Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog du Théâtre Universitaire Royal de Liège

« Petrezselymet árul » ou « Pénélope a fait tapisserie à Pécs » - Xe Festival International de Théâtre Universitaire de Pécs, 3-6 novembre 2016

16 Novembre 2016, 15:28pm

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

« Petrezselymet árul » ou « Pénélope a fait tapisserie à Pécs » - Xe Festival International de Théâtre Universitaire de Pécs, 3-6 novembre 2016

Nos photos

Pour cette Xe édition (et le vingtième anniversaire du théâtre universitaire de Pécs), les organisateurs du festival Janus avaient mis les petits plats dans les grands. D’autant plus que cet anniversaire correspondait (à un an près, mais le festival est biennal) avec les 650 ans de l’Université elle-même, ce qui en fait une des plus vieilles d’Europe (mais notons quand même que si, effectivement, elle a officiellement été fondée en 1367, elle fut supprimée à une date que j’ignore, et refondée en 1912).

Nous étions donc – pour notre troisème visite dans la ville - accueillis dans un superbe hôtel quatre étoiles, près du Centre Culturel Zsolnay, où avaient lieu toutes les représentations, dans deux salles différentes : la « boîte noire » du théâtre universitaire, et le théâtre Bóbita, où s’est produite notre Pénélope.

Pour fêter dignement ce Xe anniversaire, donc, les organisateurs s’étaient donné la mission de programmer dix spectacles, issus d’une sélection.

Il faut dire que, même si nous-mêmes n’aimons pas sélectionner des spectacles sur dossier (car certains théâtres universitaires, étant amateurs, n’ont pas les moyens de constituer des dossiers solides, et parce que, si sélection il doit y avoir, la seule façon de juger un spectacle vivant est de le voir – et, pour un festival de théâtre universitaire, c’est pour ainsi dire impossible), cette politique a eu pour résultat de nous offrir un éventail de productions très variées et de grande qualité.

Nous n’avons pu échapper à la traditionnelle « discussion professionelle » du lendemain de représentation, mais les membres du jury avaient, cette année, deux qualités : ils étaient concis et ne cherchaient pas à étaler leur savoir théâtral, ce qui est souvent le cas. Et nous avons pu constater, grâce aux différents retours, que notre Pénélope est capable de passer avec brio la barrière de la langue.

En l’absence de meeting point, nous avons malheureusement eu peu d’occasions de rencontrer les autres troupes en dehors des spectacles, à part lors de la soirée de clôture du samedi, qui eut lieu dans un bar sympathique et proche de l’hôtel (sage précaution en cas de soirée arrosée de bière hongroise et de palinka).

La cérémonie de clôture, sympathique et sans chichis, ne s’est pas éternisée, et le jury avait pris la sage décision de ne pas multiplier des prix sans grande signification.

Que dire d’autre, sinon que notre groupe, dont certains membres tournaient pour la première fois, a bien profité de cette belle semaine pour découvrir la diversité du théâtre universitaire européen (et non pas mondial, la troupe de Lubumbashi ayant fait défection) et pour parcourir les rues, les monuments et les cafés sympathiques de la ville. Nous sommes prêts pour la prochaine !

Dominique Donnay

Vous trouverez des photos du festival ici

« Petrezselymet árul » ou « Pénélope a fait tapisserie à Pécs » - Xe Festival International de Théâtre Universitaire de Pécs, 3-6 novembre 2016

Lumière. Lumières.
Quoi de plus important au théâtre ?
Pecz.
La lumière de Pecz. Le manque de lumière de Pecz. La drôle de lumière de Pecz.
Cette impression d'être toujours en retard de plusieurs heures ...
Se lever dans le noir. Entrer dans une salle de spectacle. Faire l'impasse sur la lumière du jour. Sortir. pour une clope, ou une bouffée d'air ...
Il est midi ... on croit qu'il est quatre heures. L'apéro a des airs de dernier verre avant de rentrer.
A quatre heures, on croit qu'il en est huit ... On en boit un dernier.
A huit heures, on se dit qu'il est trop tard pour faire la fête ... On rentre à l'hôtel dès la fin du dernier spectacle.
Avec l'impression, en une seule journée, d'avoir tout vécu.
Tout ?
Non ...
Notre troupe d'irréductibles Turlgiens se découvre sans cesse de nouvelles ressources !
Agglutinés dans une chambre, qui sur le lit, qui dans le fauteuil et les autres par terre ... La nuit ne commencera que quand nous l'aurons décidé!
Lumière de chambre ... Lumières de l'aube ... Et puis lumières de scènes ...
Lumière, lumières ...
Quoi de plus important au théâtre ?

Michèle Potier

Voir les commentaires

STAGE DE FORMATION : La « Cerisaie » d’A. Tchekhov vu par un metteur en scène de l’Est.

11 Novembre 2016, 11:47am

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

Stage GRATUIT pour les membres des troupes affiliées à ALTA

Stage de formation organisé par le Théâtre Universitaire Royal de Liège (Turlg) en coproduction avec l’Association Liégeoise de Théâtre Amateur (ALTA) et avec l’aide du WBI (Wallonie Bruxelles International).

Quand : tous les soirs (18-22/23h) du lundi 28 novembre au mercredi 7 décembre 2017, ainsi que le we des 3 et 4 décembre 

Où : Auberge de Jeunesse Simenon (2, rue Simenon 4000 LIEGE).

Inscription sur sélection : envoyer un lettre de candidature et un  CV à Alain Chevalier, Directeur du TURLG, Quai Roosevelt 1b, 4000 LIEGE mail :    alain.chevalier@ulg.ac.be avant le 21/11 

Pour tout renseignement ou toute question : alain.chevalier@ulg.ac.be  ou 0478 66 95 77.

Sous la direction de Kalev Kudu, qui est le Directeur du Théâtre Universitaire de Tartu (Estonie) depuis une vingtaine d’années et un habitué des RITUs (Rencontres Internationales de Théâtre Universitaire) de Liège. Il y a notamment présenté, dans des mises en scènes brillantes, les Possédés de Dostoïevski, En Pleine Mer de Mrozek, La Cerisaie de Tchekhov,  Rhinoceros d’Ionesco, des extraits de Kyogen Japonais,… Il organise aussi chaque année un festival de Théâtre étudiant qui réunit parmi les meilleures troupes universitaires de l’ancien bloc de l’Est.

Voir les commentaires

Reprise du Vol d'Icare et de l'Enseigneur à l'occasion du XIVe Congrès mondial de la FIPF

2 Juillet 2016, 10:15am

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

Du 14 au 21 juillet aura lieu à Liège le XIVe Congrès de la FIPF (Fédération Internationale des Professeurs de Français).

A cette occasion, et dans le cadre de l'offre culturelle aux congressistes, nous reprenons deux spectacles : Le Vol d'Icare, le lundi 18 juillet à 20 h, et L'Enseigneur, le mardi 19, à 20 h également.
L'occasion pour vous de voir ou revoir ces créations turlgiennes!

Reprise du Vol d'Icare et de l'Enseigneur à l'occasion du XIVe Congrès mondial de la FIPFReprise du Vol d'Icare et de l'Enseigneur à l'occasion du XIVe Congrès mondial de la FIPF

Voir les commentaires

Juillet 2016 : stage de mise en scène par l'Association Liégeoise de Théâtre Amateur (ALTA) avec Luc Jaminet

18 Mai 2016, 15:31pm

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

Juillet 2016 : stage de mise en scène par l'Association Liégeoise de Théâtre Amateur (ALTA) avec Luc Jaminet

Objectif du stage
Offrir aux stagiaires des outils, des techniques et des pistes pour mettre en scène des textes dramatiques.
Il sera demandé aux participants d’apporter des scènes ou des extraits de pièces de théâtre. Le travail s’articulera, essentiellement, autour de ces éléments textuels.
« Une mise en scène n’est jamais neutre. Toujours, il s’agit d’un choix. » (Antoine Vitez).
Découvrez le descriptif du stage en ligne.

Avec qui ?
Luc Jaminet, metteur en scène et pédagogue, animant également des ateliers théâtre. Découvrez son CV en ligne.

Où et quand ?

  • A l'Espace Belvaux, rue Belvaux 189 à 4030 Grivegnée (plan) ;
  • Les samedi 2 et dimanche 3 juillet, de 9h00 à 17h00.

Il vous est conseillé de prévoir votre repas.

Combien ?

  • 60€ (pour les membres des troupes en ordre de cotisation Alta) ; et donc pour les membres du TURLg
  • 90€ (pour les non-membres).
  • Inscription et paiement

  • Inscription par mail à asbl.alta@gmail.com
  • Paiement au numéro de compte Alta : BE33 0688 9383 7546 ;
  • Communication de paiement : Stage juillet 2016.
  • Attention ! Les inscriptions ne seront validées qu’après inscription et paiement.

Avec le soutien du Secteur Théâtre de la Province de Liège.

Voir les commentaires

75 ans de TU(R)Lg !

22 Avril 2016, 09:54am

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

75 ans de TU(R)Lg !
75 ans de TU(R)Lg !
75 ans de TU(R)Lg !

Avril 2016, c’est le moment où le TURLg souffle sa 75e bougie (excusez du peu) et c’est une nouvelle occasion pour gâter ses spectateurs. La saison sera donc jonchée de surprises, de clins d’œil et de confettis, bref, tout servira de prétexte pour fêter dignement 75 années passées sur les planches de l’Alma Mater.

Parce qu’en 75 ans, il s’en est passé des choses pour le TURLg comme, par exemple, la mise sur pied des Rencontres Internationales de Théâtre Universitaire (qui en sont à leur 33e édition) , ou encore le R majuscule offert par Sa Majesté le Roi qui transforma, en 2002, le TULg en Théâtre Universitaire ROYAL de Liège.

Commence donc en ce mois d''avril une année particulière. Mais ce qui ne changera pas, ce sera la diversité des spectacles à l’affiche.

Premier rendez-vous : « Tu me prends pour Pénélope ? », mis en scène par Dominique Donnay, sur les interrogations et remises en question qu’entraîne l'idée de « faire tapisserie ». (du vendredi 22 au vendredi 29 avril 2016). On nous souffle d’ailleurs dans l’oreillette que vous pouvez vous préparer parce que la fête commencera avec ce spectacle…

Vincianne d'Anna
Avril 2016

75 ans de TU(R)Lg !
75 ans de TU(R)Lg !
75 ans de TU(R)Lg !

Voir les commentaires

Nicolas Ancion coupé au montage

14 Avril 2016, 15:25pm

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

Nicolas Ancion dans "Strip-Tease"

Nicolas Ancion dans "Strip-Tease"

Ce mercredi 13 avril 2016, la RTBF (‘La Trois’- TV) a eu la bonne idée de consacrer un numéro de ‘Coupé au montage’ à un de nos anciens, Nicolas Ancion, marquant ainsi son 20ème anniversaire d’écrivain – et, du coup, son 44ème anniversaire d’humain !

Nicolas, alors étudiant romaniste à l’ULg, a joué dans Strip-Tease de Slawomir Mrozek, mis en scène au TU(R)Lg par Jean-Marc Lelaboureur en 1992, dans la salle ‘des Oblats’ à la Bonne-Femme - espace aujourd’hui disparu. Depuis lors, il s’est illustré en publiant des nouvelles, des romans et des pièces de théâtre qui ne laissent pas indifférent. Citons, au moins, L’Homme qui valait 35 milliards ou Blockbuster...

Dans l’émission, notre auteur liégeois, tout à la fois engagé et lucide, pugnace et humble, optimiste et réaliste, bref attachant, se montre digne de la place qu’il occupe dans le monde qu’il a choisi : celui de cette littérature qui s’exprime sur le monde tout court. Bravo, sacré Nicolas ! Et proficiat !

http://www.rtbf.be/auvio/detail_coupe-au-montage?id=2100076&utm_source=media&utm_campaign=social_share&utm_medium=twitter_share

RG

Voir les commentaires

2012 – 2014 – 2016 : le TURLg visite Honfleur tous les deux ans.

7 Avril 2016, 10:42am

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

2012 – 2014 – 2016 : le TURLg visite Honfleur tous les deux ans.

Les photos

Le festival Paroles-paroles, un festival participatif et citoyen (http://www.paroles-paroles.fr/), a donc adopté un rythme biennal pour accueillir les petits belges, et c’est tant mieux ! Il propose encore et toujours une programmation riche, mêlant amateurs et professionnels, théâtre, musique, contes et poésies.

Comme il est dit en couverture du programme, le festival est « une invitation au voyage, une porte ouverte sur soi, vers l’autre ». Quoi de plus normal dès lors, que de proposer à Vanessa Simon Catelin, la directrice artistique, d’y présenter nos Musiciens de Brême ?

La proposition de départ était de jouer à l’extérieur, et nous étions donc programmés le dimanche 28 mars, après-midi sur la place de la Mairie.

Mais la météo a définitivement ruiné nos plans : pluie et tempête en ce week-end de Pâques (alors qu’en Belgique, il faisait beau, si, si !) nous ont contraints à adopter une position de repli dans le Grenier à sel.

A vrai dire, l’endroit est tellement magique qu’on ne peut que se réjouir de s’y produire.

Le temps de régler la technique, ce qui fut fait de manière rapide et efficace par notre régisseur David Dupuis, bien secondé par Mathieu Hiebel, qui dirige la technique du festival, nous avons donc donné notre spectacle à 14h30 devant un parterre bien rempli, composé en grande partie d’enfants.

C’est toujours un plaisir de jouer pour un jeune public et d’entendre fuser les réflexions et commentaires. Le spectacle a été très bien accueilli, aussi bien par les têtes blondes que par leurs parents.

Le temps de tout remballer, de se balader un peu et de profiter d’un bon repas de fruits de mer, et il fallait déjà repartir.

Nous avons cependant pu assister à l’un ou l’autre spectacle : L’Amant, de Harold Pinter, par la troupe Carpe Diem ; un spectacle pour enfants du groupe breton Norka, suivi d’un concert du même groupe dans la soirée, un bel éventail, finalement, de la variété de programmation du festival.

Et les Brémois sont repartis pour de nouvelles aventures, en emportant avec eux d’excellents souvenirs de l’accueil toujours aussi professionnel et chaleureux de l’équipe de Vanessa. Un grand merci à tous les bénévoles qui nous ont servi, avec une bonne humeur inaltérable, une variété de salades/fromages/charcuteries digne des meilleurs buffets.

A dans deux ans, donc !

Dominique Donnay

Pour plus de détails (et d'autres photos), voyez nos deux publications précédentes dans ce blog :

http://turlg.over-blog.fr/article-la-belgique-a-travers-le-turlg-a-l-honneur-et-a-honfleur-4eme-festival-paroles-paroles-27-102935970.html

http://turlg.over-blog.fr/article-honfleur-et-son-6e-festival-de-la-francophonie-paroles-paroles-a-accueilli-notre-communication-a-une-123262159.html

Voir les commentaires

Grâce au 7e Festival ATOS de Campina Grande (3-6/12/2015), le TURLg ajoute le BRESIL comme 42e pays à sa liste de tournées hors Belgique.

14 Janvier 2016, 13:42pm

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

Grâce au 7e Festival ATOS de Campina Grande (3-6/12/2015), le TURLg ajoute le BRESIL comme 42e pays à sa liste de tournées hors Belgique.

LES PHOTOS

En bonus, en plus des photos, quelques vidéos de là-bas :

https://www.youtube.com/watch?v=b1qzXBGZWW4

https://www.youtube.com/watch?v=Kjwqn7qkUvQ

 

Nos premiers contacts avec le Brésil remontent déjà à 1991, année où l’Université d’Etat de Campinas (UNICAMP) participait à notre RITU 8 (24/02 – 3/03/1991) avec Le Journal d’un fou de Gogol, magistralement interprété par José Tonezzi. Un mois plus tard, en réciprocité, le CGRI (aujourd’hui le WBI), alors en charge de M. Jean-Pierre Grafé, Ministre des Relations internationales, envoyait Robert Germay ‘en observateur’ au 2e Festival international de Théâtre de l’Université de Campinas, comme représentant officiel de la Communauté française de Belgique. Pendant le festival, outre ‘observer’ la manifestation, le directeur du TULg devait aussi assurer 15 heures de cours (Les Avatars du texte dramatique dans le théâtre du XXe siècle) pour une classe d’étudiants du département de Artes Cênicas d’Unicamp. Son rapport de mission fut en tout point positif.

Depuis lors, le TURLg est resté en bonnes relations avec José Tonezzi, qui, entretemps, a ‘émigré’ de Campinas (à côté de São Paulo) vers l’Université Fédérale de Paraíba à João Pessoa (au nord de Recife), où il a d’ailleurs, publié en 2010 un article de Robert Germay (Du TU à l’AITU…) dans la revue Moringa – teatro e dança, éditée par le Departamento de Artes Cênicas de l’UFPB (Jan.2010, Vol.1, n°1, pp.65-77).

Il faudra toutefois attendre 2013 (22 ans !) pour revoir à Liège une troupe brésilienne participer à notre RITU 30 (25/02 – 3/03/2013) avec un remarquable spectacle : Clown Bar, de et mis en scène par le même José Tonezzi (1). Et pour que le TURLg, lui-même, se retrouve –enfin !- en décembre 2015 à Campina Grande (Nord-Est du Brésil, Etat de Paraíba), il faudra encore deux années … et l’organisation de la 7e édition du Festival de théâtre universitaire ATOS (‘actes’ , en portugais) (2).

En réalité, les premières tractations concernant notre tournée datent du 24 septembre 2014, plus précisément de la réception d’un courriel de Madame Eliane Lisboa, professeur de théâtre à l’Université Fédérale de Campina Grande (UFCG) : elle invitait Robert Germay à participer à la 6e édition du festival ATOS en tant que président fondateur de l’AITU (Association Internationale de Théâtre à l’Université), afin d’y présenter l’Association au cours de tables rondes organisées pendant le festival du 5 au 8 décembre 2014. La possibilité de recevoir par la même occasion un spectacle du TURLg n’était pas exclue.

La tentation était grande … ! Hélas, les dates ne convenaient pas, ni pour le président-fondateur, ni pour le président actuel de l’AITU, Jean-Marc Larrue, et le délai de trois mois (septembre – décembre) était un peu court pour mobiliser un spectacle turlgien. Bref, il fallait bien reporter la suite à donner à l’année suivante. Mais l’envie, évidemment, ne manquait pas, et dès mars 2015, nous relancions la machine. Ce qui voulait dire qu’il fallait d’abord reprendre l’échange de courriels avec Eliane Lisboa et son collègue directeur général du Festival ATOS, Nathan Cirino, pour planifier le voyage. Mais aussi, - et ce n’était pas une mince affaire -, cela impliquait de reprendre des répétitions pour préparer le spectacle prévu pour ce déplacement, à savoir Fin de siècle sur l’île, de l’auteur argentin Alejandro Finzi.

Le choix s’imposait à nous vu l’origine de la pièce et la destination de la tournée : l’Amérique du Sud. Mais le spectacle était au repos depuis notre tournée d’avril 2013 en Argentine, précisément. Dès lors, un sérieux travail de remise en route s’imposait tout autant, considérant qu’Alain Chevalier était novice dans le rôle de Saint-Exupéry et que David Dupuis devait être remplacé dans le rôle d’Hugo, ainsi que Renaud Minet dans la fonction de régisseur. C’est Jonathan Deleval qui se chargerait donc du personnage du facteur, et Benjamin Devillers de la lumière et du son. Une dizaine de répétitions furent ainsi programmées de septembre à décembre, et les billets d’avion furent réservés dès mars. Et le 1er décembre, toute l’équipe des 7 trépignait à Zaventem, prête à s’envoler pour le pays de la samba… et de la Jupiler !

A l’origine, ATOS a été créé comme ‘simple festival promu par des étudiants pour fêter leur production théâtrale de l’année’ (dixit sa directrice artistique Eliane Lisboa). Force est de constater que l’objectif s’est bien élargi au cours des six premières éditions, puisqu’aujourd’hui la programmation comporte, outre des représentations théâtrales, des discussions, des tables rondes, des lectures et des ateliers. Mieux encore, l’édition 2015, la 7e du nom, s’enrichissait d’une première participation étrangère, puisque le TURLg avait l’honneur de présenter son ‘Île’ en ouverture, le jeudi 3 à 19h30, dans la salle du Centre Servicio Social do Comércio (SESC) de la ville.

Déjà sur le pont pour l’inauguration, le TURLg était aussi au boulot le dernier jour du festival, le matin du dimanche 6 : Robert Germay participait à une table ronde, Festivals e Associacões Universitárias de Teatro, en présentant un exposé sur l’AITU. Il était accompagné de deux collègues professeurs brésiliens : Pita Beli, représentant le Festival International de Théâtre Universitaire (FITUB) de Blumenau, Etat de Santa Catarina, et Narciso Telles, représentant l’Association brésilienne de recherches en arts de la scène (ABRACE) de l’Université fédérale d’Uberlândia, Etat de Minas Gerais.

Cette semaine brésilienne fut d’autant plus chargée que le trio de la direction du TURLg (Alain, Dominique et le Chef) était aussi invité à participer le 4 décembre à la VI Jornada de Pesquisa (Recherche) em Artes Cênicas, Edição Internaciona l(3) organisée par l’Université Fédérale de Paraíba à João Pessoa, charmante cité balnéaire située à deux heures de route à l’Est de Campina Grande. Le thème de cette table ronde était ‘la coopération internationale dans le théâtre universitaire’, et c’est ainsi que le Chef présentait l’AITU et Alain/Dominique le TURLg et le RITU à un auditoire très attentif. Encore merci aux interprètes bénévoles pour la traduction consécutive, tant à João Pessoa qu’à Campina Grande.

Merci surtout aussi à José Tonezzi, l’initiateur de cette invitation à João Pessoa qui nous a ainsi permis de mettre les pieds (et certains même plus, n’est-ce pas Dominique et Alain) dans l’Atlantique du côté américain ! Ce fut aussi un plaisir de rencontrer de distingués collègues, comme Paulo Vieira, Professeur de théâtre et prolifique auteur dramatique. Certes, cette visite éclair (un jour et demi) sur la côte avait le grand charme de joindre l’utile du travail à l’agréable du tourisme, mais le revers de la médaille fut que nous avons raté de bons spectacles à ATOS –aux dires des membres turlgiens restés, eux, au camp de base.

Pour ce que nous avons pu voir comme spectacles, nous devons en tout cas féliciter les organisateurs pour la qualité des prestations, en rappelant le caractère spécifique de l’événement : à l’Université de Campina Grande, il n’y a pas de filière théâtre, et le festival est lié au cours de l’Unité d’Ars et Media, qui comprend trois branches - Média, Musique et Educommunication -, et il essaye d’offrir des spectacles qui font une liaison entre le théâtre et les nouvelles technologies, surtout les technologies digitales. En tout cas, on peut dire qu’il témoigne du haut niveau du théâtre universitaire brésilien.

Nous devons aussi féliciter les responsables pour la qualité de leur organisation : l’hébergement à l’Hôtel do Vale était sans reproche, et la nourriture, à tous les repas, excellente, abondante, variée et goûteuse. Nous savons qu’il n’a pas été simple de réunir les fonds nécessaires à un accueil de ce niveau : nous remercions d’autant plus nos hôtes pour leurs efforts financiers, qui nous ont aidés à couvrir une partie de nos frais de voyage. De plus, les transports locaux assurés par le festival et les horaires des manifestations étaient toujours si ponctuels qu’on ne se serait pas cru si bas dans le Sud… (Private joke du TURLg).

Nos remerciements vont aussi à la nombreuse équipe d’étudiants et de professeurs bénévoles qui se sont relayés pour nous assurer un séjour agréable, avec une mention spéciale pour Mariana Albenise qui fut sans relâche notre guide et une interprète infatigable.

Après ces longs paragraphes, la conclusion sera brève : « Rapport de mission en tout point positif » (Bis repetita placent). Outre le plaisir d’avoir acté une fois de plus le succès de notre spectacle sur un nouveau public, nous nous réjouissons d’avoir conforté d’anciens contacts tout en en créant de nouveaux, dont nous ne doutons pas qu’ils perdureront. En tout cas, nos collègues brésiliens sont d’ores et déjà invités à rendre visite au TURLg à Liège pour RITU 33 en février prochain (22-28/0 2) (4), et à l’AITU à Manizales (Colombie) pour le XIe Congrès mondial de l’Association en septembre (5-9/ 09) (5). Ils et elles seront les bienvenu(e)s ici et là !

1991-2015 : il aura fallu presqu’un quart de siècle pour que le TURLg débarque au Brésil, mais le jeu en valait la chandelle ! Voilà qui méritait bien deux pages de blog, non ?

Robert Germay

Notes :

(1) http://www.turlg.be/0196/fr/RITU-30-2013 : voir à ‘la 6e journée’, un extrait du spectacle en vidéo.

(2) http://cg.hiperativocultural.com/campina-grande/teatro/festival-atos-de-teatro-universitario-divulga-programacao .

(3) http://www.ufpb.br/content/pesquisa-em-artes-c%C3%AAnicas-%C3%A9-tema-de-jornada-na-ufpb

(4) http://www.turlg.be/01107/fr/RITU-33---LE-PROGRAMME

(5) http://www.congresodeteatro2016.com/home/

Voir les commentaires

Le TURLg participe au XIIe festival «Teatralny Kufar» (Minsk, 29 nov. – 6 déc. 2015) avec «Soie».

14 Janvier 2016, 11:51am

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

Le TURLg participe au XIIe festival «Teatralny Kufar» (Minsk, 29 nov. – 6 déc. 2015) avec «Soie».

Quelques photos...

Comme les visiteurs de ce blog doivent maintenant le savoir, le TURLg est un habitué des déplacements vers tous les coins du monde. A tel point que plusieurs groupes se trouvent parfois dans deux endroits du globe en même temps. Ce fut le cas en ce début décembre, puisque nous étions à la fois au Brésil, avec Fin de siècle sur l’île, et au Belarus, avec Soie.

La direction du TURLg étant mobilisée tout entière au Brésil, elle a confié à Marco Pascolini et à ses compagnons l’importante mission de nous représenter du côté de Minsk, à ce festival auquel nous participons presque toujours. Voici le compte-rendu de leur expédition.

***

Minsk by sweet winter

Nous voilà donc invités avec nos Soieries dans la capitale du Belarus pour participer au XIIe rendez-vous du Teatralny Kufar Festival.

Après une course poursuite contre l’administration consulaire pour de sombres histoires d’assurances, munis du précieux sésame, donc passeports validés et acceptés, notre vol au détour de la Pologne nous mène sains et saufs vers le pays de la pomme de terre.

Nous arrivons sans trop de heurts à passer la première étape et à entrer dans le territoire (pourrons-nous en re-sortir ? telle sera notre question). Nous sommes reçus par deux sympathiques étudiantes, Lera et Ira, et conduits vers l’Hôtel Trinity. L’endroit est sympa, convivial, mais il faut avouer que nous tremblons à nous voir si nombreux dans une si petite chambre – ce fut un jeu de twister tout le long de la semaine pour nous déplacer dans cette chambre, entre mes compagnons de sommeil et nos bagages. Mention spéciale pour les concertos nocturnes qui se répondaient en échos.

Une première prise de contact avec la « faune » du festival lors de la soirée de bienvenue, placée sous le signe de la camaraderie, de la musique et avouons-le, de la vodka. Nous sommes même allés, pour certains d’entre nous, jusqu’à pousser un pas de danse sur la piste qui était en partie occupée par Spasmoman et sa danse tout droit sortie d’une partie de flipper à taille humaine. Tout au long de la semaine, nous aurons l’occasion, ci et là, de faire connaissance avec nos compagnons théâtreux. Et la soirée estampillée « friend’s party » eut un grand succès, ainsi que notre table où étaient étalés nos ambassadeurs belges : bières, pekets, chocolats, spéculoos et autres sucreries.

Un festival comme celui-ci nous donne à rencontrer, ou revoir, d’autres amis du théâtre. Et au-delà de la compétition que le festival organisait, ce sont les discussions avec nos « confrères », entre deux spectacles, qui enrichissent ce genre de séjour. Il y avait au programme deux à trois pièces par jour, principalement de pays proches du Belarus (Russie, Ukraine, Estonie, Lituanie) à l’exception notable de l’Iran (si vous me lisez, Nuush les gars). Nous avons tenté de voir un maximum de pièces, dans la mesure où notre emploi du temps le permettait. Il était agréable encore une fois de se confronter à un théâtre si proche du nôtre et pourtant si éloigné, à des cultures parfois surprenantes.

Et nos Soieries ? Après quelques mésaventures et une préparation un peu précipitée, nous avons offert notre carnet de voyage entre la France d’Hervé Joncour et le Japon d’Hara Kei à une salle remplie et attentive. Quelques frayeurs administratives nous attendaient après cela, mais rien qu’on ne pouvait régler avec un peu de patience et de négociation.

Ce fut une expérience intéressante et enrichissante pour les membres du groupe. Le TURLg remercie une nouvelle fois Katsya de son invitation, et nous disons à Minsk : pryvitannie, on se reverra.

Marco Pascolini

Le TURLg participe au XIIe festival «Teatralny Kufar» (Minsk, 29 nov. – 6 déc. 2015) avec «Soie».

Voir les commentaires

La 17e édition de Skampa (Festivali Nderkombetar I Teatrit / International Contemporary Teater Festival : Koloni e Teatrit Alternativ-Dialog) s’est tenue à Elbasan (Albanie) du 25 au 30 octobre (tetor) 2015. Le TURLg y a présenté sa Communication à une académie de Kafka.

12 Novembre 2015, 13:22pm

Publié par Asbl Théâtre Universitaire Royal de Liège

La 17e édition de Skampa (Festivali Nderkombetar I Teatrit / International Contemporary Teater Festival : Koloni e Teatrit Alternativ-Dialog) s’est tenue à Elbasan (Albanie) du 25 au 30 octobre (tetor) 2015. Le TURLg y a présenté sa Communication à une académie de Kafka.

Les photos

Je pose une vraie question : Quels théâtres belges ont pu jouer en Albanie à ce jour ? Merci à quiconque me fera le plaisir de satisfaire ma pure et nonobstant légitime curiosité.

Le TURLg, en tout cas, s’y produisait déjà en 2001 pour la première fois. Ces comptes-rendus de voyage que nous tenons depuis l’existence de notre blog (2007) sont aussi l’occasion d’un historique des tournées : va donc ici pour l’Albanie.

Le premier contact fut établi (si notre mémoire à tous deux est bonne) entre le TURLg et Adonis Filipi, le directeur-fondateur du Festival Skampa d’Elbasan lors d’une tournée en Italie (Brescia ?) vers l’année 2000, lorsque Robert Germay l’invitait à notre RITU 18 en observateur en février 2001. Lors de son séjour liégeois, Adonis invitait alors, à son tour, le TURLg à participer à la 3e édition de son propre festival en décembre de la même année. C’est ainsi que En Pleine mer de Mrozek s’envolait pour l’Albanie du 1 au 5 décembre 2001. L’accueil très chaleureux du public d’Elbasan prouvait à nouveau que le spectacle était suffisamment visuel pour passer la barrière de la langue, mais il suffisait à peine à atténuer la rigueur d’un hiver albanais dont les membres de la troupe (Alain Chevalier, Alban Bouriez, Martine Stiénon et Robert Germay) ont encore en mémoire le froid de canard qui régnait dans les chambres de l’hôtel non chauffé.

Nous avions sans doute convaincu puisque vint derechef une nouvelle invitation à participer à l’édition suivante (4) de Skampa, ce qui fut fait avec Si tu m’aimes de Hans Sachs, du 5 au 10 novembre 2002. Cette fois la température était plus douce (un mois, ça compte dans cette contrée du sud de l’Europe !), le succès du spectacle tout aussi manifeste, et l’équipe (Constance Michallek, Dominique Donnay, Alban Bouriez, Vincent Pagacz et Robert Germay) se souvient avec plaisir de la sympathique séance d’interview réalisée par la télé locale.

Pour Skampa 5, c’est Histoires enfantines de Peter Bichsel (m. en sc. de Pierre Wathelet) qui faisait le déplacement du 4 au 9 novembre 2003, avec Patrick Bastin, Vincent Pagacz, Alban Bouriez, Vincent Ancion (alias Jurassic) et Robert Germay (alias Le Chef). Certes, le spectacle a bien marché, mais la tournée restera dans les annales pour une raison moins agréable.

En effet, nous avons dû abandonner à Tirana une malle pour cause de surtaxe pour excédent de bagage (elle nous avait pourtant accompagnés sur le vol aller depuis Zaventem cinq jours plus tôt !). Vu le coût aussi prohibitif qu’injuste de ladite taxe, nous avons trouvé plus judicieux d’abandonner cet « encombrant » à l’aéroport de Tirana : la malle contenait en fait la trentaine de chambres à air (d’occasion et de toutes tailles, d’où le poids !) qui, une fois gonflées constituaient le décor de la pièce. Vu l’état de disette que vivait alors un pays à peine sorti d’un régime politico-économique bien connu pour sa rigueur et son intransigeance, nous savions, de toute façon, que ces denrées pneumatiques ne seraient pas perdues pour tout le monde sur place. Maigre consolation, tout de même… !

En 2007, ce fut alors au tour de notre ami Adonis d’amener une troupe albanaise de l’Académie des Beaux-Arts de Tirana à notre RITU 24, où elle présenta From Dust to Dust d’Enton Kaca.

Suivit une période de calme plat dans nos échanges que nous ne pouvons qu’attribuer à des problèmes soit financiers, soit de disponibilité des troupes respectives.

C’est donc avec joie que nous recevions et acceptions l’invitation de Skampa de participer à sa 17e édition. L’équipe de Communication à une académie (version 3) de Kafka, composée de Haroun Mouzzouri, David Dupuis et Robert Germay, s’envola donc pour Elbasan du 28/10 au 1/11/2015 pour présenter Leksion per nje academi en clôture du festival le vendredi 30 Tetor (oct.) au théâtre municipal Skampa.

Nos KKdémiciens du TURLg ajoutaient ainsi l’Albanie comme 21e point de chute (hors Belgique) de tournées à une liste que je me plais à détailler à nouveau ici : France, Israël, Hongrie, Ukraine, USA, Allemagne, Maroc, Italie, Mexique, Canada, Espagne, République Tchèque, Roumanie, Turquie, Sénégal, Lituanie, Liban, Grèce, Belarus, Estonie…et Albanie. 21, le compte y est. (Rem : Notre singe savant, à lui seul, a ainsi visité la moitié des pays dans lesquels le TURLg s’est produit à ce jour, soit 42 ! A quand le 22, les gars ?)

Le « trou » de 2003 à 2015 nous a permis de constater que la ville d’Elbasan a considérablement amélioré son image sur bien des points, et particulièrement sur le plan du tourisme. Cette municipalité de 125.000 habitants, la 2e ville du pays, a déjà 2000 ans d’Histoire au compteur, qui dit mieux ? Par parenthèse, le nom du festival, du théâtre municipal et de notre luxueux hôtel là-bas vient du nom que portait la ville au moment de sa création, sous l’Empire romain : « Skampis ». Et les autorités municipales de la période post-communiste se sont attachées a bien mettre en valeur les remarquables traces archéologiques des époques successives : d’abord romaine, puis byzantine et enfin ottomane. Elles s’intègrent bien dans l’ensemble de l’architecture résolument moderne des constructions récentes. Ajoutons que le percement d’un tunnel autoroutier sous la montagne réduit maintenant de moitié le temps de trajet de l’aéroport de Tirana à Elbasan. Et si, aujourd’hui, on ne croise plus d’attelages d’ânes dans les rues non-asphaltées de l’Elbasan de naguère, on peste sur les embouteillages d’automobiles dans les artères encombrées de la Capitale.

Ce qui n’a pas changé, en revanche, c’est la chaleur et la convivialité de l’accueil que nous a réservé notre Adonis, que je charge ici de remercier aussi ses deux fils qui nous ont efficacement aidés, l’un comme chauffeur, l’autre comme interprète francophone.

Un prochain rendez-vous est d’ores et déjà fixé : nous espérons recevoir une troupe d’étudiants albanais dirigés par Adonis à notre RITU 34 en février 2017.

Et il va sans dire que nous resterons ouverts à toute invitation dans l’autre sens, celui vers Shqipëria (Eh oui, c’est le nom albanais de l’Albanie !)

Et, à l’avance, nous disons « Faleminderit » !

Robert Germay

(PS : Pour être complet voici les autres pays participants à Skampa 17 : Albanie, France, Turquie, Croatie, Grèce, Suisse et Kosovo. Voici le site de Skampa : www.skampafestival.net)

La 17e édition de Skampa (Festivali Nderkombetar I Teatrit / International Contemporary Teater Festival : Koloni e Teatrit Alternativ-Dialog) s’est tenue à Elbasan (Albanie) du 25 au 30 octobre (tetor) 2015. Le TURLg y a présenté sa Communication à une académie de Kafka.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>