Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

Le 20e Festival International de Théâtre Universitaire de Saint-Jacques de Compostelle (Santiago de Compostela) reçoit le TURLg, 19-23 février 2014

26 Février 2014, 15:49pm

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

Santiago en février 2014

Les photos

Ce séjour – du mercredi 19 au dimanche 23 février 2014 – était ainsi notre 3e participation au Festival Internacional de Teatro Universitario de Santiago de Compostela, organisé par l’Universidade de Santiago de Compostela (USC), Vicerrettoria de Estudiantes, Cultura e Formacion Continua, Aula de Teatro. Cette fois, c’est Le Dernier Godot qui jouait au pèlerin, avec David Zapico/Godot , Vincent Canueto/Beckett , Renaud Minet à la technique , Robert Germay, le Chef, à la mise en scène, et Alain Chevalier, l’actuel co-directeur du TURLg, aux relations publiques.

Autrefois, notre déjà fameuse Communication à une académie de Kafka  (assurée alors par Vincent Pagacz, Rachid Bellitir et le Chef RG) découvrait, en mars 2003, le 9e festival galicien, et en profitait, d’ailleurs, pour donner aussi une représentation dans un patelin voisin, à Lugo, en plus de Saint-Jacques même ; et, cinq ans plus tard, en avril 2008, c’est l’équipe du non moins glorieux Si tu m’aimes  (avec, en scène, Vincent Pagacz, Chantal Heck, Dominique Donnay et Robert Germay, et, à la technique, Martine Stiénon) qui défendait les couleurs du TURLg à la 14e édition dudit Festival de Santiago (les curieux pourront relire ce que nous écrivions alors dans notre blog, le 7 avril 2008 : http://turlg.over-blog.fr/article-18526698.html

Certes, ce blog permet de rendre compte de la tournée proprement dite, mais c’est aussi l’occasion de faire une petite mise  au point « historico-archivistique » : ici, en ce qui concerne nos relations avec nos amis Ibères (par parenthèse, il fut très rude cette fois-ci, l’Ibère, en février 2014 : en 2008, par comparaison, avril était estival).Santiago en avril 2008

Bref, voici donc, une rapide rétrospective de nos relations ibériques :

  • en 1983 déjà, le Grumo de Teatro de Madrid participait à notre 1er FITU liégeois (Notre Festival n’avait pas encore cet R de Rencontre, qui apparaitra en 1987 avec  RITU 4) : c’était une des 4 productions étrangères (avec Lublin, Belgrade et Brescia) de cette 1ère édition.
    Madrid figurera encore dans nos RITU en 1992/RITU 9 (Teatro del Duende) ; 1996/RITU 13 (Escuela Superior de Arte Dramatico de Torrelodones) ; et en 2004/RITU 21 (Tic-Tac Teatro) ;
  • en 1987, RITU 4 accueillait le Grupo de Teatro El traje de Artaud, de Séville ;
  • suivait, en 1990, à RITU 7, l’Aula de Teatro de Murcia, qui reviendra à Liège encore en 1997 (RITU 14) et en 2003 (RITU 20) ;
  • Alicante débarquait à Liège pour RITU 16 en 1999 ;
  • et en 2005, c’était Granada, pour RITU 22 ;
  • Santiago de Compostela a visité Liège pour la première fois en 2006, pour RITU 23, puis aux éditions 26 (2009), 28 (2011) et 30 (2013). La troupe de Roberto Salgueiro sera encore là cette année 2014 à RITU 31, qui coïncidera avec le 10e Congrès mondial de l’Association Internationale du Théâtre à l’Université (AITU), organisé par le TURLg pour célébrer le 20e anniversaire de l’Association, fondée à Liège en 1994 ;
  • enfin, RITU 29 programmait en 2012, le Teatro Abrego de Oruña de Piélagos.  

Voilà pour les accueils à Liège. Au rayon des tournées du TURLg en Espagne, nous pouvons épingler à notre palmarès :

  • mars 1989 : Murcia, avec Le Projecteur réparé
  • novembre 1995 : Murcia, avec En Pleine Mer
  • décembre 1997 : Murcia et Alicante, avec Cymbeline
  • mars 2003 : Santiago de Compostela, avec Communication à une académie
  • novembre 2003 : Murcia, avec Poivre de Cayenne
  • avril 2005 : Granada, avec Si tu m’aimes
  • novembre 2005 : Murcia, avec Communication à une académie
  • avril 2008 : Santiago de Compostela, avec Si tu m’aimes
  • mars 2009 : Murcia, avec Si tu m’aimes
  • et, donc, février 2014 : Santiago de Compostela, avec Le Dernier Godot

Ce survol historique était – je l’avoue – un peu indigeste, mais ce genre de récapitulatif est parfois utile pour remettre quelques archives en place. Croyez-en un vieux chef… !

Je passe maintenant la plume à Alain Chevalier, qui va nous en dire plus – enfin ! – sur cette tournée-ci.

 

Enfin ! Oui ! Mais cette rétrospective, qui témoigne des longues et multiples relations que nous avons entretenues et entretenons toujours avec la péninsule ibérique et, en particulier, avec l’Aula de Teatro de Santiago, nous indique que la terre d’Espagne est un terrain solide sur lequel nous pouvons continuer à construire nos échanges actuels et futurs. 

Cette tournée en fut à nouveau la confirmation. Cette 20e édition du Festival de Santiago proposait à l’affiche 5 spectacles et s’ouvrait les lundi 17 et mardi 18  par Apnea, la nouvelle création de la troupe de Roberto Salguiero. Comme nous ne sommes arrivés que le mercredi, nous n’avons pu découvrir cette pièce. Mais peu importe finalement, elle est parmi les spectacles qui ont été retenus pour notre RITU 2014 ainsi que le signalait Robert plus haut. Nous le verrons donc en juin prochain. Nous y avons ensuite retrouvé nos amis US du Core Theatre Ensemble de la Old Dominium University de Norfolk (Virginie) et leur Poe Project présenté déjà en 2010 à notre RITU 27. Jeudi, nous découvrions Platero y Yo, un des grands classiques de la littérature espagnole racontant, transposé à la scène par le Teatro Rodante, de l’Université de Puerto Rico, mêlant danse, chant, musique et scénographie haute en couleurs comme vous pourrez le voir sur les photos en annexe. Enfin, nous retrouvions aussi nos amis de la Troupe Minimum et leur spectacle Circus, vu en septembre dernier à Minsk. Contacts pris et repris… Enfin, nous avons clôturé le festival avec brio et… notre Godot qui a remporté sans conteste un grand succès auprès du public. J’en veux pour preuve tant les nombreuses félicitations reçues dans les coulisses juste après le spectacle que l’ambiance festive qui a régné ensuite au « bar de ralliement », je vous renvoie là aussi aux photos.DG Santiago 2014

Quant à l’accueil qui nous fut réservé, il fut sans faille et toujours extrêmement cordial avec une résidence universitaire sur le campus de très bonne tenue et à 15 minutes à pied du centre-ville pour notre logement et nos repas, et pour notre spectacle, un accueil technique professionnel au théâtre municipal du Salon Teatro. Quant à la joyeuse équipe des étudiants chargés de nous accueillir, elle a toujours répondu présente… jusqu’à « z’heure et quart » pour rendre notre séjour des plus agréables et des plus… savoureux, tapas and co. ! Qu’ils en soient tous chaleureusement et donc espagnolement remerciés. Et s’il fallait à tout prix ajouter un bémol, alors parlons des quelques petits retards sans conséquences à quelques rendez-vous. « Si, pero, bueno, estamos en España y nobody is perfect/nadie es perfecto!»

 

AC et RG (le petit reporter)

Commenter cet article