la botte nazie.

Peut-être la musique grecque, créée - au sens propre du terme - à l'occasion par François DUYSINX, a-t-elle eu le don d'adoucir un moment la gent teutonne.

Toujours est-il que ces Bacchantes avaient la peau dure puisqu'elles survécurent à la guerre. Jouée en création 5 fois à Liège en avril-mai 41, la pièce fut reprise 4 fois à Liège et 1 fois à Verviers (Palace) en 42, et elle finit sa belle carrière en 1946, à Liège (Conservatoire), Bruxelles (Palais des Beaux-Arts), Paris (Sorbonne, 2 fois) et, enfin, Flémalle (Théâtre de Verdure).

Vinrent alors, régulièrement mises en scène par Jean HUBAUX (souvent assisté pour les chorégraphies par Fanny THIBOUT), successivement :
  •  
  • - La Tempête de SHAKESPEARE : 1947
  •  
  • - La Paix d'ARISTOPHANE : 1948 et 1949, créée à l'Emulation - Liège, et décentralisée à Charleroi (Hôtel de Ville), Paris (Cité Universitaire), Saint-Etienne (Salle Jeanne d'Arc). Le spectacle fut, en tout, présenté 10 fois. Pas mal pour l'époque.
  •  
  • - La Machine à calculer d'Elmer RICE : 1950
  •  
  • - Jules César de SHAKESPEARE : 1951
  •  
  • - L'Admirable Crighton de J.-M. BARRIES : 1952
  •  
  • - Les Euménides d'ESCHYLE (trad. en vers : François DUYSINX, mise en scène : Fanny THIBOUT), jouée 5 fois à Liège (Emulation) : 1954
  •  
  • - La Guerre de Troie n'aura pas lieu, de Jean GIRAUDOUX (mise en scène de Georges KONEN) : 1955
  •  
  • - La Machine à calculer, d'Elmer RICE, reprise cette fois dans une mise en scène de Georges KONEN : 1956
  •  
  • - Macbeth de SHAKESPEARE : 1957
Ce fut la dernière mise en scène de Jean HUBAUX qui passa le flambeau en 1958 à son collègue de Philosophie François DUYCKAERTS (1920-2006) qui venait d'être nommé Professeur ordinaire à l'ULg en 1957.

younggermay.gif


En septembre 1958, notre petit Alphonse R. GERMAY avait grandi, et il entrait, fier de son cartable tout neuf, en 1e candi Philologie germanique, dont les cours se donnaient, pour 3 mois encore, à l'emplacement de l'actuelle Tour Kennedy. Mais ceci est une autre histoire.

A suivre...

RG
Lire la suite

Poivre de Cayenne à Lausanne... des photos !

4 Juin 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Tournées

Merci au club photo de l'EPFL pour ces souvenirs de notre passage à Lausanne...

poivrecayenne1.jpg

poivrecayenne2.jpg

poivrecayenne3.jpg


Lire la suite

Un atelier de théâtre, selon Jean-Marc

1 Juin 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Nos animateurs vous parlent...

Pour moi le théâtre c'est donner corps à l'imaginaire, rendre l'invisible visible, (se) faire croire à des choses qui n'existent pas (encore). C'est rendre la fiction aussi réelle que la réalité. Un atelier de théâtre, c'est comme une grande cuisine où l'on tente de marier voix, parole, émotion, corps, présence, regard, expression, imagination… Suivant les recettes explorées, on peut varier le dosage des ingrédients. Participer à un atelier, c'est vivre d'incessants allers-retours entre soi et les autres ; c'est tenter de donner à la chose répétée l'intensité et la fraîcheur d'une expression spontanée et à l'acte d'improviser l'expérience et la maturité des essais accumulés. Jouer au théâtre, c'est faire découvrir comme pour la première fois ce que chacun connaît déjà, c'est donner un accès à ce qu'on ne savait pas (plus) qu'on savait, c'est ouvrir des chemins vers ce qu'on ignorait ignorer.

***

Cela fait plus de vingt ans que je me consacre à l'animation, bénévolement d'abord (centres de vacances, ateliers créatifs), professionnellement ensuite (école de devoirs, maison de jeunes, terrain d'aventure …).

C'est depuis la même époque que je m'adonne au théâtre. Des expériences éparses premièrement, un ancrage certain au théâtre universitaire ultérieurement. D'abord acteur, progressivement metteur en scène et, finalement, animateur d'ateliers et de stages.

J'ai également suivi des formations en psychomotricité, clown et audiovisuel.

Actuellement, je me partage entre une activité en organisation de jeunesse, la pratique clownesque et l'animation théâtre. J'ai également le bonheur d'être le papa d'un garçon de dix ans.

En bref et en résumé, l'animation est mon métier, le théâtre une passion, j'ai fait de mes passions un métier, j'essaie d'exercer mon métier avec passion. Au plaisir de vous rencontrer.

Jean-Marc
Lire la suite

... que devenez-vous?

30 Mai 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Hep - les ancien(ne)s...

 

ancien.jpg Si on pouvait établir une liste exhaustive des ANCIENS du Théâtre Universitaire – c'est à dire de ceux et celles qui ont participé à au moins une production – , les noms s'égrèneraient par centaines.
Aucun de ceux et celles qui, un jour, sont entrés au Théâtre Universitaire Liégeois, ou au Théâtre des Germanistes Liégeois, ou, aujourd'hui au TURLg, n'y sont venu(e)s pour y faire carrière: tous et toutes avaient et ont, ailleurs, une vie, un long terme.

Certain(e)s sont aujourd'hui, parfois depuis longtemps déjà, savants de renom, ministres, députés, acteurs, metteurs en scène ou réalisateurs connus, écrivains à succès, chefs d'entreprise ou d'administration, qui un interprète, qui un traducteur ou un enseignant remarquables, ici un « aventurier », là un régisseur, là encore un clown...

Si les « catégories » ci-dessus sont bien identifiables, je me garderai bien de citer des noms: il y en a tant, et ce serait le meilleur moyen d'en oublier, et ainsi de vexer les susceptibilités de l'un(e) ou l'autre.

En revanche, ce blog est l'endroit rêvé pour que vous nous informiez sur vous-même et votre parcours – ordinaire ou extraordinaire – et aussi sur des anciens avec lesquels vous êtes restés en relation.

Toute information en cette matière sera la bienvenue! C'est un moyen de rester en contact, non?

"Si tu ne viens pas à la toile, la toile ira à toi" (Trebor Yamreg)

 

RG

Lire la suite

Nouvelle d'un ancien

30 Mai 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Hep - les ancien(ne)s...

Sur le site http://www.wmaker.net/AgendaARDCL/LeBLOG/ à la rubrique "Interviews d'artistes", vous trouverez une interview de Yannick Franck, qui a joué dans Les Bacchantes et Les Souliers Rouges, et qui a composé une grande partie de la musique de ce spectacle

Lire la suite

Nos ateliers

30 Mai 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Annonces

Notre annuelle présentation des résultats des ateliers proposés par le TURLg (10e saison) s'est déroulée à la satisfaction générale, la semaine dernière, du vendredi 18 au dimanche 27 mai 2007.

Il fallait bien tout ça pour "caser" nos 37 ateliers différents, animés par 11 animateurs, encadrés par 3 régisseurs, pour un total de + 400 stagiaires, soit 12 séances de 3 ou 4 présentations par jour, et cela devant quelque 1.800 spectateurs (une moyenne de 150 par jour).

Ce public (parents, amis, connaissances et autres sympathisants) a pu juger du travail et des méthodes de nos animateurs et constater, une fois de plus, avec les prestations de nos "chères petites têtes blondes", qu'"aux âmes bien nées, la valeur n'attend pas le nombre des années". Il y a de la graine de futures bêtes de scène dans l'air ! Le TURLg s'en réjouit.
(Pour les statistiques : après 10 saisons, nous avons dispensé 630 "modules" d'ateliers, soit 6.520 inscriptions pour 2.500 stagiaires différents).

Place aux jeunes, nom d'un Trebor Yamreg !

Nos animateurs se préparent d'ores et déjà aux stages d'été. Rendez-vous en juillet, donc. Pour plus de détails, www.turlg.ulg.ac.be/stages.php
 
Lire la suite

Un peu d'histoire...

25 Mai 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Dans le rétroviseur...

retro.gif
La rubrique "Dans le rétroviseur..." est ouverte à tous ceux qui peuvent ajouter, corriger, améliorer les informations qui s'y trouveront concernant les dates, les noms (de personnes, de lieux ou de dieux), les anecdotes, croustillantes ou non... Bref, que ceci soit un remue-méninges-mémoire du TURLg.

RG

Pour ouvrir la rubrique, quelques mots :

Le théâtre étudiant est présent en université depuis la création des Universités : c'est attesté à Paris (Sorbonne), Coimbra, Vilnius. Sous Shakespeare déjà, des étudiants se produisent sur les planches de leur alma mater.

L'ULg est certes de création plus récente que les augustes institutions citées plus haut : elle fut fondée en 1817 sur un site occupé depuis 1581 par des Jésuites, site devenu Collège en 1773, et, aujourd'hui, Salle académique de l'ULg.

Quand on sait que le théâtre était un élément important dans le système éducatif des écoles catholiques (le "Théâtre Jésuite" est un concept dans l'Histoire du théâtre au 16e et au 17e siècles), on ne s'étonnera pas que des représentations de ce type soient attestées aussi aux 18e et 19e siècles à Liège.

La fin du 19e et le début du 20e siècles virent aussi éclore dans notre nouvelle université des "Revues" présentées par des associations étudiantes, en particulier des étudiants en Droit et des ingénieurs. On a vu aussi des "revues" montées, quasi en rivalité, par la Fédération des Etudiants Libéraux Unis (FELU) vs l'"Union des Etudiants Catholiques de Liège".

Mais c'est dans les années 1930 seulement que vont apparaître des préoccupations théâtrales dignes de ce nom, en particulier dans le chef de "Sections" de Philosophie et Lettres, telles que les Romanes, les Germanistes, les Classiques : ici, l'art théâtral proprement dit commençait à germay, par comparaison avec les manifestations très occasionnelles et surtout festives d'associations dont le but premier n'était pas le théâtre.

Et on vit émerger des noms comme Jeanne Willems (Romane), François Duysinx (Classique), René Hainaux (Romane), Marcel Hicter, Jules Labarbe (Classique), Alexis Curvers ou autres Fanny Thibout (Aloïs en passe, et des meilleurs), mais aussi de distingués Professeurs comme Jean Hubaux (Classique), A.-L. Corin (Germanique : A comme Adolf Hitler et L comme Léon Degrelle, comme le pointe avec humour son propre fils, Fernand), R. Verdeyen (Germanique), Jean et Rita Lejeune,...(et Alzheimer en oublie)

Ces groupes, occasionnels mais dirigés par des "Maîtres", mettaient le théâtre au service de leur apprentissage des littératures qu'ils étudiaient. On jouait alors, en vrac, du Shakespeare, du Corneille, du Musset, mais aussi du Théodore de Banville, des farces et miracles anonymes du Moyen-Age, et du Shaw, Tchekov ou Gide et Stravinsky (notamment par l'éphémère "Théâtre des Romanistes", animé de 1936 à 1940 par René Hainaux, e.a.). Notons au passage, tandis que ces "Cercles" liégeois se confrontaient à l'art dramatique, souvent à travers les auteurs vus en classe, le "Jeune Théâtre de l'ULB" naissait en 1933 et, au même moment, se distinguaient le "Groupe de théâtre Antique de la Sorbonne" (avec Roland Barthes) et les "Théophiliens" de Paris (avec Gustave Cohen - docteur de l'ULg par parenthèse).

Des échanges eurent d'ailleurs lieu entre Paris et Liège : c'était le début du début des fameuses tournées du futur Théâtre universitaire liégeois.

bacchantes.jpg C'est évident que l'importance et le succès croissants des activités théâtrales de ces différents cercles universitaires de l'ULg appelaient l'idée d'une organisation plus cohérente et d'un encadrement plus officiel. Ceci fut fait en 1941 qui vit la naissance du "Cercle Interfacultaire de Théâtre de l'Université de Liège", que l'on appela rapidement plus simplement "Théâtre universitaire liégeois", et qui était placé sous la direction du Prof. Jean Hubaux. Il n'étonnera personne que la pièce qui marquera cette naissance officielle fut "Les Bacchantes" d'Euripide, que Hubaux étudiait en classe avec ses étudiants, qui assurèrent d'ailleurs eux-mêmes la traduction du texte grec. Pour sa monumentale mise en scène, Jean Hubaux fit appel à des auxiliaires dont beaucoup sont devenus des personnalités incontournables telles que François Duysinx, Marcel Hicter, Jules Labarbe ou Fanny Thibout, qui assura la chorégraphie.

Le TULg commençait bellement sa longue carrière par la représentation des "Bacchantes" le 25 avril 1941 en la Salle académique de l'ULg.

Quelques mois plus tôt (le 9.12.40 : 9x2 = 18 +4 = 22 x1 = 22 !) venait au monde, sous les bombes et sur une table de cuisine, le petit Alphonse R. Germay. Un présage ? ... Mais ceci est une autre histoire.

A suivre...

RG
Lire la suite
<< < 10 20 30 40 41 42 > >>