Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Décès de Pierre Peusgen, le 18 mars 2014

25 Mars 2014, 09:15am

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

Nous apprenons avec tristesse le décès de Pierre Peusgen, victime d’un infarctus à l’âge de 60 ans.

Non-germaniste, mais germanophone bilingue, Pierre Peusgen – que nous appelions communément Pierrot – avait rejoint le TLG (Theater der Lütticher Germanisten) pour participer à Himmelwärts, de Ö. von Horvath lors de la deuxième saison du spectacle en 1974-75. Il assurait le rôle d’un ange infirmier dans l’« équipe » de Saint Pierre au Paradis : aujourd’hui, à 60 ans, c’est bien jeune pour vouloir aller vérifier si tout se passe là-haut comme nous l’avions imaginé en 1974… c’est un peu pousser loin la conscience professionnelle… ! Sacré Pierrot !

Après celui d’un ange, il endossait le rôle du porcher (Sauhirt) dans Herkules und der Stall des Augias de F. Dürenmatt, en 1977. Sa collaboration avec le TLG fut, par la suite, principalement musicale : il a ainsi composé les musiques originales – formidables ! – des pièces suivantes, successivement, Scherz, Satire, Ironie und tiefere Bedeutung de C.D. Grabbe (1978), Mugnog-Kinder, de R. Hachfeld (Grips-Theater- 1980), et Die Versicherung de P. Weiss (1981).

Cela ne l’a pas empêché de reprendre aussi un rôle de remplacement dans Grabbe, pour une tournée en Pologne, à Cracovie, en 1980, où il a animé tant de nos soirées – et nuits – au piano, souvent en duo avec le grand saxophoniste de jazz Janusz Mouniak, qui l’a invité, d’ailleurs, à l’accompagner bientôt en tournée avec son quartett, excusez du peu. Quant à Mugnog Kinder, il accompagnait le spectacle au piano live (avec Catherine Wambreuse à la guitare). Car Pierrot était un pianiste de haut vol et un passionné qui a consacré une grande partie de sa vie à la musique, évidemment en « direct », en jouant dans de nombreux groupes de jazz, mais aussi en collaborant aux émissions musicale de la BRF à Eupen. Sur la fin, il y animait une émission (« Echo Nord ») qui avait pour objet sa chère région de La Calamine, dont il mettait à l’honneur le dialecte. Il continuait d’ailleurs à participer aux activités de la Volksbühne Kelmis : la fibre théâtrale était intacte.

Il laisse le souvenir d’une personnalité attachante, à la fois singulière et conviviale. Nous garderons toujours en mémoire sa moustache débonnaire et rieuse.

Nous présentons à sa famille et à ses proches nos plus sincères condoléances.

A + là-haut, donc, cher Pierrot…

Robert Germay

Le décès de Pierre Peusgen sur le site de la BRF

Commenter cet article