Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

la vie (parallele) du turlg

Ritu 26, deux fois 13...

21 Février 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

Ou : On ne se méfie jamais assez, non seulement du 7, mais de tout le mois de février

Nous avons toujours mis en avant, auprès des autorités subsidiantes, le fait que Ritu draine à Liège un nombre significatif d'étrangers qui, sinon, n'y auraient jamais mis les pieds. Et qui en repartent ravis, et, parfois, y reviennent pour y faire du tourisme sous une météo plus clémente.

Mais cette année, nous avons aussi fait travailler les hôpitaux : ça a commencé fort, avec le cuisinier de l'Auberge Simenon qui a décidé de se mettre en chômage technique en se passant le doigt dans la trancheuse. Vincent Pagacz l'a emmené à l'hôpital de la Citadelle dimanche dernier. Ca a continué avec un étudiant estonien, qui, après avoir fait une mauvaise chute (un peu alcoolisée, à ce qu'on dit...) dans sa chambre, a visité les urgences de l'hôpital Saint Joseph, où on l'a envoyé se faire pendre ailleurs, puis de la Citadelle.

Le Chef ne voulait pas être en reste. Il s'est donc payé une jolie crise d'appendicite, et est passé sur le billard la nuit de vendredi. A la Citadelle, lui aussi. Il va bien.

Alban Bouriez, membre de l'équipe technique, et par ailleurs beau-fils du Chef, trouvait que Saint Joseph était défavorisé dans toute cette histoire. Il a fait un incident cardio-vasculaire pour pouvoir rétablir l'équilibre. Il va bien, lui aussi.

A part ça, Ritu 26 se déroule bien, très bien même : programmation variée et de qualité, groupes enthousiastes, (rien que des nouvelles troupes, cette année), équipe technique impeccable, bénévoles motivés, le bonheur...

Alors, deux fois 13, porte-bonheur ou porte-malheur... ???

Monique

PS : aujourd'hui, lundi, le Chef est sorti de l'hôpital. Il est même déjà passé au bureau. Tout est rentré dans l'ordre, donc.
Lire la suite

Méfiez-vous du 7 février !

10 Février 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

On parle beaucoup du chiffre 13. Va-t-il falloir désormais frémir devant le 7 ?

Le samedi 7 février 2009 n’a, en tout cas, pas été un bon jour pour le TURLg.

Le même soir :
1. Dominique Donnay perdait son GSM, indispensable outil de travail… et familial ;
2. un(e) malandrin(e) a volé la recette de la billetterie du vendredi et du samedi, pourtant bien planquée par Philippe, notre caissière à barbe, et ceci, pendant que se déroulait l’avant-dernière de la Jeune Première (sans jeu de mots). Il n’y a plus rien de sacré !
3. Et pour finir la soirée en beauté, ladite Jeune Première, Marie (dans le civil : Fanny Thyssen), après le salut (heureusement !!??),  s’est fracturé la malléole externe du pied gauche. Frénétique excitation due aux applaudissements chaleureux ? Bref, douleurs, urgences de la Citadelle et plâtre, le tout en une heure. Chapeau !


La dernière du dimanche s’annonçait mal. Mais le groupe connaît manifestement la devise du Théâtre : The Show must go on !  Et, dès le retour de l’éclopée à 23h00 le samedi, ils répétaient pour arranger le coup le lendemain. C’est ainsi que le public du dimanche après-midi a pu voir une toute nouvelle version de la pièce, avec le personnage principal, Marie la Prof, évoluant en scène dans un fauteuil roulant poussé par Patrick Antoine, le dévoué metteur en scène, poussé lui-même… dans ses derniers retranchements.


Le résultat fut fort bien. Il m’est même revenu que le jeu dans certains passages de la pièce y avait gagné !


Je dis qu’on reconnaît les bon(ne)s acteurs/trices à la manière dont ils/elles posent et déplacent les pieds en scène (en revanche, les mauvais(e)s jouent "comme des pieds").


Ici, il semble que le compromis entre les pieds de Patrick et le "reste" de Fanny/Marie ait fait merveille. Ceci venant confirmer ma théorie…


On pourrait en tout cas signaler à l’auteur, Jean-Pierre Dopagne, un titre alternatif – en cas de force majeure – pour sa pièce : La Jeune Première à mobilité réduite.


Cette séance à tout le moins mémorable clôturait ainsi une belle série de reprise de la pièce qui avait fort agréablement mûri et évolué depuis sa création la saison dernière. Et on peut croire que l’aventure n’est pas finie.


R.G.

Lire la suite

Un long fleuve tranquille ???

5 Février 2009 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

Ce mardi 3 février 09, Karin et Pascal Renard-Jadoul fêtaient à la cafète du TURLg leur 10e anniversaire de mariage. Eh oui, il paraît que ça se fête. C'était en tout cas pour nous (bureau) une surprise. Ce fut une belle occasion pour pas mal d'anciens et/ou sympathisants du TURLg de se retrouver autour d'un fort apétissant et goûteux buffet varié.

Il faudra qu'un jour on fasse le compte des couples qui se sont faits, défaits, stabilisés, déstabilisés, légitimés, délégitimés, avec ou sans procréation - calme ou déchaînée - au sein de la grande famille du TLG-TULg-TURLg united.

Du boulot pour les archéo-socio-psycho-ethno-étho-éroto-logues... Ci-dessous, un petit album photo - très - improvisé du Chef.

Trebor Yamreg.

Ps : le Chef devait être ému et avoir des larmes dans les yeux, les photos sont souvent un peu "babloues". (Monique)
Lire la suite

Noël, c'est du boudin !

23 Décembre 2008 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

Nous en avons fait une tradition : hier lundi (le 22, ça s'imposait !), nous avons réuni autour d'un boudinesque buffet, les animateurs, les chefs de projets, les techniciens, le personnel, les bébés... bref, tous les gourmands impénitents que compte le TURLg.

C'était bien bon, ma foi ! merci à Philippe d'avoir si bien préparé et présenté les plats !

Et voici les photos, prises de main de maître par le Chef (que, du coup, on ne voit pas sur les photos...)
Lire la suite

Moscou a bien changé... et ce n'est pas fini.

21 Novembre 2008 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

Mission à Moscou de Robert Germay, comme Président fondateur de l’AITU et membre du jury du 4ème Festival de Théâtre universitaire de Moscou, 11-17 novembre 2008.

___________________________________________________________________________

 

En 1992 déjà, j’étais invité à participer à un colloque organisé par le théâtre MOST de l’Université d’Etat de Moscou (MSU), dirigé par Evgeni Slavutin et Irina Alexandrovna Bolchakova, et par l’AITA de Russie (Association Internationale du Théâtre Amateur). Le but était d’y envisager une association des théâtres universitaires sur le plan international et j’y rencontrai, outre des collègues russes, des représentants de Norvège, Etats-Unis, e.a.,… et, surtout, je découvrais Moscou peu après la chute du mur.

 

Les temps devinrent alors durs pour le MOST qui dût renoncer à son festival à peine lancé, et… l’Association Internationale du Théâtre à l’Université (AITU) vit ainsi le jour finalement à Liège en 1994. Il faut dire qu’elle y était déjà en gestation depuis 1990, à travers nos RITU. Il faut dire aussi que la plupart des théâtres universitaires russes sont, depuis très longtemps, affiliés à l’AITA avec laquelle l’AITU entretient au demeurant d’excellents rapports, tout autant qu’avec l’ITI (International Theatre Institute - UNESCO) qui concerne, lui, essentiellement le théâtre professionnel.

 

Après quelques années de vaches maigres donc, le MOST a relancé en 2006 son festival, destiné à être biennal. Cette édition-ci est donc la 4ème en 16 ans ! La prochaine est prévue pour 2010 ; après quoi il sera question, paraît-il, de rendre l’événement annuel.

 

J’ai appris par ailleurs que, bien qu’occupant des bureaux au sein du monumental bâtiment principal de l’Université d’Etat de Moscou (MSU, un building colossal, bâti après la 2ème guerre mondiale, sur ordre de Staline, par des prisonniers de guerre allemands – Merci Joseph, merci Adolf), bien qu’ implanté donc au cœur de l’Université, le MOST reçoit essentiellement de l’aide de la Mairie de Moscou, pas de la MSU. Etrange, mais soit.

 

Le MOST est très actif et productif. J’ai eu l’occasion d’apprécier, en ouverture – hors compétition – du Festival, leur « Cyrano » : une gageure pour un théâtre amateur. Mais la combinaison d’une excellente dramaturgie, d’une scénographie très réussie et d’un jeu remarquable des comédien/nes en fait un spectacle de remarquable qualité.

 

Les différentes troupes présentes étaient par ordre chronologique de présentation :  

- le Théâtre du « 7ème étage » de l’Université de la Culture et des Arts de Minsk, Belarus, avec « Swine Tricks » (Tours de cochon), de A. Bogdan.

 

- le Théâtre – studio « Centre » de l’Université de St Petersbourg, avec « Ciel bleu avec nuages » d’après Vladimir Arro.

 

- le Studio – Théâtre Maneken de l’Université d’Etat du Sud-Oural, Tchélyabinsk, avec « Contes de femmes », création collective.

 

- le « People’s Drama Student Theatre Na Balkone » de l’Université d’Etat de Minsk, Belarus, avec « 3 S or Something Scarcely Stated » de T. Williams.

 

- le « Student people’s Theatre » de l’Institut d’Ingénierie mécanique de St Petersbourg, avec « 1,60 roubles ne font pas le compte », d’après Viktoria Tokareva.

 

- le People’s Student Theatre « Profile » de l’Université de pédagogie de Tchélyabinsk avec « Tuyaux utiles pour la vie », d’après les nouvelles de Yaroslaw Gashek.

 

- le Théâtre Minimum de l’Université de Vilnius, Lituanie, avec « Marguerite », d’après Goethe.

 

- le Théâtre « Pro Forma » de Glivice, Pologne, avec « Ro-Zwal » de Mateusz Potoczek, d’après le roman de Slavomir Shuta. 

 

- le Théâtre « Spirovite » de l’Université Neofit Rilsky de Blagoevgrad, Bulgarie avec « Zoo Story » d’E. Albee. 

 

- Le Théâtre « Plastic Dance » MIHR, de Yerevan, Arménie, avec « Suis-je fou ? », danse-performance. 

 

- et le Théâtre MOST clôturait la semaine avec une avant-première – hors compétition –   de « Chekhov sur le sofa ».  

 

Je me plais à signaler que la plupart de ces théâtres sont de vieilles connaissances du TURLg qui, grand voyageur devant l’Eternel, a déjà participé aux festivals de Minsk, St Petersbourg, Tchélyabinsk, et Vilnius. On se croise et recroise souvent dans le « petit monde » du théâtre universitaire.

 

A mes côtés, dans le jury, je retrouvais aussi de vieilles connaissances : Irina Alexandrovna Bolchakova (Moscou), Ouriel Zohar (Israël), Mikhail Chumachenko (Moscou), et j’apprenais à connaître Olga Galakhova (critique théâtrale de Moscou) et Aivars Ikselis (metteur en scène de Valka, Lettonie).

 

A l’unanimité, le jury a décerné le Grand prix au Théâtre Maneken de Tchélyabinsk, distinction amplement méritée tant par la richesse d’invention et de créativité que par l’excellent jeu de toute la troupe : un exemple remarquable de création collective, qui franchit allègrement la barrière de la langue. (Du bon TURLg quoi !)

 

Le théâtre russe en général a eu une influence extraordinaire sur tout le théâtre du 20ème siècle, non seulement avec des auteurs « monumentaux » (Tchekov, Gorki, Maïakovski), mais aussi avec des pédagogues incontournables comme Stanislavski ou Meyerhold. Le théâtre universitaire russe en particulier affiche depuis toujours une belle vitalité : il fleurit un peu partout dans la plupart des universités de cet immense pays, et de plus en plus de festivals de TU s’y créent régulièrement. C’était donc une chance pour le Président fondateur de l’AITU que je suis de pouvoir ainsi renforcer nos liens avec les théâtres et les organisations d’étudiants de la  Grande Russie.

 

Un dernier couplet sur Moscou : quasi méconnaissable en 16 ans ! On parle de 12 millions d’habitants (dont 4 millions d’illégaux, paraît-il). Le trafic automobile y est devenu tellement dense que les artères principales, kilométriques, souvent à 10 bandes de circulation, sont perpétuellement « bouchonnées » (le Ring de Bruxelles à côté, c’est de la gnognote !). Quant au métro, en semaine, c’est une gigantesque boîte de sardines. Partout le luxe « à l’occidentale » s’affiche dans les magasins : j’y ai vu un concessionnaire Rolls Royce, présentant 3 exemplaires en vitrine ;  aucune marque de prestige – en voitures, vêtements, parfums, … –  ne manque à l’appel ; et des nouveaux buildings de verre se dressent un peu partout « à l’américaine ». Ah, où est le « good old East ». Mais le Kremlin est toujours aussi imposant et à la même place… rouge : c’est mon ultime point de repère dans une mégapole gigantesque, où un expresso se paie 2 euros quand même…

 

Pour conclure, je dois remercier toute l’équipe du Théâtre MOST qui s’est dévouée sans compter pour rendre mon séjour agréable, en particulier en facilitant mes déplacements dans cette ville tentaculaire. J’ai d’ores et déjà invité leurs directeur/trice à participer à RiTU 26 en observateurs à Liège en février 2009, en attendant d’y inviter un jour le théâtre lui-même.

 

Merci aussi au FNRS (Fonds National de la Recherche Scientifique) qui a pris en charge mon billet d’avion.

 

Rien à redire sur Aéroflot : vol très confortable !

 

Et de toute façon, il aurait pu pleuvoir.

 

Robert Germay.

 

 

 

Photos sur: http://picasaweb.google.fr/turlgphotos/Moscou

 
Lire la suite

Pierre en congé

28 Octobre 2008 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

Pierre n'est pas le bienvenu chez Ikea

Aujourd'hui, lundi 27 octobre 2008, maman Renard a emmené ses trois renardeaux chez Ikea à Hognoul. Là, pendant que les "grands" déambulent entre les meubles montés, les "petits" peuvent s'amuser dans un espace qui leur est dédié. Super!

Pendant que maman empilait sur son caddy plats et étagères, les renardeaux se défoulaient, dessinaient, rampaient, reprenaient leur souffle devant les dessins animés...

Quand maman Renard est venue rechercher ses renardeaux après le passage à la caisse, un "vilain monsieur" a dit que Pierre ne pourrait plus venir la prochaine fois car il porte un corset...

Question: Est-ce maman Renard qui l'a mal ressenti? Ou est-ce la peur de la différence, l'inquiétude face à une situation nouvelle, inattendue? Ou...?

Voilà une petite sortie en famille qui laisse perplexe et surtout a heurté Pierre, qui a l'habitude de vivre comme tous les enfants de 3 ans, à la maison, à l'école, à la plaine de jeux... et de toucher tous ceux qu'il rencontre par sa grande maturité et sa sociabilité.

Pourtant, ils devraient être contents chez Ikea: le corset de Pierre est un exemple de montage de pièces détachées.

Karin Jadoul

Lire la suite

Retrouvailles, Journées du Patrimoine, Fête du Musée en Plein Air: Oui! nos affaires on repris

22 Septembre 2008 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

Sur les chapeaux de roue et en fanfare, s.v.p.!.

Présence assurée, tout d'abord, comme chaque année, au Parc de la Boverie pour la 17ème édition  de "Retrouvailles" (6 et 7 septembre), rendez-vous annuel devenu incontournable pour toutes les associations ou clubs de loisirs de la région. Merci à l'Echevinat de l'Urbanisme, de l'Environnement et du Tourisme de la Ville de Liège pour cette initiative durable et merci, surtout, aux TURLgiens - trop peu nombreux que j'ose à peine les citer, ils rougiraient! - qui ont consacré un peu de leur week-end à faire la promotion des activités de la maison.

Et une triple présence, le week
-end suivant (13 et 14 septembre),  pour les journées du Patrimoine 2008:


1) Deux prestations de notre DRAFT locale à la Fête du Musée en Plein Air du Sart Tilman le samedi 13. Avec toute l'expression de notre désappointement face à la météo « drache-nationalesque » qui a dû noyer tous les efforts des organisateurs qui l'avaient si bien et si longuement préparée!

2)  La présentation en serie - le mot est faible - d'une scène mettant Simenon (Giancarlo Erbi) aux prises avec son commissaire Maigret (Raphaël Homburg) pendant la visite guidée du Fonds Simenon au Château de Colonster (vous les avez peut-être vus au JT du samedi soir sur la Une?).

3) En fin, une évocation - à la chaîne, autre mot faible- de l'inauguration de la Salle Académique de l'Ulg, le 11 octobre 1824 par la lecture d'un extrait du discours du Recteur de l'époque (Robert Germay) que l'on disait alors "Magnifique", lecture annoncée par un huissier de taille (Brice Wathelet) et interrompue - par un jeu anachronique de quelques années dont le théâtre a le secret - par des interventions de quelques grandes figures de la Révolution Belge de 1830, le Baron de Gerlache (Vincent Canueto, dit Coppola) et sa femme (Anne-France Hallet), Maître Devaux (Franco Marcato) et Cie....


Merci à tous ces forçats de TURLgiens qui ont répondu à nos appels et qui ont si bien assuré toutes ces journées.


A tous, à mardi (23/09)!

 

Alain

Lire la suite

Le prochain BBQ du TURLg aura lieu… dans un an

30 Juin 2008 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

Malgré un couac au départ (le barbecue promis par la Fédé ne nous a jamais été livré !), le BBQ traditionnel de fin de saison du TURLg s’est très bien déroulé, ce dimanche 29/6, à partir de 18h à la Chimie.

Merci à Catherine Wambreuse et Michèle Potier pour le prêt en catastrophe de grilles de substitution et bravo à Pascal Renard qui a bouté le feu de main de maître.

Bonnes viandes, bons cuistots, bon barman, bons convives, chorale toujours aussi dramatique que délassante, météo agréable….

Que demande le peuple ? A ce propos, comptez le nombre de participants en visionnant les photos de l’album.

A l’année prochaine !

 


RG


Lire la suite

Barbecue

18 Juin 2008 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

Notre traditionnel barbecue aura donc lieu le dimanche 29 juin 2008, à partir de 18 heures, dans la cour de la Chimie.
 
Apportez votre viande, et une éventuelle douceur (gâteau au chocolat, tiramisu, tarte, salade de fruits...). Nous fournissons des crudités et du pain.
 
Le bar (payant) sera ouvert comme pour un spectacle.
 
SVP, pour des raisons d'organisation, CONFIRMEZ VOTRE VENUE à turlg@ulg.ac.be
 
Merci, et au 29 !
Lire la suite

Le TURLg pour les Nuls

12 Décembre 2007 , Rédigé par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège Publié dans #La vie (parallèle) du TURLg

Une étudiante nous demandait
  "... j'aimerais réserver deux places pour votre piece de theatre [...]
Je n'ai jamais participé à ce genre d'activité... donc je ne sais pas trop comment cela fonctionne..."
 
Nous avons saisi la balle au bond pour pondre ce vade-mecum du spectateur débutant :
Mademoiselle,

Je vous rassure tout de suite: je pense que ça va se passer très bien. Tout d'abord, vous
allez faire en sorte de bien repérer l'accès à notre salle (sur le Quai Roosevelt) afin d'éviter de vous perdre dans les méandres du bâtiment central de la Place du XX Août. Vous arriverez un peu à l'avance de manière à acheter votre ticket à la caisse (étudiants ULg=4 euros) et à avoir le temps, si le coeur vous en dit de prendre un rafraîchissement ou une boisson chaude (selon les hasards de la météo) dans notre cafétéria, fort accueillante, il faut le dire, en jetant un oeil intéressé sur la vidéo de l'une ou ou l'autre de nos productions passées. Vous y rencontrerez peut-être des connaissances ou, mieux encore, vous en ferez de nouvelles.
 
Lorsque l'heure d'accéder à la salle sonnera (c'est à dire lorsque les portes s'en ouvriront) vous vous laisserez guider par le flot et gagnerez le siège de votre choix (les places ne sont pas numérotées). Evitez toutefois les places trop latérales, pour des raisons de visibilité que vous constaterez aisément. Si vous êtes un peu frileuse, nous vous recommandons les places du haut de la salle; si par contre la chaleur vous incommode, nous préconisons les premiers rangs. Vous aurez bien évidemment pris soin d'éteindre votre gsm, de manière à ne pas perturber la représentation par des sonneries, voire vibreurs intempestifs.

Pendant le déroulement du spectacle, vous avez carte blanche pour réagir à votre meilleure convenance. Les rires sont toujours les bienvenus, à bon escient, s'entend. A la fin du spectacle, vous pourrez manifester votre plaisir, comme vos voisins, en frappant vos mains l'une sur l'autre de manière répétitive, aussi souvent que les comédiens, qui aiment en fin de représentation constater que les spectateurs ont éprouvé du plaisir à suivre leur jeu, réapparaîtront en scène pour vous saluer. La soirée peut ensuite se poursuivre par un nouveau passage à la cafétéria (toujours aussi conviviale) dans la mesure où vous aurez peut-être envie de prolonger votre plaisir en débattant de la pièce avec vos amis et connaissances, ou en exprimant vos félicitations de vive voix aux comédiens, qui ne tarderont pas à y débouler pour se désaltérer.

Voilà, grosso modo, comment cela fonctionne. Si cette procédure vous agrée, rendez-vous donc vendredi.

Au plaisir de vous rencontrer.


Faites passer ce mode d'emploi à vos parents, amis et connaissances...
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>