Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

ca turbine au turlg

Projet de la Fondation Balis : Lysistrata d'Aristophane

15 Mai 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Lysistrata d'Aristophane mis en scène par Marco Pascolini, les 23 et 24 avril 2009, dans la salle du TURLg Théâtre universitaire (quai Roosevelt 1b à 4000 Liège)


Quelques années après « Les Oiseaux » (mis en scène par Robert Germay), Aristophane se retrouvait sur les  planches (ou devrais-je dire le tapis) du TURLg avec « Lysistrata », sa comédie sur la guerre, la paix et la grève du sexe qui força la paix dans la guerre ...

... petite rétrospective:

Un soir j'ai eu un coup de fil d'Alain (Chevalier) me demandant si j'étais intéressé par la prise en charge d'un projet émanant de l'AED (Association des Etudiants de Droit). Chaque année, depuis plus de vingt ans déjà, l'AED monte un spectacle pour la Fondation Balis* et cette année ils se retrouvaient sans metteur-en-scène. Après petite réflexion, n'étant pas du genre à me lancer tête baissée dans une aventure sans m'en sentir les moyens, j'acceptais. Tout alla très vite ensuite – les premières réunions avec le comité organisateur et Monsieur Xavier Parent, la présentation du projet et le choix du spectacle. Lysistrata emporta l'adhésion des participants. Bon, entre l'idée de la pièce et la pièce - le texte lui-même – les choses ne furent pas toujours des plus faciles : petites exégèse textuelles, réticences sur l'effet comique, sur ce texte gorgé de farce et de « dessous-de-ceinture »...

Enfin bref, cela rendait en tous cas les réunions « conception » un peu pimentées, mais personne ne décida de faire preuve de « grève des planches » (ou devrais-je dire « du tapis »).

Le reste, c'est l'Histoire – rapidement conquis par les personnes et les personnalités avec qui je devais travailler près de trois mois, emporté par leur motivation et leur investissement et sur le travail qui allait avancer dans le (très bon) sens. Quelques débats d'idées, quelques ébats scéniques (mais bon, c'est le texte qui voulait ça) et un spectacle qui se concrétisait de mieux en mieux dans « le théâtre de mon esprit » (et oui, ça arrive). 

Quelques semaines et de nombreuses comédiennes plus tard (oui, à une époque pour faire le groupe des femmes je n'avais que deux filles, une armée « d'Athéniennes » vinrent les rejoindre à deux semaines de la fin, ce qui provoqua l'attention de certains de mes collègues Turlgiens)

In fine, deux soir de représentations où tous, comédiens (trente, dont deux musiciens), spectateurs et organisateurs furent portés et emportés par la farce Aristophanienne, en redemandant encore. Et moi de même, avec un rendez-vous TURLg pour l'année prochaine.

En résumé « venisse, vidisse, vicisse» (en hommage aux Spartiates), je ne peux que dire une fois de plus merci à ceux qui se sont investis sur ces planches (devrais-je dire tapis) et ailleurs...

En toute dîké,

-Marco-


Lire la suite

COCORICO! L'Affiche de "Fin de siècle sur l'île" fait mouche

12 Mai 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg


L'association "Le Théâtre s'Affiche", de Toulouse, organisait cette année sous l'égide de la FNCTA (Fédération Nationale des Compagnies de Théâtre Amateur - France: www.fncta.fr) son premier "Concours National pour récompenser les meilleures affiches du théâtre amateur".






Le TURLg en eut vent, et bien que l'événement fût réputé "national" (donc français), nous avons envoyé, à tout hasard, l'affiche de Fin de siècle sur l'île: les affiches devaient avoir été éditées entre janvier et décembre 2008, ce qui était le cas (dommage que nous ne pouvions pas faire concourir nos affiches de la grande époque 70ies et 80ies, où le TLG et le TURLg investissaient encore dans ce genre de support: notre collection d'alors est superbe, mais...).

Et ne voilà-t'il pas que notre poster a obtenu une mention spéciale dans la catégorie "Spectacle Amateur" (les 2 autres catégories étant "Festival Amateur", et "Spectacle jeune")! Cororico!!

Bravo à Ronald Gray (le réalisateur), au Chef R.G. (le concepteur) et... au pingouin. Bravo aussi à l'équipe initiatrice et organisatrice de ce concours "unique en son genre..." et très bienvenu.

Hélàs, nous ne savons pas beaucoup de détails sur la participation au concours, donc à qui sont allés les principaux prix ("Grand Prix National de l'Affiche de Théâtre", "Prix National de la Création Graphique", "Prix National du Coup de Coeur" du spectateur.

Pour le découvrir, il faudrait répondre favorablement à l'invitation qui nous est faite par les organisateurs toulousains de rejoindre leur belle ville à l'occasion de la Cérémonie Spectacle de remise des prix qui s'y déroulera le 30 mai 2009.

Nous les remercions pour cette belle initiative... et la tentation est grande de prendre le train...
Nous y pensons sérieusement...

A suivre...

R.G.

Lire la suite

Les travaux du B8 ont commencé !

29 Avril 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Un petite photo vaut mieux qu'un grand discours : voilà l'état de la salle du théâtre au Sart-Tilman, telle que l'ont découverte hier nos courageux déménageurs. Vous voyez - au flou qu'ils provoquent sur la photo - qu'ils s'agitaient beaucoup (étaient-ils pour autant efficaces ? Nous le saurons dans le prochain épisode de nos aventures).
Plus de photos ici.

Et la suite au prochain numéro...

Dominique Donnay
Lire la suite

La Draft à la Tornade des couleurs, samedi 25-04-09

28 Avril 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Ce samedi 25 avril, se tenait, Place Seeliger, sur les hauteurs de Liège, la désormais traditionnelle fête de quartier organisée par l'asbl "L'Eclat de rire". Baptisée "La Tornade des couleurs", cette fête est l'occasion, comme son nom l'indique, de faire, en compagnie des habitants, un grand nettoyage de printemps, puis, l'après-midi, de se retrouver autour d'une série d'animations (brocante, course relais, maquillages, ...).

La musique dramatique et déjantée de la Draft s'y est parfaitement insérée, malgré quelques gouttes de pluie ça et là. Normal, un jour de tornade.

Ce fut pour nous l'occasion de faire la connaissance de deux "fanfaronnes" qui ont l'air tout aussi déjantées que nous, puisqu'elles font partie de la fanfare "Pouet en Stock", qui est d'ailleurs illico devenue notre amie sur MySpace ! Nous avons bien entendu projeté de nous retrouver un de ces quatre pour fanfaronner ensemble ! Attendez-vous à d'autres prestations délirantes !

Et voilà quelques photos.

Dominique Donnay

Lire la suite

Soirée Hellénique

28 Avril 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Mères-fils: même combat!
en la salle du TURLg le 25/04/2009


Nous avons eu l'honneur et le plaisir d'accueillir en notre salle la première soirée héllénique organisée par les Etudiants Avancés en Grec Moderne de notre Alma Mater sous la houlette souriante de leur professeur Aikaterini Lefka. C'est une initiative que nous avons voulu soutenir dès le départ sans conditions: c'est qu'il s'agit en fait très clairement d'une démarche qui est à l'origine de tout théâtre universitaire et suivant laquelle des étudiants et/ou professeurs décident de "sortir des murs" de la classe de littérature pour mettre en voix des textes qu'ils soient poétiques ou dramatiques.

Comme ce fut d'ailleurs le cas ce samedi avec des récitations en grec et en traduction originale svp! de poèmes issus du recueil "Epitaphios" de Yannis RITSOS, poète phare de la littérature du XXème siècle ainsi que des extraits du vaudeville politique La comtesse de la Fabrique de A. Yialamas et K. Pretenteris.

Notre aide ne s'est pas limité à un simple encouragement symbolique puisque j'ai moi-même participé (trop) rapidement à une séance de répétition préparatoire pour indiquer à l'équipe quelques pistes de travail scénique.

La soirée fut digne de la démarche et nous espérons que la joyeuse équipe d'Aikaterini Lefka continuera sur sa lancée, prolongera, refera, répétera...

Alain

Ci-joint le lien vers quelques photos: ici

Lire la suite

Polar blues

21 Avril 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Je vous parle d’un temps que les moins de 400 ans ne peuvent pas connaître…

Une époque où le théâtre se jouait au coin des rues et sur les places de marché, où les comédiens devaient s’acharner pour conquérir un public peu intéressé avant d’être emportés par des maladies honteuses et enterrés de nuit à la croisée des chemins …

Une époque où les comédiens étaient les bouffons du Roi, où on les décrochait n’importe quand, lorsque Sa Majesté s’ennuyait ou voulait amuser ses convives pendant un long repas.

Je vous parle de ces gens, ces saltimbanques, ces va-nu-pieds, ces crève-misère, ces paresseux qui, au lieu de travailler dur et de gagner leur pain à la sueur de leur front, déclamaient des vers devant les églises plutôt que d’y entrer pour participer à la grand-messe …

Je vous parle d’une petite troupe d’optimistes qui sont tombés la tête la première dans le piège bleuté du Festival international du Film Policier de Liège (mieux identifiés sous l’appellation « artistes FIFPL »).

Ceux-là ont senti dans leur chair ce qu’était le statut d’un comédien du 16e siècle.

Ceux-là ont mesuré la distance parcourue et ont rendu hommage à ceux qui se sont battus pour que les choses évoluent.

Ce n’est pas que nous soyons devenus des comédiens pantouflards, non (d’ailleurs, sommes-nous seulement des comédiens ?). Ce n’est pas que nous trouvions scandaleux de jouer gratuitement, sans scène, sans loge, sans lumière, sans coulisse, sans technicien, sans public. Ce n’est pas que nous nous offusquions qu’on nous demande de jouer moins fort pour ne pas déranger les gens. Non, ce n’est pas cela du tout !

Nous aurions été si contents d’avoir l’impression d’exister.

Michèle Potier

 

Note de la direction :

Nous avons décidé de participer à cet évènement après avoir reçu, de l'organisation du festival, le courriel suivant :

 

"Bonjour,

Je me permets de vous faire part de notre souhait de collaboration dans le cadre de la 3ème édition du Festival International du Film Policier de Liège, qui se déroulera du 16 au 19 avril prochain, au Cinéma Le Palace, en plein coeur de la ville.

Outre les séances cinématographiques (une cinquantaine de films seront projetés), nous avons développé autour du Festival toute une série d'activités professionnelles et/ou ludiques afin de dynamiser l'événement et attirer un nombreux public. Parmi celles-ci : les apéro-polars !

Le concept est simple : tous les jours durant le Festival (vendredi, samedi et dimanche), de 12 à 13 heures et de 18 à 19 heures, au QG du Festival (bar sous chapiteau place St-Paul), ambiance détente autours d'histoires policières à vivre sans modération.

Nous faisons donc appel à vous, pensant qu'une telle activité devrait intéresser vos étudiants !

En effet, il s'agirait sans aucun doute d'une belle opportunité d'exercices pratiques en conditions réelles pour eux, une belle manière aussi pour le Théâtre Universitaire d'être associé au Festival. Concrètement, nous pensons présenter une dizaine de scènes (monologue, dialogue ou autres) différentes de 10 à 15 minutes.

Espérant que ce projet vous séduira, c'est avec impatiente que j'attends de vos nouvelles et le plaisir de vous rencontrer pour en discuter plus en détails.

Bien cordialement,"

auquel nous avions répondu immédiatement et avec enthousiasme.

Comme dit le proverbe : "il y a loin de la coupe aux lèvres"...

Dominique Donnay

Un admirateur enthousiaste a néanmoins fait de nombreuses photos, que vous pourrez voir sur notre Picasa.

 

Lire la suite

Les cahiers au feu...

4 Juillet 2008 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Une saison au TURLg se termine fin juin. C'est vraiment le cas de le dire puisque, cette année, l'Assemblée générale statutaire de notre asbl s'est tenue le lundi 30 juin au soir.

Vacances, donc, mais pas chômage, loin de là, puisque nos vaillants animateurs assurent une kyrielle d'ateliers tout l'été.

Le blog, lui, va cesser de vous alimenter un moment. En attendant la rentrée et pour vous faire rêver - et vous tenir en forme -, voici la liste des tournées qui nous attendent, dès le début septembre :

- 2-9/9 : Stralsund (D) - Fin de siècle sur l'île
- 25-28/9 : Roinville-sous-Dourdan (F) - Le Joueur de flûte
- 6-10/10 : Lille (F) - Communication à une académie
- 15-19/10 : Lörrach (D) - idem
- 21-26/10 : Tartu-Tallinn (Estonie) - Fin de siècle sur l'île
- 1-7/11 : Marrakech (MAR) - Le Joueur de flûte
- 14/11 : Spa (B) - L'Enseigneur
... sauf erreur ou omission.

La RENTREE officielle pour les anciens et les NOUVEAUX est fixée au  mardi 23 septembre à 20h en la salle du quai Roosevelt.

D'ici là, bon vent estival à tous et à toutes,

RG
Lire la suite

Remise des prix du 14e Concours international d'écriture pour adolescents, organisé par l'Atelier de lecture asbl (Jean-Luc Davagle) en la salle du TURLg, le 21/06/08

24 Juin 2008 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Après "Le Texte théâtral", "La Correspondance",  "Le Fantastique", le thème de cette année était "Le Journal intime".

Le TURLg a été invité, cette fois encore, à présenter oralement des textes de lauréats, en présence d'un très nombreux public - international d'ailleurs. Les ministres M.-D. Simonet (Enseignement supérieur) et Ch. Dupont (Enseignement obligatoire) rehaussaient la séance de leur présence attentive.



Voici le texte de présentation de Robert Germay :

« Lundi 20 novembre 1916

Mon cher journal,

 

Tu ne peux savoir le soulagement que tu m’apportes quand je peux enfin me confier à toi. Mettre toutes mes craintes, toutes mes envies, tous mes espoirs, toutes les absurdités qui me passent par la tête sur le papier est pour moi un moment de totale évasion.

Je ne sais pas pourquoi je me suis remise à écrire dans ce vieux carnet de mon adolescence. Ce sont sûrement les circonstances de la vie qui en décident ainsi. Si je tourne quelques pages, me voici revenue trente et un ans en arrière. C’était en 1885, et je venais de vivre mon premier chagrin d’amour. Je m’en souviens comme si c’était hier. »

 

Chloé Angelini, 14 ans, de Nantes (F)

 

C’était une belle définition du journal intime, même si celui-ci, comme le voulait la règle, est fictif.

 

Je ne les ai pas lus tous : je ne suis pas dans le jury. Mais parmi la poignée que j’en ai lu (la crème), on retrouve des constantes sur le plan des thèmes et aussi une couleur : tout ça est souvent noir : la guerre, l’anorexie, le divorce des parents, la difficulté d’être différent… On finirait par croire que le monde  ne va pas bien… ma parole. Heureusement, l'humour n'est pas absent du tableau.

 

Ces thèmes, je les avais déjà retrouvés lors des concours précédents : le texte théâtral, la correspondance, le fantastique…

 

A côté de l’exercice même de l’utilisation de la langue pour structurer un écrit, un des mérites de ce concours est sans doute qu’il force les candidats à réfléchir sur le monde, au delà même de leur univers égocentrique immédiat. On sent que le particulier rejoint souvent le général : il y a un regard sur l’« autour de moi ». La fiction colle à une réalité qui interpelle ces jeunes. C’est bon signe.

 

Pour ce qui est de notre travail de mise en « scène », le Journal intime n’est pas de la tarte : tout se passe entre un moi… et une feuille blanche, à travers un bic ou une plume. On voit bien le tableau, mais il n’est pas facile à animer. Nous avons donc opté pour la  simple lecture de quelques extraits.

 


Alain Chevalier lisait alors un texte de Claire Mathot (1993), d'Ottignies. Puis, c'était au tour d'Alexandra Gérard de présenter des extraits du journal intime de Maryse Simonis (1995), de Chaudfontaine. Enfin, Robert Germay livrait quelques extraits du texte de Maxime Boulet (1990), de Montignies-sur-Sambre.





On aurait pu y passer le week-end tant il y avait matière à lecture. Mais il fallait rendre le micro au Grand Chambellan, Jean-Luc Davagle, qui commençait alors la -longue- remise des prix.



Il est question que le concours n'ait hélas pas lieu l'année prochaine pour cause de suppression de subsides, mais les deux ministres présents ont promis d'être attentifs au problème et de trouver des solutions pour l'avenir.



Croisons les doigts.

Toutes les photos : http://picasaweb.google.com/turlg2007/20080621Ecriture

 

Lire la suite

ODIeU...

28 Janvier 2008 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

 
Les commandes adressées par le Centre d’Action Laïque de Liège au Turlg se suivent et ne se ressemblent pas. Réalisation d’un spectacle de théâtre forum pour l’exposition sur la violence en 2005, animation théâtrale lors des huit heures pour les droits de l’homme en 2006 et, cette fois, conception d’une intervention destinée à prendre place au sein du programme de la quinzaine thématique dédiée au soixantième anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.


IMGP2415b.JPG

 

Tout comme Kafka (voir article précédent), la forme est ici aussi celle d’une conférence. Différence notable, la théâtralité apparente de l’interprétation est ici gommée au maximum. Selon la démarche du théâtre invisible1, le public vient réellement assister à une conférence (et doit être maintenu dans le leurre le plus longtemps possible) dont  l’intitulé officiel est le suivant :

« Les Droits de l’Homme … en question. »

Conférence par le Professeur Dominique Robert

Chargé de Conférence à l’Université de Lyon 2

Membre fondateur de l’Observatoire des Droits Individuels et Universels (ODIeU)

 

Sous l’intention affichée de «  présenter une vision réaliste, moderne et honnête, de la notion de  Droits de l’Homme », les propos du pseudo-conférencier vont de plus en plus déraper vers une somme de propos inadmissibles, inégalitaires, racistes, néo-fachistes, violents … mais toujours avec le sourire et sous le couvert d’une attitude et d’un langage posés et policés.

Ce texte a été créé le 8 janvier 2008 par le comédien Gaëtan Bilocq à l’ex-église Saint-André de Liège et a été représenté plusieurs fois au cours de la quinzaine. Il a été rédigé par Jean-Marc Lelaboureur, qui a également assuré l’animation des débats avec la salle qui s’en sont suivis. La sonorisation était assurée par Julien Legros.

Le public, aux réactions variables, variées, et parfois très riches, était essentiellement composé de  classes du secondaire supérieur, général et technique, de différents établissements d’enseignement situés en  Province de Liège. Les enseignants sont, bien entendu au courant de la supercherie, mais jouent le jeu jusqu’au bout.

Une captation audio partielle,  complétée d’interviews de participants, a été effectuée par Bénédicte Allié de la RTBF et diffusée sur Liège Matin dans le courant de la semaine.

Le projet semble,  globalement, être une réussite, et a suscité des réactions à la fois étonnées et enthousiastes. Il ne reste plus qu’à imaginer que d’autres classes pourraient en bénéficier…

Profitons-en également pour saluer la confiance que nous accorde le CAL Liège au travers de ses projets successifs et … rendez-vous est déjà pris pour une nouvelle intervention lors des prochaines  « 8 heures pour les droits de l’homme » au Campus 2000 de Jemeppe le 24 avril prochain.

 IMGP2421.JPG

 

1 Le théâtre invisible a été inventé en Amérique latine, à un moment où il devenait trop dangereux de   militer de façon traditionnelle ouvertement. On joue une scène au milieu de gens qui ne sont pas des spectateurs : dans la rue, la queue d’un cinéma, un restaurant, un marché, un train... Ceux qui se trouvent là assistent à la scène par hasard et ignorent qu’il s’agit d’un spectacle. Il s’agit de provoquer dans la réalité une situation conflictuelle qui pose un problème politique. « Non pas de créer une violence », dit Augusto Boal, son fondateur, mais de « rendre visible une violence invisible », c’est-à-dire de « révéler une violence », violences qui sont cachées, ou bien « qu’à force de voir, on ne voit plus ».

 

Lire la suite

Kafka à l'Embarcadère du savoir

18 Janvier 2008 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #Ca turbine au TURLg

Les deuxièmes Journées Hubert Curien ont été organisées à Liège dans le cadre de la collaboration entre Nancy-Université (fédération de trois universités nancéiennes et l'Université de Liège, du mercredi 16 au vendredi 18 janvier 2008. Le thème en était : "Culture scientifique, technique et industrielle et développement des régions".

Le premier soir de cette importante rencontre pilotée de main de maître par l'Embarcadère du savoir (www.embacaderedusavoir.ulg.ac.be) fut marqué par une représentation par le TURLg de sa Communication à une académie de Franz KAFKA, à 19h, à la Maison de la Métallurgie, en apéritif au souper du colloque. Merci encore à Monsieur le Doyen J.-M. BOUQUEGNEAU, secrétaire-trésorier-administrateur délégué de l'Embarcadère du savoir, d'avoir pensé à nous pour un des volets culturels de la manifestation.

Un éminent parterre d'une cinquantaine de "colloqués", parmi lesquels on notait la présence dudit Doyen, du Pr. Melchior WATHELET, président, et de François RONDAY, Administrateur de l'ULg, ont assisté à notre prestation.

DSC-0028-copie-1.JPG

Notre Kafka a déjà eu une belle carrière : créé le 1/10/94, le spectacle a tourné dans quatre continents, dans des villes aussi diverses et éloignées que Jérusalem, Québec, Vilnius, Agadir, Buffalo, Bochum, Rouen, Urbino, Murcia,... Cette séance était la 78e reprise, et ,comme chaque fois, force est de reconnaître que Kaflka était et reste déroutant de pertinence, surtout à travers son humour féroce... au second degré.

Preuve en sont les réactions toujours si différentes d'un public à l'autre que nous observons régulièrement d'une salle et d'un auditoire à l'autre, tant en Belgique qu'à l'étranger, auprès d'étudiants, d'académiciens ou du "grand public".

Sacré Franz ! Longue vie !

DSC-0033.JPG

DSC-0031.JPG
DSC-0041.JPG
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 > >>